Top 5 livres écrits par des milliardaires qui vont vous apprendre, comment devenir un champion du business ?

1. “The Virgin Way“ – Richard Branson

Bien que Richard Branson avoue qu’il n’a jamais lu un livre sur le leadership, sa carrière d’entrepreneur de près de 50 ans lui a appris une chose ou deux au sujet des affaires.

Dans son livre « The Virgin Way », le milliardaire et fondateur de Virgin Group propose des leçons sur la gestion et l’entrepreneuriat, y compris l’importance d’écouter les autres et embaucher les bonnes personnes. Richard Branson est honnête au sujet de ses réussites comme ses échecs.

Dans l’ensemble, le livre est un aperçu convaincant de la vie de quelqu’un qui n’a jamais avait peur de défi.

2. “How to Win at the Sport of Business“ – Mark Cuban

Dans son livre « How to Win at the Sport of Business, » Mark Cuban, propriétaire de l’équipe de basket-ball Mavericks de Dallas et investisseur milliardaire concrétise ses meilleures idées sur l’esprit d’entreprise à partir de son blog personnel.

Il écrit candidement sur la façon dont il a progressé dans sa vie et finalement posséder sa propre entreprise et devenir un multimilliardaire. C’est une histoire d’engagement et de persévérance – Mark Cuban écrit que même s’il ne savait pas beaucoup sur les ordinateurs, il a battu ses concurrents parce qu’il a passé tellement de temps à apprendre sur les logiciels vendus par son entreprise.

3. “Zero to One“ – Peter Thiel

Le livre de l’entrepreneur milliardaire Peter Thiel « Zero to One » aborde un principe controversé sur “la concurrence est pour les perdants“ et que les entrepreneurs devraient plutôt viser à créer des monopoles.

Peter Thiel, fondateur de Paypal et la firme d’analyse de données Palantir, souligne l’importance de créer quelque chose de nouveau et de conquérir le marché. Peu importe si vous êtes d’accord avec la philosophie de ce milliardaire, le livre est plein d’idées qui méritent la discussion.

4. “Built from Scratch“ – Bernie Marcus et Arthur Blank

Dans leur livre “Built from Scratch“ les milliardaires partis de rien Bernie Marcus et Arthur Blank racontent comment ils ont changé leur destin et rendre leurs rêves une réalité. Après que les deux ont été licenciés par une chaîne de magasins spécialisée dans les ventes des outils et matériels de rénovation domiciliaire appelée Handy Dan en 1978, ils ont décidé de poursuivre leur idée pour créer un magasin discount. Il a été appelé Home Depot.

Le livre détaille la fondation et la croissance de l’entreprise, et les auteurs racontent leur propre expérience pour fournir des enseignements utiles pour tout chef d’entreprise, y compris l’importance de connaître votre client et de redonner à la communauté.

5. “What I Know For Sure“ – Oprah Winfrey

Peu de gens ont une meilleure compréhension de la passion et de dévouement que la milliardaire afro-américaine Oprah Winfrey. Née dans la pauvreté, elle a lancé une carrière d’animatrice de talk-show, d’actrice, et enfin devenir magnat des médias.

Son livre « What I Know For Sure » est une collection de ses articles de son magazine O, The Oprah Magazine. Offrant une leçon de vie différente sur des sujets tels que la joie, la gratitude, et le pouvoir, souvent basée sur son expérience personnelle

Publicités

Qui est Paul Gardner Allen 

Paul Allen est né à Seattle dans l’État de Washington aux États-Unis le Fils d’un bibliothècaire, il découvre l’informatique à la Lakeside School, école privée de Seattle, où il devient ami avec Bill Gates. L’école loue à la compagnie multinationale General Electric du temps d’utilisation d’un ordinateur PDP-10 avec lequel il réalise avec son ami Bill Gates son premier programme informatique : un jeu de morpion.

En 1968, âgé de 15 ans, il fonde avec son ami Bill Gates âgé de 13 ans et quelques autres, le Lakeside Programmers Group et parvient à trouver quelques clients essentiellement pour tester, déboguer, optimiser et sécuriser des programmes informatiques existants écrits en langage assembleur.

Allen poursuit ses études à l’université d’État de Washington qu’il abandonne au bout de deux ans pour devenir programmeur dans la société de domotique industrielle Honeywell à Boston, mais son ami d’école Bill Gates le pousse à rapidement tout laisser tomber pour fonder une société avec lui. Allen suggère le nom de Microsoft, mélangeant les termes de Microcomputer et Software.

Il coréalise avec Bill Gates un interpréteurBASIC pour l’Altair 8800. Ce sera le premier langage de programmation développé pour le premier ordinateur personnel. Ce sera également le premier logiciel édité par Microsoft (appelé alors Micro-Soft), fondée pour l’occasion en 1975, alors qu’Allen est âgé de 22 ans et Gates de 19 ans, à Albuquerquedans un motel du Nouveau-Mexique.

Allen négocie l’achat par Microsoft du système d’exploitation QDOS pour 50 000 dollars. Après l’avoir légèrement remanié pour en faire le PC-DOS (premier MS-DOS), Paul Allen et Bill Gates, assistés par le père de Gates, William Henri Gates II, important et brillant juriste et avocat d’affaire international des États-Unis, parviennent à le vendre au géant de l’informatique IBM pour équiper son nouveau produit : le micro ordinateur IBM PC à base de microprocesseurx86 Intel 8088.

Microsoft est propriétaire de tous les droits d’auteur et de commercialisation de MS-DOS et parvient à négocier avec le géant IBM un dividende de 35 dollars par copie de MS-DOS vendu par IBM PC à partir de 1981. C’est la fortune, car le PC se vend en quelques années à des millions d’exemplaires, et le succès ne cessera plus de croître jusqu’en 2000. Microsoft gère très bien ses filières : le succès de PC-DOS et MS-DOS finance un Windows au début déficitaire, le succès de Windows financera Windows NT au début déficitaire, etc. Microsoft crée également de multiples logiciels évolutifs associés.

Paul Allen, qui est plus technicien que commercial, devient directeur technique et laisse à Bill Gates le soin du management et du marketing de Microsoft tout en restant un des actionnaires principaux.

À la suite du diagnostic en 1982 d’un lymphome de Hodgkin et à son traitement par plusieurs mois de radiothérapie, il quitte son poste de directeur technique de Microsoften 1983 tout en restant au conseil d’administration et actionnaire. Il devient homme d’affaires et mécène en fondant et gérant un empire de sociétés dont il est fondateur, mécène ou actionnaire. Ces sociétés sont chapeautées par sa société-mère Vulcan Ventures, dont Charter Communications, DreamWorks SKG, Oxygen Media et plus d’une quarantaine d’autres sociétés dans les domaines des hautes technologies et des médias…

En 1986, Microsoft fait son entrée en bourse. Ses deux fondateurs sont parmi les hommes les plus riches du monde, multimilliardaires avec à ce jour 13 milliards de dollars pour Paul Allen et plus de 56 milliards de dollars pour Bill Gates (chiffre 2011).

En 1995, Paul Allen est touché par la maladie de Hodgkin dont il parvient à guérir après plusieurs mois de radiothérapie et après une transplantation de moelle osseuse.

En 1997, il fonde la société Vulcan Productions, société de production de films de cinéma.

En novembre 2000, Paul Allen démissionne du conseil d’administration de Microsoft et en reste uniquement actionnaire.

En 2003, il se fait construire le plus long et le plus luxueux yacht de la planète, avec 127 m de long qu’il baptise Octopus (en 2012, ce yacht n’est plus que le plus long du monde).

Le 04 octobre 2004, il remporte le prix de l’Ansari X Prize et dix millions de dollars après avoir financé et mis au point le SpaceShipOne , le premier vaisseau spatial civil privé envoyé dans l’espace. Il a personnellement participé à son vol inaugural.

Le 16 novembre 2009 , Jody Allen, CEO de Vulcan et sœur de Paul, annonce publiquement que son frère s’est vu diagnostiquer un lymphome non-hodgkinienpour lequel il a commencé une chimiothérapie.

Le 15 juillet 2009 Paul Allen s’engage officiellement à léguer une partie de sa fortune à des œuvres philanthropiques comme Bill Gates et Warren Buffet, en adhérant au Giving Pledge.

En 2011, il fonde Stratolaunch, un projet d’avion gigantesque lanceur de fusées, basé à Mojave, dans le désert californien.

Collectionneur d’art, il possède entre autres une version des Poseuses de Seurat, rachetée à la famille d’Heinz Berggruen, et considérée comme plus importante que la version de la fondation Barnes de Philadelphie.

Il a une passion pour la volcanologie. En 2017, il s’est rendu à La Réunion pour visiter le piton de la Fournaise. Le milliardaire l’a survolé lorsqu’il était en éruption, et s’est ensuite rendu à Sainte-Rose et à Saint-Philippe pour observer les coulées et la route des laves.

Paul Allen meurt le 15 octobre 2018 des suites de complications dues à un lymphome non hodgkinien, à l’âge de 65 ans.

Conseil de Steve Jobs à la nouvelle génération

Les derniers mots de Steve Jobs, milliardaire, mort à 56 ans du cancer du pancréas :

« J’ai atteint le summum du succès dans le monde des affaires. Dans les yeux des autres, ma vie est une réussite.

Cependant, mis à part le travail, j’ai eu peu de joie. En fin de compte, la richesse n’est qu’un fait auquel je me suis habitué.

En ce moment, allongé sur mon lit d’hôpital, et me rappelant toute ma vie, je me rends compte que toute la reconnaissance et la richesse dans laquelle j’ai pris tant de fierté, a pâli et est devenue insignifiante face à la mort imminente.

Vous pouvez employer quelqu’un pour conduire votre voiture ou gagner de l’argent pour vous mais c’est impossible d’engager quelqu’un pour supporter la maladie et mourir pour vous.

Les choses matérielles perdues peuvent être trouvées. Mais il y a une chose qui ne peut jamais être trouvée quand elle est perdue – « la vie ».

Quelle que soit l’étape de la vie à laquelle nous sommes actuellement, avec le temps, nous serons confrontés au jour où le rideau se ferme.

Aimez votre famille, votre conjoint et vos amis … Traitez-les bien. Chérissez les.

Au fur et à mesure que nous vieillissons, et devenons plus sages, nous réalisons lentement que porter une montre à 300 $ ou 30 $ – les deux donnent la même heure…

Que nous ayons un portefeuille ou un sac à main de 300 $ ou de 30 $ – le montant à l’intérieur est le même;

Que nous conduisions une voiture de 150 000 $ ou une voiture de 30 000 $, la route et la distance sont les mêmes, et nous arrivons à la même destination.

Que nous buvions une bouteille de vin à 1000.$ ou à 10 $, la gueule de bois est la même;

Que la maison dans laquelle nous vivons mesure 300 ou 3000 pieds carrés – la solitude est la même.

Vous réaliserez que votre véritable bonheur intérieur ne provient pas des choses matérielles de ce monde.

Que vous voyagiez en première classe ou en classe économique, si l’avion tombe en panne, vous tombez avec lui …

Par conséquent .. J’espère que vous vous rendez compte, quand vous avez des amis, des copains et des vieux amis, frères et sœurs, avec qui vous discutez, riez, parlez, chantez, parlez du nord-sud-est ou du ciel et la terre, …. c’est le vrai bonheur !!

5 Faits incontestables de la vie:

1. N’éduquez pas vos enfants à être riches. Éduquez-les pour être heureux. Donc, quand ils grandiront, ils connaîtront la valeur des choses et non le prix.

2. Mangez vos aliments comme médicaments. Sinon, vous devez manger des médicaments comme nourriture.

3. Celui qui vous aime ne vous quittera jamais pour un autre, car même s’il y a 100 raisons d’abandonner, il trouvera une raison de se retenir.

4. Vous êtes aimé quand vous êtes né. Vous serez aimé quand vous mourrez. Entre les deux, vous devez gérer!

5- Si vous voulez juste marcher vite, marchez seul! Mais si vous voulez marcher loin, marchez ensemble!

Six meilleurs médecins au monde :

1. Lumière du soleil
2. Repos
3. Exercice
4. Régime
5. Confiance en soi
6. Amis

Gardez-les à tous les stades de la vie et profitez d’une vie saine.

Tanzanie : Mohammed Dewji, le plus jeune milliardaire africain, enlevé à Dar es Salaam

Mohammed Dewji a été enlevé jeudi matin par des hommes armés et masqués à Dar es Salaam. Les motivations des ravisseurs restent encore floues à ce stade.

Celui que l’on présente comme le plus jeune milliardaire africain, Mohammed Dewji, a été enlevé à Dar es Salaam, dans la matinée du 11 octobre. Des hommes armés et masqués ont fait irruption dans la salle de sport où il faisait son entraînement matinal, en banlieue de la capitale, et se sont saisis de l’homme d’affaires. Les ravisseurs ont tiré des coups de feu en l’air avant de prendre la fuite en voiture.

Selon des témoins cités par des médias locaux, deux des ravisseurs étaient des hommes blancs.

À LIRE >>>Entreprenariat : voici le top 30 des jeunes entrepreneurs africains Les Plus Prometteurs En 2018

Une information confirmée par les autorités locales. « Les informations initiales indiquent qu’il a été enlevé par des Blancs voyageant à bord de deux véhicules », a déclaré à la presse le gouverneur de la région, Paul Makonda, ajoutant que « ce genre d’incident est nouveau ici ».

 

Le rapt a également été confirmé par un ministre tanzanien sur Twitter : « J’ai parlé à son père et les informations faisant état de l’enlèvement de notre ami Mo sont vraies », a écrit January Makamba, le ministre de l’Environnement. « Mohammed a une famille et de jeunes enfants. Aidez-nous en donnant des informations qui aideront à son sauvetage », a-t-il ajouté.

À LIRE>>>Top 20: Des startups africaines les plus prometteuses

Mohammed Dewji, 43 ans, est le président du groupe Mohammed Enterprises Tanzania Limited, groupe industriel diversifié fondé par son père dans les années 1970, qui s’est fait une place dans des secteurs aussi variés que l’assurance, l’immobilier ou le pétrole.

Né à Singida, au centre de la Tanzanie, en 1975, Mohammed Dewji a décroché une licence en « business international » et en finance à l’université de Georgetown, aux États-Unis, avant de rentrer reprendre l’entreprise familiale au début des années 2000. Désigné « plus jeune milliardaire africain » et 17e fortune du continent par Forbes, avec 1,54 milliard de dollars en 2018, Mohammed Dewji a également été en tête en 2016 du classement annuel de l’Institut Choiseul sur « les leaders économiques de demain ».

À LIRE AUSSI :

Comment devenir un vendeur millionnaire

top 10 des clubs les plus riches d’Afrique

Entrepreneur : Tiguidanké Camara passée des podiums de la mode aux gisements miniers

 

[purchase_link id= »2641″ style= » » color= » » text= »Acheter »]

25 qualités de l’entrepreneur

Chacun peut devenir entrepreneur, mais la vocation n’arrive pas à tout le monde.

Certains préfèrent la stabilité d’un poste dans une boite privée.

D’autres choisissent les institutions publiques pour pouvoir garantir leur retraite.

Entrer dans le monde de l’entrepreneuriat nécessite des prédispositions particulières, que beaucoup de gens craignent ne pas avoir.

Il faut avoir un certain caractère, un état d’esprit qui convient à cette aventure, ainsi que des compétences et des qualités d’entrepreneur.

Inutile de rappeler que la vie d’une entreprise connait toujours des hauts et des bas. Un chemin pavé d’épines attend l’entrepreneur, et ce ne sera pas dû qu’à la concurrence. Les changements des tendances peuvent également devenir des opportunités pour certaines entreprises, mais des fatalités pour d’autres.

En outre, il y a des occasions à saisir immédiatement, pour lesquelles il faut prendre de grandes décisions. La plupart du temps, ce sont des risques importants, nécessitant un bon tempérament pour y faire face. Ce qui est sûr, restons dans la réalité, c’est que les entrepreneurs auront à essuyer plusieurs échecs avant d’obtenir la stabilité de leurs activités.

Il leur faudrait être préparés à tout. Mais encore, ces qualités, les entrepreneurs devront les garder pour la suite. Le fait est que comme les paramètres extérieurs changent constamment, il faut que tout entrepreneur garde les pieds sur terre et qu’il soit toujours sur ses gardes. Un entrepreneur doit se mettre en tête que rien n’est jamais acquis. Le monde change, mais parfois, vos initiatives peuvent aussi l’influencer au profit de votre entreprise.

Déterminé

Un entrepreneur doit connaitre ses objectifs dès le début et étudier de près les chemins qui l’y mèneraient. Ce qui lui permettrait de dresser un plan plus ou moins précis pour son parcours, en préparant des plans A, B, ou même C pour se parer à toutes les éventualités. Il sait ce qui l’attend, ce qui est difficile et ce qui lui sera favorable. Il va pouvoir s’y préparer moralement et physiquement.Les critiques ne doivent en aucun cas le décourager. Il ne faudrait pas non plus succomber aux tentations de rester dans la zone de confort puisqu’un entrepreneur aura obligatoirement plus de travail que les autres.

Motivé

Il faut être motivé pour réussir à vivre une vie d’entrepreneur, car le travail sera énorme et les embûches nombreuses. Si vous ne faites pas de gros efforts, vous n’aurez rien. Il ne faut jamais baisser les bras. Et si on veut réussir, on doit vaincre les concurrences, toujours chercher le moyen d’attirer l’attention, que cette concurrence soit puissante ou non.

Confiant en soi

Si vous avez décidé de vous lancer dans la création de votre entreprise, c’est que vous êtes confiant sur la solvabilité de votre projet. Autrement, il n’est pas utile de continuer au risque de perdre du temps et de l’argent. Cette confiance, vous devez le garder durant tout votre parcours. Ne vous blâmez pas, ne vous mettez pas trop de pression, soyez vous-même. C’est essentiel pour continuer à être productif, surtout au niveau des idées.

Persévérant

La persévérance est primordiale pour un entrepreneur. Vous serez confronté à plusieurs échecs, mais devez remonter à chaque fois. Votre chiffre d’affaires ne va pas faire un bon d’un jour à l’autre, mais vous y arriverez tôt ou tard en travaillant dur. Des fois, la situation peut décourager, mais ôtez-vous de la tête tout abandon. La persévérance vous aidera à garder espoir en attendant, et à surmonter les épreuves avec brio.

Influence

L’influence vous facilitera la persuasion de vos clients et collaborateurs. Soyez ferme quand vous vous exprimez, ayez confiance en vous, montrez que vous êtes capable. Les résultats seront positifs.

Bravoure

Sans avoir le goût du risque, un entrepreneur n’arrivera pas à grand-chose. Une entreprise est une fondation qui nécessite une base la plus solide possible. C’est pourquoi vous aurez à refaire autant de fois que nécessaire la construction de cette dernière, tant qu’il ne vous renvoie pas les résultats attendus. En effet, si la concurrence a utilisé les mêmes matériaux que vous par exemple, il vous faudra changer pour des modèles plus performants pour la battre. Même chose si vous voyez que votre fondation n’est plus à la mode, il faut tout de suite procéder par une amélioration ou par un changement radical pour qu’on continue à s’intéresser à vos produits.

Originalité

L’entrepreneur doit toujours être à jour par rapport aux situations de ses concurrents et de l’état du marché dans son secteur d’activité. Si la concurrence se fait rude, il y a toujours la solution de changer d’activité ou de produits même si ce n’est pas la meilleure. Une reconversion récurrente témoignerait d’ailleurs un manque de stabilité et de maturité. Cette technique ressemble beaucoup plus à une fuite. Vous aurez donc à vous enfuir souvent puisque la concurrence existera toujours. Ce qui serait une perte de temps.

Exceptionnellement, y avoir recours une fois dans sa vie d’entrepreneur peut s’avérer bénéfique. Prenez modèle sur SUZUKI qui au début s’était consacré à la fabrication de machines à tisser. Il s’est ensuite reconverti dans la fabrication de motos. Jusqu’à maintenant, et depuis plus d’une décennie, il continue de s’affirmer dans ce marché, bravant toute concurrence.

https://savoirentreprendres.com/2018/09/05/top5-des-facons-de-rester-concentre-toute-la-journee-selon-les-scientifiques/

Son secret à SUZUKI, c’est l’originalité. Ces produits sont uniques, possédant chacun ses particularités les différenciant du reste. Il fabrique d’ailleurs seul toutes les pièces du puzzle de chacun de ses produits.

La véritable solution pour un entrepreneur, c’est donc l’originalité. Il doit être capable d’améliorer ses produits pour pouvoir vaincre la concurrence et arriver à hauteur des nouvelles exigences des consommateurs. Il faut arriver à se distinguer avec des traits particuliers ajoutés aux produits que ce soit la forme, la couleur, les caractères et autres.

Créativité

Pour gagner en originalité, il faut être créatif. L’entrepreneur doit déborder d’imagination et montrer cette qualité à travers ses produits. Ainsi, l’entreprise plaira à tous ceux qui ont du goût, mais pas que. En même temps, vous pouvez ainsi trouver facilement comment plaire, comment se distinguer, comment fidéliser et comment atteindre une meilleure relation qualité prix.

Je vous ramène à un exemple concret : plusieurs sociétés proposent de créer des cartes de visite pour des professionnelles. On imagine tout de suite la forme classique, utilisée uniquement lorsqu’on veut connaitre les coordonnées de ladite société, pour prendre notamment contact. Ces cartes restent assez souvent dans l’oubli au fond du tiroir.

Mais il y a actuellement une société qui propose des cartes de visite avec un usage supplémentaire. L’un de ces types de cartes de visite est une râpe-carotte. On s’en servira fréquemment dans la cuisine et on ne manquera pas de se souvenir automatiquement de la société qui y est marquée. Ce genre de petit détail particulier permet à une entreprise de se distinguer.

Achete Amazon :

https://amzn.to/2QCqLu4

Être créatif signifie également étendre son affaire avec de nouveaux produits porteurs. Avec cette qualité, l’entrepreneur sera apte à créer de nouveaux besoins ou inversement à répondre à des besoins existants, qui ne sont pas encore satisfaits.

Bon perdant

Vous savez maintenant qu’une entreprise qui tourne bien est certainement passée par de pires situations incongrues. L’entrepreneur doit toujours accepter les pertes ou les échecs, surtout financiers. Il va tirer une leçon de chacun d’eux, et y trouver une opportunité de faire mieux. Un entrepreneur sait d’ailleurs que l’échec n’est pas une fatalité, qu’il est nécessaire de se relever et de redoubler à chaque fois d’entrain. Ce qui l’attend c’est une aventure palpitante, une quête même, qui ne s’obtient pas en rêvassant.

En outre, l’entrepreneur sait qu’au début, il aura surement besoin de dépenser son salaire avec toutes ses économies pour faire démarrer son activité. Il comprend que les fruits ne pourront être cueillis aussitôt, mais quand ils seront bien murs. De ce fait, il ne doit pas penser aux gains qu’une fois avoir tout bien mit en place, car la fondation est essentielle.

Ce serait une très grosse perte de temps que de recommencer, faute de la motivation de débourser dès le début. Dans ce cas, effectivement, vous aurez surement à verser le double, voire plus. Mais toujours, vous devez être patient.

Indépendance

Les personnes de ce métier sont financièrement indépendantes. Elles ont eu la force de quitter le confort et la stabilité qu’offre un poste dans une entreprise pour trouver mieux. C’est mieux dans le sens où l’on peut gouter directement et de façon convenable au prix de ses efforts, et que l’on ne dépende plus de personne financièrement parlant. Les entrepreneurs décident de leurs salaires, du moment de les encaisser, du moment de les augmenter ou les diminuer. Ils ne pèsent pas sur eux les menaces de licenciement et similaires.

Homme de décision

Pendant toute la vie d’une entreprise, son ou ses propriétaires restent les maitres des décisions en son sein. Ces derniers seront continuellement mis à épreuve, notamment pour les choix difficiles. La plupart du temps, la vie de la boite en dépend. Autrement, ces tournures peuvent être des opportunités, qui ne se présenteront pas plus d’une fois.

Ces dernières donneront à l’entrepreneur la possibilité de développer ou étendre en un rien de temps son activité. Il doit donc disposer d’une forte capacité décisionnelle afin de ne rater aucune de ces occasions et afin de s’assurer que son entreprise reste debout malgré vents et marées.

Organisation

Une entreprise dépend de son propriétaire et inversement. En intégrant ce terrain, un entrepreneur se prépare à travailler beaucoup. Il doit être vraiment méthodique pour ne pas se perdre dans ces calculs et prévisions. Des plans sont à préparer, que ce soit les plans d’attaques ou les plans de secours, avec des dates précises, des budgets précis, et autres paramètres. Ces derniers concernent notamment le marketing, la production et la vente.

Si les conditions changent ou que des opportunités se présentent, il faut savoir se réadapter. Est donc requise une capacité de réadaptation et de réorganisation, afin de se parer à toutes les éventualités. Le temps peut être compté dans certains cas, ce qui fait que la rapidité est également nécessaire.

Discipline

L’entrepreneur est maitre de son temps, de son argent et des décisions au sein de sa boite. Pour cela, il doit être discipliné, car les efforts qui ne sont pas concentrés dans le bon chemin resteront vains. Il doit, entre autres, être conscient du travail qui l’attend, de ses objectifs et de ses aspirations, des principes et motivations qui l’ont aidé à grimper les échelons. Avec une mauvaise gestion, une entreprise risque indubitablement d’avoir à fermer rapidement ses portes.

C’est pourquoi il faut être discipliné : savoir différencier les priorités, savoir corriger ses erreurs, savoir investir son temps et son argent dans une priorité, accepter de faire des heures supplémentaires au besoin. Il a été établi plus haut que l’entreprise doit suivre un plan précis, réadaptable au besoin. Vous devez être capable de suivre ce rythme, en adaptant notamment votre emploi du temps en fonction de ce dernier. Ainsi, vous montrez également le modèle à suivre à vos employés.

Réactivité

Comme expliqué dans le paragraphe précédent, les opportunités ne préviennent pas toujours. Il faut donc rester sur ses gardes pour être prêt à réagir à temps. L’idéal serait de se mettre constamment à jour sur la connaissance du marché. La politique de l’état et divers autres facteurs peuvent aussi avoir de l’influence sur son activité. Pareillement, il faut s’en soucier.

Culture

Un entrepreneur qui ambitionne de réussir doit se cultiver. Il lui sera nécessaire connaitre les bonnes manières de communiquer avec les gens et de les traiter. Est aussi utile la connaissance de l’environnement alentour ou plus précisément du milieu social, de la politique, de l’économie, la géographie, et même de l’histoire.

Curiosité

Il ne s’agit pas de simplement apprendre, il faut surtout être curieux. Vous êtes obligé d’exploiter toutes les pistes connues. Il faut porter une attention à toutes les informations importantes qui vous arrivent aux oreilles.

Un voyage ou un bain de culture peut par exemple vous inspirer pour travailler votre originalité et donc la rentabilité, pour diversifier vos produits ou vos activités. L’histoire peut vous mener à reformer votre technique de production, et la technologie peut vous influencer dans votre gestion.

Les horizons que votre curiosité va vous ouvrir sont étendus. À vous d’en profiter, car les solutions et les idées sont toujours tout près. C’est dans le quotidien, le présent. À vous d’apprendre à les saisir.

Soif d’apprendre

Un entrepreneur a la responsabilité de se cultiver pour être à jour, pour éviter de se faire arnaquer, et pour le bon fonctionnement général de son entreprise. Il doit également être curieux et ouvert au monde qui l’entoure, pour pouvoir améliorer son affaire. Mais il a surtout besoin de continuellement apprendre, de se former. Évidemment, la gestion d’une entreprise ne s’apprend pas à l’école, et le temps ne suffira jamais si on décide de tout apprendre avant de s’investir. Le mieux est de compléter ses bagages au fur et à mesure, à travers les formations, les conférences, les voyages et les expériences.

Polyvalence

La polyvalence est plus que nécessaire lorsqu’on entreprend. En effet, comment pourrez-vous gérer et surtout former vos ressources humaines si vous ne dominez pas leurs responsabilités ? On risque de profiter de votre ignorance au sein même de votre propre entreprise. Vous devez notamment être habile aux finances pour pouvoir superviser le travail de votre gestionnaire. Il faudrait également connaitre les techniques de production, de vente et de marketing pour pouvoir diriger le travail des employés concernés, et suivre leur évolution. De plus, vous aurez surement à tout gérer au début, avant d’avoir la possibilité de recruter.

Chine: chez Alibaba, le milliardaire Jack Ma passera la main l’an prochain

Le Chinois Jack Ma restera encore un an à la tête d’Alibaba. Dans un message en ligne adressé aux 86 000 employés du groupe, le fondateur du géant chinois du commerce électronique annonce qu’il quittera son poste de président exécutif le 10 septembre 2019, pour laisser la place à son successeur, l’actuel PDG du groupe, Daniel Zhang.

Chine: chez Alibaba, le milliardaire Jack Ma passera la main l'an prochain
Le confondateur d’Alibaba, Jack Ma (à gauche), passera la main l’an prochain au directeur général du groupe, Daniel Zhang (à droite).

C’est une succession préparée de longue date. Cela fait dix ans que Jack Ma songe à passer la main selon le South China Morning Post, le quotidien de Hong Kong dont il est propriétaire.

Dix ans que le cofondateur d’Alibaba, première société chinoise à dépasser les 400 milliards d’euros de capitalisation boursière réfléchit à qui prendra sa suite.

Dans son message diffusé le jour de son 54e anniversaire, Jack Ma confirme le choix qu’il a fait en 2013 en nommant Daniel Zhang comme PDG.

Préparer la future génération des décideurs d’Alibaba

Zhang Yong, de son nom chinois, ne fait pas partie des 17 cofondateurs d’Alibaba ; il a rejoint le groupe en 2007 en prenant la direction de Tobao, puis de Tmall, principaux sites chinois de vente en ligne.

C’est lui, Daniel Zhang, qui a lancé en 2009 la célèbre Journée des célibataires, repoussant chaque 11 novembre les records de vente sur téléphone portable (près de 22 milliards d’euros, 800 millions de colis écoulés lors de la précédente édition en 2017).

Daniel Zhang, 47 ans, que l’on voit souvent sur les photos aux côtés de son mentor, n’a pas le charisme de l’un des plus célèbres entrepreneurs d’Asie. Il aura aussi pour tâche de préparer la prochaine génération de dirigeants du groupe.

[amazon_link asins=’B073QVBGMS’ template=’ProductCarousel’ store=’wwwsavoirentr-21′ marketplace=’FR’ link_id=’b052c52d-b4fd-11e8-b173-711568048f37′]

Jack Ma restera directeur jusqu’en 2020

En attendant, et de manière à assurer une « transition sans heurt et réussie », Jack Ma conservera ses fonctions de président exécutif pendant an, puis celles de directeur jusqu’en 2020.

Le multimilliardaire continuera de cumuler les heures de vols : 35 jours dans les avions l’an passé, 1 000 heures prévues cette année, dont un voyage en Russie la semaine prochaine, pour officialiser le partenariat d’Alibaba avec le moteur de recherche Mail.ru.

► À relire : https://savoirentreprendres.com/2018/08/31/top-3-des-idees-marketing-inspirees-de-la-campagne-electorale/

Top 10 des citations de milliardaires célèbres

Voici 10 citations motivantes de milliardaires les plus célèbres au

monde :

1. « Je suis convaincu que la moitié qui sépare les entrepreneurs qui réussissent de ceux qui échouent est purement la persévérance. » – Steve Jobs
2. « Il faut 20 ans pour construire une réputation et cinq minutes pour la détruire. » – Warren Buffet
3. « Dans un monde qui évolue très rapidement, la seule stratégie qui est sûre d’échouer est de ne pas prendre des risques. » – Mark Zuckerberg
4. « Lorsque vous innovez, vous devez vous préparer à ce que l’on vous traite de cinglé. » – Larry Ellison
5. « Quand on est petit, on doit se concentrer et compter sur notre cerveau, pas sur notre force. » – Jack Ma
6. « C’est bien de célébrer le succès, mais il est plus important de tenir compte des leçons de l’échec. » – Bill Gates
7. « Conseil n° 1 : travailler très dur. » Elon Musk
8. « Votre marque est ce que les gens disent de vous lorsque vous n’êtes pas dans la pièce. » – Jeff Bezos
9. « Ayez votre propre vision et tenez-y. N’ayez pas peur d’être unique. » Donald Trump
10. « Un business doit vous impliquer, être fun et exercer votre créativité. » – Richard Branson

7 habitudes de millionnaires self-made que vous pouvez copier (et la science derrière ces habitudes)

Pour presque tout le monde, le rêve de devenir millionnaire apparaît comme un objectif lointain et inaccessible.

La plupart des gens croient qu’ils n’obtiendront jamais le statut de millionnaire. En réalité, la plupart des gens ne le feront pas. La raison de cela, étonnamment, n’est pas que la plupart des gens ne peuvent pas.

C’est que la plupart des gens croient qu’ils ne peuvent pas et, par conséquent, ne le feront jamais. De nouveaux millionnaires sont fabriqués chaque jour, partout dans le monde. Des actions, des biens immobiliers, des investissements directs, même de quelque chose d’aussi simple qu’un budget frugal et de bonnes pratiques d’épargne.

La différence réelle entre la plupart des millionnaires auto-réalisés et ceux qui vont s’asseoir dans des emplois bas de gamme, leur vie entière se retrouve souvent dans des habitudes simples et quotidiennes. Les petits changements dans le style de vie et la mentalité peuvent apporter des changements décisifs à votre compte bancaire dans le temps. Le rêve de devenir millionnaire ne doit pas rester un fantasme inaccessible, mais agréable. C’est très possible pour la plupart des gens.

La plupart de ces petits changements nécessitent une volonté et une détermination, deux caractéristiques du millionnaire fait par soi-même. Tous prennent quelques minutes par jour.

Un petit prix à payer pour atteindre le statut millionnaire, et peut-être même se retirer au début de la sécurité financière durement gagnée.

Malgré la simplicité de ces habitudes, la grande majorité des gens à travers le monde continuera comme ils l’ont fait auparavant, en voyant les mêmes résultats qu’ils ont toujours. Seuls ceux qui désirent faire un changement, se fixer le but et lutter tous les jours pour l’atteindre, briseront cette barrière invisible séparant les riches du reste.

Avec une manière savante d’investir tout cet argent, une fois que le statut millionnaire est atteint, même une petite fortune peut devenir un niveau de sécurité financière dont la plupart des gens ne rêveront que. Jetez un coup d’oeil à l’infographie ci-dessous pour les sept habitudes du millionnaire auto-fabriqué. La mise en œuvre de ces pratiques simples aujourd’hui peut changer votre vie.

Entrepreneurs : Ce Qu’Il Faut Absolument Savoir Sur l’Intelligence Artificielle

L’intelligence artificielle existe depuis plusieurs décennies. Mais avec les progrès de nouvelles technologies comme le cloud computing ou l’analyse de données, elle dispose enfin d’une influence significative. Par exemple, les entreprises comme Google, Facebook ou Microsoft, ont investi en masse dans cette technologie. En réalité, Googleconsidère même avoir fait de l’intelligence artificielle sa priorité.

Une fois de plus, les opportunités présentent sur ce marché sont considérables. Selon Gartner, les dépenses dans ce domaine devraient augmenter d’un taux annuel composé moyen de 18 %, pour atteindre 383,5 milliards de dollars en 2020.

Alors, quelle est la meilleure manière de tirer profit de l’intelligence artificielledans son entreprise ? Il est en réalité assez difficile d’identifier de bonnes pratiques et des méthodes claires et précises dans le domaine. Il faudra donc prendre quelques risques et ne pas avoir peur d’échouer sur le court terme afin d’y parvenir à long terme.

Mais pour commencer, il est indispensable de bien définir ce qu’est l’intelligence artificielle. Il est de notoriété publique que ce marché fait parler de lui actuellement, ce qui le trouble légèrement. Et il semblerait que toutes les entreprises de la tech pensent jouer un rôle primordial dans le secteur.

Mais Andreas Roell, un associé d’Analytics Ventures, décrit assez bien la technologie : « Le concept d’intelligence artificielle, c’est l’incorporation de la pensée intelligente aux systèmes informatiques. Au lieu d’être fournis avec des formules spécifiques permettant de traiter des données et des informations, les ordinateurs sont alimentés à l’aide d’algorithmes afin de traiter les données. Ces algorithmes sont dotés de limites générales qui mènent aux résultats escomptés ».

Ce qui n’est pas la même chose que le machine learning. Il est cependant essentiel de remarquer que le machine Learning est un sous-élément de l’intelligence artificielle. Il consiste en l’utilisation des systèmes informatiques permettant de considérablement améliorer la performance des résultats. Cela implique souvent des tâches fastidieuses comme la reconnaissance d’images ou la traduction.

Comment tirer profit de l’intelligence artificielle dans votre entreprise ?

Le monde est submergé de données. Et les ordinateurs peuvent les comprendre. Alors, lorsqu’une entreprise arrive à mettre en place une intelligence artificielle, elle peut donc améliorer considérablement sa position de compétiteur, grâce à des prédictions, des recommandations, des visualisations et la détection des risques.

D’une certaine manière, l’intelligence artificielle est la suite logique d’Internet. Autrement dit, nous pourrons exploiter les données de manière beaucoup plus efficace grâce à elle.

Alors, comment est-il possible de tirer profit de l’intelligence artificielle dans votre en entreprise ? Tout d’abord, il n’existe pas de solution miracle qui pourra être directement incorporée à votre système et le transformer.

N’oubliez pas que l’intelligence artificielle est un procédé. Afin qu’il fonctionne parfaitement, des données doivent être traitées et analysées en continu, et il doit être axé sur les spécificités de votre secteur.

Ensuite, une solution d’intelligence artificielle nécessite la transparence des algorithmes. Que se passe-t-il réellement durant la prise de décision ? Cela a-t-il du sens ? Quelle est la logique des résultats obtenus ?

Si un éditeur de logiciels ne fournit que quelques détails sur ces sujets, alors méfiez-vous. S’il n’arrive pas à vous expliquer le fonctionnement du produit, alors ce dernier pourrait être plus néfaste que bénéfique pour votre entreprise.

Et pour finir, il est essentiel de mettre en place des KPI (Key performance indicators). Ce sont des points de repère qui vous permettront de comparer les performances de différents systèmes d’intelligence artificielle. « Les deux KPI utilisés pour le deep learning moderne et permettant de mesurer la qualité du filtrage par motif, sont la précision et le rappel », explique Sandeep Pandya, président de NetraDyne. « La précision est le taux d’objets correctement détectés parmi tous les objets détectés. Le rappel, c’est le taux d’objets correctement détectés parmi la population d’objets légitimes ».

Cela peut donc aller très vite. Mais les entrepreneurs n’ont pas réellement besoin de rentrer dans les détails. Lorsque l’on parle d’intelligence artificielle, il est primordial de comprendre le potentiel de la technologie, tout comme il est important de pouvoir prendre des décisions complexes et de se focaliser sur des résultats tangibles