Comment Jack Ma a surmonté ses 7 plus grands échecs

À 51 ans, Jack Ma pèse 23,3 milliards de dollars. Pourtant, Jack Ma gagnait autrefois 12 $ par mois en tant que professeur d’anglais (même s’il était toujours heureux). Aujourd’hui nous allons voir comment Jack Ma a surmonte ses échecs

Ses réalisations sont pratiquement incroyables compte tenu de ses débuts modestes et humbles. En cours de route, il a échoué plusieurs fois (et de façon plus spectaculaire) que la plupart d’entre nous ne pouvaient supporter dans leur vie.

Voici sept façons dont Jack Ma a connu un échec écrasant, mais a réussi à garder son optimisme, tout comme son héros, Forrest Gump.

1. Il n’a pas abandonné après avoir échoué à de nombreux examens à l’école.

Jack Ma n’était pas un bon élève. En fait, il a faillit ne pas entrer au collège.

«J’ai échoué à un test clé de l’école primaire à deux reprises, j’ai échoué trois fois au test de collège, j’ai raté deux fois l’examen d’entrée à l’université …» Ce sont des choses que la plupart d’entre nous ont eu la chance de ne jamais dire.

Mais étonnamment, Jack n’est pas seul. Il y a une tradition d’autres grands esprits, y compris Albert Einstein, Winston Churchill et Abraham Lincoln (avec Forrest Gump) qui se sont débattus tôt dans la vie avec des universitaires, mais qui ont fait de grandes choses.

2. Il a eu 1 point sur 120 sur la partie mathématique de son examen d’entrée au collège.

Échouer est une chose, mais obtenir un score de moins de 1% sur votre examen d’entrée au collège est  complètement une autre chose. Et ce n’était pas parce qu’il n’avait pas le temps de se préparer. À ce jour, Jack Ma lutte avec les mathématiques, bien qu’Alibaba soit une entreprise de technologie.

A Lire >>> Affaires : 6 façons d’accroître l’efficacité et la concentration

Pour citer Ma: « Je ne suis pas bon en mathématiques, je n’ai jamais étudié la gestion, et je ne peux toujours pas lire les rapports comptables. »

Mais en fin de compte, il n’a jamais eu besoin d’être bon en mathématiques pour devenir un milliardaire. Peut-être encore plus impressionnant est qu’il n’a jamais entendu le mot «ordinateur» dans son enfance.

3. Il n’a pas été dissuadé après avoir été à 10 reprises rejeté de Harvard.

Ce n’est pas le fait d’être rejeté de Harvard 10 fois qui est surprenant. Ce qui est surprenant, c’est le fait qu’il ait pris la peine de postuler à 10 reprises . Ce que cela nous montre, c’est que Jack Ma est le paradigme de la persistance. « La chose la plus importante que vous devriez avoir est la patience. »

Il est également allé à l’Université normale de Hangzhou, où il est sorti avec un diplôme en  anglais.

4. Il est resté optimiste après avoir été refusé à 30 emplois.

Après avoir été diplômé du collège, il a postulé à 30 emplois différents et a ensuite été rejeté par tous.

Il a même demandé à être policier. Mais ils ne lui ont même pas donné l’heure du jour, le rejetant avec trois mots simples: « Vous n’êtes pas bon. »

Heureusement, tout comme son héros de film préféré, Forrest Gump, Jack continuait de courir. « Aujourd’hui c’est cruel, demain est plus cruel, et après-demain c’est beau. »

5. Il a été la seule personne rejetée par KFC (sur 24 postulants) 

Sur 24 candidats KFC dans son pool, 23 ont été embauchés. Jack Ma était le seul à être rejeté. Il attribue cela en grande partie à son manque de beauté et à sa petite taille.

Sa femme, Zhang Ying (qui l’a épousé avant de devenir riche), ne se préoccupe pas de son apparence. « Ma Yun n’est pas un bel homme, mais je suis tombé amoureux de lui parce qu’il peut faire beaucoup de choses que les beaux hommes ne peuvent pas faire. »

6. Il n’est pas parvenu à convaincre la Silicon Valley de financer Alibaba.

Même après avoir commencé Alibaba, il a subi de multiples échecs. Ce n’était pas rentable les trois premières années. Au début, ils se sont développés trop vite et ont presque implosé quand la bulle Internet a éclaté. À un moment donné, Alibaba était à seulement 18 mois de la faillite.

7. Sa plus grande erreur: Dire à ses 18 partenaires Alibaba qu’aucun d’entre eux ne pouvait être un dirigeant.

Dans l’une des pires décisions financières et motivationnelles qu’un PDG puisse prendre, Jack Ma a déclaré aux 18 partenaires (contribuant pour un total de 60 000 dollars qu’aucun d’entre eux ne pouvait dépasser le rang de manager. d’embaucher des gestionnaires externes.

Cela, note-t-il, était sa plus grande erreur. « Les leçons que j’ai apprises des jours sombres d’Alibaba sont que vous devez faire en sorte que votre équipe ait de la valeur, de l’innovation et de la vision. »

Le niveau de  persistance étrange de Jack Ma est encore plus impressionnant que sa fabuleuse richesse . Il est la preuve qu’aucune série d’échecs (en dépit de la façon incroyablement déprimante) peut empêcher quelqu’un de réaliser ses rêves.

Publicités

Devenir un entrepreneur à succès en 5 points

Devenir un entrepreneur en créant une entreprise, vous allez devoir faire appel à toutes vos connaissances et sans nul doute en acquérir de nouvelles. Que vous soyez entrepreneur de longue date ou que vous veniez de créer votre startup, certaines étapes feront de vous un entrepreneur exceptionnel. Nous vous proposons de découvrir en 5 points comment vous pouvez devenir un entrepreneur à succès.

1. Les recherches

Rechercher, planifier, lancer et maintenir l’activité. La première étape étant cruciale pour la suite du processus de développement de votre entreprise. Avant de penser à créer une entreprise, vous aurez à faire des recherches. Le marché, la concurrence et les problèmes rencontrés sur le marché font partie des éléments essentiels à analyser. Au delà de ces recherches, afin de planifier le lancement de votre activité, il faudra faire des recherches sur tous les éléments cruciaux de la gestion de votre entreprise : RH, locaux, partenaires,… Et ce pour éviter toute surprise lorsque vous serez en activité. Des recherches bien effectuées résoudront ou préviendront les embûches plus rapidement dans votre processus de développement.

Publicite

2. La confiance en soi

Un entrepreneur doit avoir confiance dans ses idées et son instinct. Démarrer une activité demande de la persistance, une détermination sans failles ainsi qu’une bonne discipline. Tous les entrepreneurs ayant rencontré le succès savent que s’imposer une organisation stricte est un style de vie nécessaire dans la quête du succès et de la confiance en soi. Si en plus de cela vous avez des valeurs et une éthique forte, alors votre projet aura bien plus de chances d’être mené à bien. La passion et l’ambition sont les prémisses de votre long voyage entrepreneurial, arriver à destination vous demandera de la rigueur ainsi qu’une grande confiance en vous même.

3. Un entrepreneur entrevoit son succès

On entend souvent que la vision est primordiale à tout projet, et nous ne pouvons qu’être d’accord avec cette affirmation. Un entrepreneur à succès prend le temps de penser à son parcours et ce qu’il accomplira durant les prochaines années. L’idée est de décliner votre vision en objectifs à court terme, moyen terme et long terme qui soient réalistes, atteignables et mesurables. De ces objectifs découleront les moyens à mettre en œuvre ainsi que la mise en place des actions concrètes à réaliser.

Le sentiment d’accomplissement est intense lorsque les objectifs fixés sont atteints. Il est important de favoriser ce sentiment lorsque l’on se lance dans une activité entrepreneuriale, mais également de l’entretenir tout au long de votre aventure.

>>> À LIRE:  Des Success Stories qui ont démarré dans un garage

4. La créativité

Une startup à ses débuts a en général un budget limité qui ne lui permet pas d’envisager d’actions onéreuses pour son développement. Il faut donc penser créatif et faire plus avec le moins de moyens possibles. Votre imagination sera continuellement sollicitée et votre capacité à penser différemment et hors des sentiers battus vous donnera un avantage certain. Ainsi peu importe si votre idée de business a déjà été pensée par quelqu’un d’autre, ou si vous disposez de moins de moyens que vos concurrents, misez sur votre créativité, votre inventivité, et votre pugnacité pour vous distinguer et mettre en avant votre startup.

5. Apprendre

Être entrepreneur amène à faire des erreurs, souvent minimes mais pleines d’enseignements. Si vous comptiez avoir toutes les réponses en vous lançant dans la création de votre startup, votre expérience vous prouvera le contraire. En attendant de devenir un entrepreneur aguerri, il vous faudra apprendre de vos erreurs. C’est à dire ne pas répéter une action ou une décision qui n’a pas fonctionné. Si vous avez le besoin d’être soutenu dans la création de votre startup, demandez l’aide d’un mentor. En effet il peut être un réel avantage pour votre entreprise dans la mesure où vous pourrez bénéficier de son regard externe (et donc moins biaisé que le vôtre), de ses nombreuses expériences réussies et parfois même de son carnet d’adresses.

Évidemment si vous n’avez pas un accès direct à un mentor ou un coach, d’autres options s’offrent à vous pour apprendre vite et bien. Rendez-vous à des réunions de networking (meetup), des conférences, des cours en lignes (MOOC, etc.) et ce dès que votre planning vous le permet. Lisez et ne vous arrêtez jamais de lire, car c’est aussi dans les livres, sur les blogs ou dans la presse que l’on apprend à être un bon entrepreneur, principalement en apprenant des erreurs des autres !

BestOf [10 Success Stories qui démarraient dans un garage]


10 Success Stories qui démarraient dans un garage
« Morale de l’histoire: faut avoir un garage « Alice Ebenye

1-#Apple: L’entreprise de technologie la plus viable au monde a vu ses débuts dans le garage des parents de Steve Jobs, en 1976, où il a fabriqué, à l’aide de son ami Steve Wozniak, 50 ordinateurs pour un détaillant local.
2-#Google: En 1998, et alors qu’ils étaient encore étudiants à Stanford, Larry Page et Sergey Brin ont loué le garage de Susan Wojcicki, et ont commencé à créer de là ce qui sera par la suite le site réalisant le plus de traffic dans l’histoire d’Internet.
3-#Microsoft: C’est en 1975 que Bill Gates et son associé Paul Allen fondent Microsoft dans un garage. C’est d’ici qu’ils ont vendu leur premier système d’exploitation à IBM pour 80000$. Ensuite, ils ont créé Windows.
4-#Amazon: C’est en 1994 que Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, a ouvert sa librairie en ligne depuis son garage. En 1995, il effectuait sa première vente et emballait tout seul le livre vendu avant de l’expédier lui-même. Aujourd’hui, Amazon est le premier détaillant en ligne au monde.
5-#Nike: Nike, ou plutôt Blue Ribbon Sport, comme la marque s’appelait entre 1964 et 1978, n’a même pas eu le luxe d’un garage. Quand Philip Knight et Bill Bowerman ont commencé à vendre leurs chaussures de sport, cela se faisait directement depuis le coffre de leur voiture.
6-#Hp: C’est en 1939 et avec un investissement de 538$ qu’a démarré dans ce garage la société Hewlett-Packard, par Bill Hewlett et Dave Packard.
7-#Disney: En 1923, Walter et Roy Disney ont emménagé chez leur oncle. Dans son garage, ils ont monté « The First Disney Studio » et ont commencé à écrire « The Alice Comedies », en prémice des différents succès de Disney.
8-#Lotus: En 1948, Anthony Colin Bruce Chapman a monté sa première voiture de course dans le garage de ses parents. Aujourd’hui, Lotus est l’un des premiers fabricants anglais de voitures de courses.
9-#Harley: C’est à Milwaukee dans le Wisconsin qu’en 1901, William S. Harley a eu l’idée de fabriquer un moteur pour son vélo. En 1903, avec son ami Arthur Davidson, il ont sorti ce vélo du garage pour le commercialiser
10-#Mattel: En 1945, le jeune couple marié Ruth et Elliot Handler ont décidé d’ouvrir un business dans leur garage. Ils ont d’abord commencé par fabriquer des cadres de photo et des accessoires de poupées. Après le baby boom, ils se sont lancé dans la fabrication de jouets, avec un énorme succès. Aujourd’hui, Mattel est une icône dans les marques de jouets pour enfant.
Leçon: Tout commence à partir de rien. Il y a un début à tout !
Il est facile de contempler ces grandes, très grandes entreprises et de se dire, « Je n’aurais jamais pu faire quelque chose comme ça. » Et vous avez peut-être raison. La plupart de ces sociétés avaient peu de moyens et il leur aura fallu des années pour arriver là où elles en sont aujourd’hui.
Quelle a été la clé de leur réussite ? Celle-ci réside certainement dans l’innovation, le travail acharné, la discipline, un peu de chance, de la patience, mais surtout, une VISION !

Un jeune homme passe de Pompiste à chef d’entreprise…Explications

Voici un exemple qui démontre qu’il ne faut jamais désespérer dans la vie, il faut toujours croire en soi et à ses projets. Sur ce cliché, ce jeune homme en image nous laisse bien voir que la réussite passe nécessairement par la détermination.
 
L’histoire de ce jeune homme qui a été relaté à la rédaction d’Afrikmag, a semblé nécessaire à partager avec certains de nos lecteurs qui peuvent rêver devenir comme cet ex-pompiste sur la photo. Posté par first magazine sur facebook, il est indiqué en dessous de la photo que l’homme a commencé à travailler comme pompiste en 1999. Et aujourd’hui, il est chef d’entreprise. Même si son nom et l’entreprise en question n’ont pas été indiqués dans la publication, il reste que cette publication est une grande leçon de la vie pour tous ceux qui aspirent à la réussite.
D’abord, elle témoigne du sens du progrès qui doit animé toute personne qui veut réussir dans sa vie, ensuite de la volonté de réussir, et enfin de la détermination et de la persévérance dans le seul souci de réussir. Passer de pompiste à chef d’entreprise à forcément imposer à cet homme d’avoir une certaine discipline de vie, d’avoir un projet, de bien le monter et d’être convainquant pour réussir à obtenir un financement. C’est peut être ce que ce jeune africain a fait pour gravir cette échelle.
 
Ce jeune doit donc être un exemple pour plusieurs africains qui sombrent dans la paresse et l’oisiveté notamment les brouteurs et les microbes en Côte d’ivoire. Il est doit à travers ce jeune que seule le travail paye et seul le travail bien fait mène à la réussite