La Fondation Obama annonce un programme de formation au leadership pour les jeunes Africains

La Fondation Obama a annoncé lundi qu’elle formerait 200 jeunes leaders à travers l’Afrique qui travaillent dans le gouvernement, la société civile et le secteur privé.

Le programme, Obama Foundation Leaders: Africa, sera lancé en juillet, avec cinq jours d’ateliers de développement et d’engagement civique conçus pour aider les leaders émergents à générer des changements positifs dans toute l’Afrique. Par la suite, la formation se poursuivra dans le cadre d’un programme d’un an, au cours duquel les participants auront accès à des ressources en ligne comprenant des formations et des webinaires animés par des experts de l’industrie.

Tirant parti de plus de 10 000 candidats, les individus sélectionnés constitueront «l’épine dorsale d’un plus grand écosystème de fondateurs de changement à travers le continent et, finalement, le monde, alors que la fondation lance des programmes de leadership similaires dans les régions du monde». dans un rapport.

Bernadette Meehan, auparavant directrice exécutive des programmes internationaux de la Fondation, supervisera le programme en tant que responsable international.

« Ces personnes remarquables feront partie de notre groupe de leadership le plus grand et le plus ambitieux à ce jour: les dirigeants de la Fondation Obama: Afrique », a déclaré Meehan, qui a précédemment passé 13 ans en tant qu’officier du service extérieur. « En réunissant 200 jeunes leaders de toute l’Afrique, nous espérons commencer une conversation sur la façon dont chacun d’entre nous peut créer un changement positif dans nos communautés. »

Le programme des leaders africains est l’un des programmes internationaux de la Fondation Obama qui vise à créer des liens avec les jeunes leaders du monde entier.

L’ancien président Barack Obama marquera l’ajout du nouveau programme par une visite à Johannesburg le 17 juillet, la veille de la Journée internationale Nelson Mandela.

En plus de communiquer avec les participants du programme, M. Obama prononcera la 16e conférence annuelle de Nelson Mandela en l’honneur du centenaire de la naissance de Madiba. Obama devrait se concentrer sur la mission de Mandela pour combler le fossé entre les idéologies politiques, tout en soulignant l’oppression et l’inégalité.

Environ 4.000 personnes sont attendues à la conférence, qui est conçue pour conduire le débat sur les questions sociales en Afrique du Sud et dans le monde

Publicités

12 excellentes raisons de créer son entreprise

12 excellentes raisons de creer son entreprise

savoir Entreprendre

, qui s’est choisi pour mission d’être le premier blog magazine entrepreneurial des créateurs et dirigeants d’entreprise, évoque aujourd’hui quelles sont les 12 excellentes raisons de créer son entreprise. Celles-ci ne se trouvent pas dans les manuels théoriques mais dans le cœur du métier d’entrepreneurs. Créateur d’entreprise c’est l’oxygène de la France. Tout le monde a entendu « la France a des idées mais pas de pétrole ». Oui mais depuis quelques années, les créateurs montrent qu’ils ont non seulement des idées mais qu’ils sont en train de créer de l’emploi, de l’optimisme et bref d’être ceux qui ont la volonté de relever la France du tourment du chômage.

Raison 1 : De se lancer des défis jaillit la sagesse.

Choisir de naviguer en terre inconnue et accepter dès le départ de rencontrer des obstacles de toutes sortes et de les surmonter est une aventure avec bien des péripéties. Vous ne pouvez pas redécouvrir l’Amérique, c’est déjà fait. Les terres inconnues en fait sont celles de votre capacité à naviguer dans les eaux tumultueuses de la création d’entreprise.

Raison 2 : Vous obliger à sortir des sentiers battus et à vous remettre lui-même en question.

Qui suis-je vraiment ? S’il est facile de donner des conseils aux autres et de dire à ta place je ferai, il est beaucoup plus difficile de se remettre en question et la création d’entreprise oblige tout entrepreneur à se débarrasser de ses idées reçues. Vous aviez certaines convictions qui vont se révéler justes mais de nombreuses vont vous montrer vos limites et vous apprendre à mieux analyser toute situation.

Raison 3 : Vous allez utiliser tout votre potentiel.

Vous allez devenir maitre dans des domaines que vous détestiez et finir par être un ou une pro de la comptabilité, la communication, le commercial… Et oui vous êtes le chef d’un orchestre aux talents multiples. L’adversité fait ressortir le potentiel dont chaque entrepreneur a besoin pour faire de son entreprise une success story : la persévérance, la volonté, la créativité….

Raison 4 : Vous allez défier les conformistes.

Un proverbe japonais dit que « Le clou qui dépasse appelle le marteau. » Et bien oui vous allez défier la normalité celle qui veut vous faire entrer dans le rang.
Vous rencontrerez ceux qui vous diront que votre idée est excellente et vous lirez dans leurs yeux qu’ils pensent que vous êtes fou, ceux qui ne comprendront pas qu’avec vos diplômes vous ne cherchiez pas le confort, ceux qui pensent que vous n’avez pas été capable de finir vos études et que vous prétendez vous lancer dans l’aventure et vous aurez même droit à l’histoire de la grenouille qui veut se faire plus grosse qu’un bœuf et aussi à la crise, qui vous demande d’observer la plus grande prudence … Certes vous rencontrerez des soutiens mais vous allez vaincre tous ceux qui voulaient transformer votre vie en métro, boulot, dodo !!!

Raison 5 : Vous allez créer de l’emploi

Vous allez tirer une immense fierté est que vous allez être celui qui va donner du travail aux autres, qui va apporter le bonheur aux autres.

Incroyable quand vous aurez votre premier salarié, vous verrez poindre le fruit de vos efforts. Les stagiaires qui viendront rejoindre votre entreprise auront le sentiment d’une grande utilité. Leur stage ne sera pas d’être préposé à la photocopieuse mais de devenir un collaborateur. Quand ils quitteront votre entreprise, ils n’auront qu’une envie celle de créer leur entreprise.

Raison 6 : Vous allez choisir vos équipes ou presque

…Car comme vous n’avez pas beaucoup d’argent pour attirer le salariés, il vous faudra les convaincre que vous avez l’idée de génie, et là vous allez développer vos capacités commerciales et charismatiques. Finalement vous apprendrez à composer, à devenir humain et à communiquer votre passion. Cependant, beaucoup de personnes compétentes se retrouvent sans emploi. C’est le moment de faire travailler en freelance des professionnels qui vous apporteront leurs savoir-faire et leur professionnalisme !

Raison 7 : Vous allez susciter l’admiration…

…Et oui les entrepreneurs ont la côte en ce moment dans un pays où les actualités ne parlent que de chômage, de harcèlement. Ils sont perçus comme des courageux qui dans la tempête cherchent la sortie du tunnel. Les aventuriers du XXIème siècle. Quelle chance vous avez, vous allez devenir un modèle.

Raison 8 : Vous allez rencontrer de nombreuses personnes…

…Dont vous n’auriez jamais croisé le chemin aux profils les plus divers et vous allez développer vos capacités d’adaptation. Vous allez partager en coworking votre bureau et rencontrer des entrepreneurs qui deviendront vos amis et alliés dans ce voyage.

Raison 9 : Comme votre trésorerie ne vous permet pas d’avoir un bureau flambant neuf…

…Vous allez protéger la terre en recyclant les bureaux, les chaises que vous trouverez sur les sites. Vous pourrez l’afficher comme une marque de noblesse.

Raison 10 :Vous allez donner du sens à votre vie, vous allez acquérir la liberté…

…Certes avec des contraintes mais la liberté qui fait que lorsque vous vous lèverez le matin, vous aurez l’impression que le monde vous appartient. Vous allez pouvoir donner du sens et de la valeur à votre travail, et donc à votre vie.

Raison 11 : Vous allez faire partie de la communauté des entrepreneurs…

…Un réseau imparable.

Raison 12 : Vous allez écrire une histoire unique car chaque créateur est unique…

…Et parce qu’il est unique la création de son entreprise ne peut être qu’une réussite.
Faites-vous aider par notre partenaire, pour rédiger vos statuts : cliquez

cliquez

Source: Dynamique mag

8 façons de se libérer de la peur

Tout d’abord, quand vous ressentez que ce soit la peur ou l’anxiété face à un événement ou une décision, généralement votre tête est comme dans un brouillard et il vous est difficile de penser clairement. Une des premières choses à faire est de sortir prendre l’air et de marcher au moins 15 minutes, ou d’occuper votre cerveau à autre chose d’agréable par exemple prendre un thé, ou un bain.

Respirez de façon abdominale et si vous remarquez que votre cœur bat rapidement, ne vous en faites pas trop et continuez de respirer par le nez et regardez par exemple un arbre, le ciel, ou une image que vous appréciez.

Vous pouvez mettre vos mains sur votre plexus solaire et rester présent à vous –mêmes. L’idée n’est pas de combattre la peur mais de rester présent à vous-mêmes.

Affrontez vos peurs

Cela a pour effet de les voir diminuer et s’il s’agit par exemple de prendre l’ascenseur, traverser un pont, appeler une personne pour une entrevue d’embauche, passez à l’action, vous vous rendrez compte que premièrement vous n’êtes pas mort et qu’on pourrait être intéressé à vous rencontrer.

Osez explorer

Imaginez le pire qui puisse arriver, vous passez 10 entrevues et personne ne vous engage. Il est peut-être temps de repenser à ce que vous désirez vraiment dans la vie, est-ce vraiment ce genre de boulot, est-ce le bon endroit? Peut-être êtes-vous destiné à autre chose que ce que vos peurs vous dictent? Osez explorer ne serait-ce que mentalement ou sur le web, ce qui vous fait vraiment envie.

Faire un premier pas.

Imaginez le pire qui puisse arriver si vous faites ce premier pas, par exemple, faire un voyage à l’autre-bout du monde, faire savoir à une personne qui vous intéresse que vous pensez à elle, vous mettre au vélo de montagne, lancer votre entreprise, et vous verrez que votre sagesse et capacité de faire la différence entre la témérité et le gros bon sens font partie de vos ressources existantes.

Inspirez-vous des autres

S’il s’agit par exemple de la phobie des ascenseurs ou des insectes, essayez de vous rappeler d’une personne qui avait cette même crainte de suffoquer et demandez-vous s’il y a des chances réelles que ça vous arrive.

Sortez de votre cadre de vie habituel

Dans le fond, avoir peur c’est parfois bon signe. C’est le signe que vous sortez de votre cadre de vie habituel, que vous faites un saut dans l’inconnu et dans la plus grande majorité des cas, vous aurez plus d’assurance une fois que vous aurez osé faire le pas.

N’essayez pas d’être parfait

Rappelez-vous que personne n’est parfait et qu’il y a toujours de bonnes et moins bonnes journées, que la vie est parfois en zigzag et que c’est la réalité de bien des gens malgré les apparences.

Visualisez un endroit agréable.

Vous pouvez vous imaginer marchant sur la plage, être dans un parc en train de vous amuser avec votre chien, ou vous rappeler des moments agréables lorsque vous étiez enfant. L’important est de laisser les sensations agréables prendre le dessus jusqu’à ce que vous vous sentiez plus détendu.

Ouvrez-vous à une personne compétente.

Parfois on peut en parler à un ami, mais il vaut mieux s’adresser à une personne neutre qui vous ramènera à vos ressources et vous aidera à voir le réalisme derrière ces peurs ou blocages

Nigeria: Aliko Dangote inaugure une école de commerce d’une valeur de 55 millions d’euros

L’homme le plus riche d’Afrique, Aliko Dangote, a inauguré samedi 3 mars, l’école de commerce d’une valeur de 1,2 milliard de naira (soit 55 millions d’euros) qu’il a construite sur le campus de l’université de Bayero, dans l’Etat de Kano, au Nigeria.
 
L’école de commerce qui servira de centre d’incubation pour l’entrepreneuriat et le développement entrepreneurial dans le pays, comprend des amphithéâtres, des bibliothèques, des bureaux et des cafétérias entre autres. Aliko Dangote l’a lancé officiellement en compagnie de l’émir de Kano, Muhammadu Sanusi II.
Mon intérêt pour le soutien de l’enseignement supérieur au Nigeria provient de la conviction que nous pouvons et devons fournir la même qualité d’éducation ici au Nigeria, comme partout ailleurs dans le monde. Une éducation de qualité est fondamentale pour créer une économie et une société dynamiques. Mon objectif pour cette école de commerce est de devenir un point de référence quand il s’agit d’apprendre à faire des affaires avec succès au Nigeria et en Afrique.
 
Cela signifie que cette école de commerce devrait mener des études et des recherches spécifiques à nos besoins et à nos façons de faire, ce qui permettrait de partager plus d’informations sur la manière dont les Africains peuvent faire des affaires. Je crois que cette école de commerce peut et devrait favoriser la relation avec d’autres écoles de commerce à travers l’Afrique et le monde et je suis sûr qu’ils ont déjà une affiliation avec trois autres universités.
 
Cette école de commerce formera et préparera les futurs leaders africains du monde des affaires, qui comprendront comment développer et formeront également d’autres hommes d’affaires visionnaires. Je vois aussi cette école de commerce jouer un rôle dans l’accélération de l’intégration économique de notre continent

CE QUE TOUT BON MANAGER DOIT DÉVELOPPER CHEZ SON ÉQUIPE

Ce que tout bon manager doit développer chez son équipe
Pixabay.com

Aménagement des bureaux, promotion de l’intelligence émotionnelle, méditation de pleine conscience, meilleure écoute des usagers : ce ne sont pas les outils qui manquent pour décupler le potentiel des collaborateurs.

Les entreprises n’ont pas fini de chambouler leur façon de travailler… et la nôtre. “Après avoir transformé l’expérience client grâce au numérique, elles s’attaquent aujourd’hui à l’expérience collaborateur”, observe Julien Villeminot, directeur chez Capgemini Consulting. Il ne s’agit pas seulement d’humaniser le cadre de travail en disposant quelques plantes vertes dans les bureaux, mais bel et bien de booster la performance des salariés en développant la collaboration sous toutes ses formes : au sein des équipes, entre les services et, de plus en plus, avec les clients, fournisseurs et partenaires de la société.

Car c’est bien dans le développement de l’intelligence collective des équipes que les organisations, condamnées à innover pour se démarquer, trouveront leur planche de salut. Comme l’affirme Yves Morieux, senior partner du Boston Consulting Group (BCG) à Washington : “Grâce aux interactions entre ses membres, un groupe est à même de résoudre des problèmes beaucoup plus complexes qu’un individu seul.” Bref, il va falloir apprendre à compter sur les autres. Voici quatre clés pour y parvenir.

>> 26% de l’intelligence collectived’un groupe dépend de sa sensibilité sociale (capacité de ses membres à détecter l’état émotionnel des autres). Source : Carnegie Mellon University, Pittsburgh, 2010.

1- DONNEZ LE POUVOIR AU TERRAIN

Authenticité. “La qualité des interactions dans un groupe ne se résume pas à la bonne entente entre les individus, explique Yves Morieux, du BCG. La coopération n’est pas exempte de confrontations et de frictions car la richesse naît d’une discussion authentique” Quelques règles simples vont vous permettre d’instaurer ce climat de saine franchise au sein de votre équipe. La première n’est pas forcément la plus intuitive : il s’agit d’augmenter la quantité de pouvoir disponible à tous les échelons de l’entreprise. “La redistribution du pouvoir par le haut, ce que l’on appelle l’empowerment, fonctionne rarement, assure Yves Morieux. En accordant plus de prérogatives à l’un, on en retire à l’autre. Un jeu à somme nulle. Ce qui est réellement efficace, c’est de créer des pouvoirs locaux qui n’empiètent pas sur la direction centrale. C’est possible à condition de réfléchir en termes d’interactions et non d’organigramme.” Par exemple en confiant au manager de terrain l’organisation du travail de son équipe, comme dans la grande distribution, plutôt que de lui demander d’appliquer telle ou telle directive décidée en haut lieu.

Coopération accrue. Autre recommandation : soigner le rôle des “intégrateurs”. “Ce sont les acteurs de terrain dont le rôle est de faire travailler ensemble tous les départements, poursuit le consultant. A l’image du réceptionniste d’un hôtel, clé de voûte des interactions entre les clients et les services. En donnant plus de responsabilités à ses réceptionnistes, un établissement gagne en performance.”
Enfin, il s’agit de mettre en place quelques procédures quotidiennes pour inscrire dans la durée ce nouvel état d’esprit. On veillera, par exemple, à faciliter les échanges entre les services et à proposer à chacun de se présenter aux autres pour permettre aux salariés de mieux connaître le travail de leurs collègues. On pourra aussi accentuer les bénéfices liés à la bonne coopération entre les diverses fonctions de l’entreprise ou encore récompenser les actions de collaboration… et sanctionner leur absence.

>> Vidéo humoristique – Quand notre chroniqueur ose dire « L’esprit d’équipe, ça suffit ! »

l’esprit d’équipe

l’esprit d’équipe Peter Franklin

http://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.184.1_en.html#goog_83532930


Codéveloppement. Définie par les Américains Peter Salovey et John Mayer en 1990, l’intelligence émotionnelle désigne la capacité à reconnaître, accepter et maîtriser ses propres émotions et à composer avec celles des autres. Elle est devenue l’un des principaux leviers du leadership : “Aider les collaborateurs à s’épanouir pour mieux entraîner les équipes ne passe plus par le management des process, mais par l’activation des émotions”, affirme Nadia Remerand, responsable de la coordination opérationnelle DRH de la Maif. Plus d’un millier de salariés du groupe Covéa (GMF, MMA, Maaf) ont déjà Comment ça marche ? “Les volontaires sont réunis par petits groupes autour d’un coach. Chacun raconte une situation professionnelle insatisfaisante. Les autres l’aident à y réfléchir en s’appuyant sur leurs capacités émotionnelles et cognitives”, explique Axelle Swyngedauw, animatrice codéveloppement chez Covéa. Avec quel impact ? Les participants disent observer une amélioration de leur capacité à communiquer, à gérer le changement ou les confits. Cécile Daragnez, manager chez Covéa, en témoigne : “Il faut accepter de se livrer. Mais, une fois que l’on y a goûté, il est difficile de s’en passer : les séances de codéveloppement sont une respiration et apportent une réelle prise de recul. J’en retire même des bénéfices dans la sphère privée”.

  • À la MAIF, l’impact des émotions positives
    JO de Paris 2024. Les basketteuses américaines mènent de 15 points. En tant que coach, comment allez-vous motiver les Françaises pour qu’elles donnent le maximum ? C’est le scénario proposé aux managers de la Maif lors d’un atelier sur l’intelligence émotionnelle. Un participant fait miroiter les lauriers de la victoire, un autre tape dans ses mains pour transmettre sa ferveur… Animateur de l’atelier, Arnaud Demaison, de Koroïbos, valide toutes les options : “Entraîner une équipe passe plus par l’intention que par le raisonnement. Il faut accepter les émotions négatives et maximiser les positives : l’amour, la fierté, la joie…” Les managers en ressortent rassurés : les émotions ont (enfin) droit de cité dans l’entreprise !

Méditation de groupe. D’autres entreprises initient leur personnel à la méditation de pleine conscience. Il s’agit de se mettre à l’écoute des sensations, des pensées qui traversent l’esprit. “L’objectif est d’apprendre à ajuster son comportement en fonction de l’autre tout en exprimant ses propres émotions”, détaille Dominique Steiler, titulaire de la chaire mindfulness(pleine conscience) de Grenoble Ecole de management.
Chez Teledyne e2v, une société de semi-conducteurs de 350 employés, les ateliers de méditation sont depuis trois ans au catalogue du comité d’entreprise. Hewlett Packard Enterprise en propose aussi depuis 2015. “Cela apprend aux salariés à se focaliser sur l’instant présent et les aide à se concentrer et à être plus efficaces”, assure Laurence Commandeur, responsable RH et risques psychosociaux chez HPE. De leur côté, les participants disent développer leur capacité d’écoute, d’empathie et d’attention. Zen, quoi.

3- DIVERSIFIEZ LES SOURCES D’INSPIRATION

Visite d’entreprises. L’Oréal, Natexis, Safran, Deloitte, les Pompiers de Paris, l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart… autant de structures visitées depuis trois ans par 400 salariés de la Maif. L’objectif ? Découvrir de nouveaux horizons et y puiser de l’inspiration sur des thèmes comme “travailler autrement” ou “le sens du collectif”. “Nous encourageons aussi l’hybridation entre les grands groupes et les start-up à travers notre démarche Happy Mobility”, raconte Olivier Ruthardt, DRH de la mutuelle d’assurance. Celle-ci consiste en une mobilité croisée entre salariés de la mutuelle et un échantillon de start-up, chacun apportant son expérience et ses compétences. “Nous souhaitons nous ouvrir davantage à d’autres façons de penser, de travailler…”, commente le DRH.

Dans le même esprit, Renault et des partenaires tels que Nokia, Visteon et OuiShare ont cofondé fin 2016 un laboratoire d’”émergence collaborative”, installé dans une ancienne concession automobile de 2.500 mètres carrés. Baptisé Le Square, ce collectif d’entreprises réunit 75 personnes et a pour mission d’imaginer les transports de l’avenir et de dessiner de nouvelles manières de travailler. “La proximité fait naître des synergies et des projets communs”, se félicite Lomig Unger, cofondateur et responsable du Square. Des projets sont déjà en cours, portant sur les déplacements dans la capitale ou sur des petits véhicules connectés autonomes. “Ce qui nous fédère, c’est une culture centrée sur les utilisateurs et le design thinking”, souligne Lomig Unger.

©Warner Brothers/Collection Christophe L. Les approches classiques ont échoué ? Imaginez-en des nouvelles, comme Ulysse avec son fameux cheval.

Écoute des usagers. Le design thinking est un processus de conception de produits et de services mené conjointement avec l’utilisateur final. La Maif a ainsi pris en compte les attentes de ses sociétaires pour élaborer son offre 4+2, destinée aux conducteurs assurant à la fois une voiture et un deux-roues de loisirs. La méthode fait aussi son chemin dans les services publics, notamment dans les collectivités locales, où l’on parle de design de services. En interrogeant les usagers sur leurs besoins, les agents territoriaux du Val-d’Oise, entourés de sociologues, de designers et d’architectes, ont imaginé en 2013 une maison départementale des personnes handicapées. Résultats : accueil amélioré et satisfaction des usagers au beau fixe.
>> En vidéo – Transformer votre entreprise grâce au desing thinking :

Charles-Henri Besseyre Des Horts – Transformer l’entreprise grâce au design thinking

Precepta Stratégiques a reçu Charles-Henri Besseyre des Horts, professeur émérite à HEC, consultant, pour parler du design thinking.  Une interview menée par Raphaële Karayan.

http://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.184.1_en.html#goog_1360087434

Lecture

Retrouvez toutes les vidéos de Xerfi sur XerfiCanal TV. Le groupe Xerfi est le leader des études économiques sectorielles. Retrouvez toutes ces études sur le portail de www.xerfi.com.

4 – REPENSEZ L’ESPACE DE TRAVAIL


Locaux conviviaux. Dans son vaste campus de 51.000 mètres carrés au sud de Paris, le groupe Sanofi a regroupé en 2015 trois unités jusque-là dispersées. Avec un objectif : casser les silos et faire travailler ensemble des collaborateurs qui s’ignoraient. Il est vrai que l’aménagement des espaces fait aujourd’hui partie intégrante de la réflexion sur les modes de travail intelligents. “La tendance générale est de passer des bureaux fermés à des lieux partagés qui, de facto, décloisonnent et favorisent la transversalité, souligne Olivier Chappert, associé au cabinet de conseil Bearing-Point. Il s’agit de disposer les équipes en tenant compte de leurs liens quotidiens.”

Confort et détente. L’agencement des locaux a un grand rôle dans la créativité. Cabinet de conseil de direction générale, Kea & Partners propose ainsi à ses clients un espace de travail idéal : canapés, piano, lumière douce… pour des séminaires hors les murs. “Il s’agit de casser les codes des lieux professionnels pour y introduire une touche de confort et de détente, explique le directeur associé, Thibaut Cournarie. La disposition de l’espace a un impact immédiat sur la façon dont les gens interagissent. Une salle circulaire, par exemple, dans laquelle les personnes se font face, facilite la circulation de l’information et l’implication de tous les participants.” Mais attention : si beau soit-il, un espace collaboratif ne fonctionnera vraiment que si le manager mouille un peu sa chemise. “La qualité des locaux ne dispense pas de la nécessité d’animer les échanges collectifs”, conclut Thibaut Cournarie. A bon entendeur !

  • Julien Villeminot, directeur chez Capgemini Consulting : “Pouvoir travailler autrement”
    “Au concept d’entreprise libérée, je préfère celui d’entreprise libérante, où une boîte s’attache à créer les conditions pour libérer le potentiel de ses salariés. Il s’agit de développer des outils, des méthodologies, des environnements pour travailler autrement, tout en laissant aux collaborateurs le loisir de se saisir de ces outils au moment et avec les personnes de leur choix, quel que soit leur place dans la hiérarchie, voire de fonctionner en écosystème, avec des partenaires extérieurs. Toutes sortes de technologies numériques permettent aujourd’hui de favoriser l’éclosion de ces nouveaux environnements de travail collaboratif.”

​Guide rapide : comment créer votre plan de marketing web ?

Dans le contexte actuel des affaires, le succès ou l’échec d’une entreprise peut être largement influencé par son plan de marketing web. En effet, attirer de nouveaux consommateurs passe maintenant plus que jamais par une présence en ligne efficace…

Mais l’orchestration d’un tel plan d’action nécessite une bonne dose d’expérience et de connaissances, rendant l’exercice difficile pour un grand nombre de personnes. Si vous vous trouvez dans cette situation et que vous ignorez par où commencer pour créer votre plan de marketing web, voici un guide rapide qui vous permettra de démarrer en toute autonomie.

Évaluer la position dans laquelle se trouve actuellement votre entreprise vous aidera à cerner vos besoins et la stratégie à adopter. Par exemple, si vous avez déjà un site Internet et qu’il n’est plus mis à jour,
Petit Futé Guinée il se pourrait bien qu’il fasse plus de tort que de bien à votre compagnie. Rappelez-vous que les sites web les plus profitables sont souvent ceux qui engagent le plus d’actions de la part des internautes. Il faut donc avoir un site qui incite les internautes à convertir.

Il est également important que vous évaluiez vos objectifs et les délais. Comme je vais l’expliquer dans un second temps, la stratégie est grandement influencée par le temps que vous souhaitez investir dans ce projet et votre budget. Il est évident que si vous avez un budget unique de 500 € à mettre dans votre stratégie web uniquement, vous n’aurez pas les mêmes possibilités qu’une personne prête à mettre 1000 € dans sa stratégie et 1500 € par mois ensuite. Plus votre budget est important, plus vous aurez de choix en termes de plateformes sur lesquelles investir.

De la même manière, si vous souhaitez être premier sur Google demain, la stratégie sera bien différente que si vous n’avez pas de date précise en tête et que les résultats peuvent s’échelonner sur plusieurs mois.

Cette étape est primordiale. La réussite de votre plan de marketing web dépendra du niveau de précision de son élaboration.

Vous devrez tout d’abord sélectionner la stratégie la plus adaptée. Selon les objectifs que vous aurez définis précédemment en termes de temps requis pour avoir des résultats et le budget que vous désirez mettre dans votre stratégie de marketing web, les moyens vont différer.

Si vous avez besoin d’avoir des résultats très rapidement, vous allez sans doute opter pour la publicité en ligne sur des plateformes telles que Google AdWords ou Facebook Ads. En effet, ces plateformes permettent, en investissant une certaine somme, d’être présenté à une audience ciblée du jour au lendemain. Par contre, cette stratégie est une stratégie de court terme, car dès que vous arrêtez la publicité, vous n’apparaissez plus naturellement sur les plateformes choisies. Vous pourriez aussi décider de faire du SEO qui est une stratégie de long terme c’est-à-dire que les résultats seront plus durables, mais mettrons plus de temps à se manifester. Je ne cite que deux possibilités, mais les choix sont nombreux et peuvent s’avérer complexes.

Pour avoir une vision claire de ce que vous pouvez faire et des investissements nécessaires, je vous invite à contacter un expert dans le domaine ou de lire beaucoup sur le sujet. Vous pourriez également faire une liste de toutes les actions possibles et déterminer ce qu’il faut pour bien mettre en place ces actions. Par exemple, si vous souhaitez avoir une grosse communauté active sur Facebook, il faudra passer du temps de gestion de communautés sur votre page et considérer d’investir un petit budget publicitaire pour booster vos publications.

Notez que si vous choisissez d’impliquer des personnes spécialisées dans votre plan de marketing internet, elles pourront également suivre l’évolution de la stratégie et apporter les modifications nécessaires dès que le besoin se fait sentir.

Cette opération, même si elle peut sembler simple à première vue, pourrait s’avérer plus compliquée que prévu. En tant que fondatrice d’une agence de marketing web, je constate souvent que les clients sont surpris par la quantité d’investissement en temps que demande la mise en ligne d’un nouveau site web.

Gardez en tête que les échéanciers pour les plans de marketing web sont souvent réajustés. Pour être bien certain de garder le cap, communiquez régulièrement avec votre équipe et soyez toujours au 

Durant les mois qui suivront la mise en place de votre nouvelle campagne de marketing numérique, il est incontournable que vous mesuriez son succès via les données que vous recueillerez régulièrement sur le trafic attiré, les appels de clients, les nouveaux abonnés, etc. Chaque plan de marketing web qui se respecte doit être ajusté, modifié et amélioré encore et encore en fonction de ces résultats. C’est sans doute pour cela qu’une entreprise qui n’est pas prête à investir les efforts pour optimiser ses stratégies aura de la difficulté à en tirer profit.

Pour être en mesure de connaître les résultats de votre stratégie de marketing web, il faudra donc établir des tableaux de bord précis qui permettront de voir l’amélioration de votre présence en ligne. Je vous encourage vivement à utiliser un outil comme Google Analytics et surtout à prendre le temps de bien le paramétrer. Aussi étonnant que cela puisse paraître, de nombreux propriétaires de sites internet pensent mesurer les résultats de leurs actions, mais se contentent des fonctions de base de Google Analytics. Avec un bon paramétrage, vous serez réellement en mesure de suivre les résultats et de prendre les bonnes décisions pour votre entreprise.

Aussi, dès que vous commencez à travailler sur votre stratégie web, prenez l’habitude de demander à vos clients ou prospects de quelle façon ils ont entendu parler de vous. Même s’ils ne seront pas très précis (il est rare qu’un client ou prospect vous dise qu’il vous a trouvé sur Google AdWords), ils vous diront sans doute qu’ils vous ont trouvé grâce à Internet, Facebook ou même Google. C’est une bonne manière de mesurer le succès de vos méthodes et l’efficacité de votre campagne.

 En conclusion, rappelez-vous qu’il vous faudra sans doute être patient avant de récolter les fruits de vos investissements. La pire chose à faire est de dévier de votre plan (ou carrément l’abandonner) lorsque les retombées mettent plus de temps que prévu à être visibles. Si votre plan de marketing web a été conçu avec soin, en tenant compte des astuces ci-dessus, vous avez toutes les chances de réussir
.

6 stratégies pour améliorer vos compétences en réseautage d’affaires

«Ce n’est pas ce que vous savez qui compte, mais bien qui vous connaissez.» Cet adage est particulièrement vrai dans un monde des affaires de plus en plus concurrentiel, où de solides relations peuvent influer directement sur votre rentabilité.

Les entrepreneurs consacrent rarement suffisamment de temps au réseautage. Certains considèrent même le fait d’aller prendre un café avec une relation d’affaires comme une perte de temps. Or, l’établissement d’un réseau d’affaires mutuellement avantageux devrait être une priorité pour tout propriétaire d’entreprise, estime Bonnie Elliot, conseillère principale, Développement des affaires – Consultation chez BDC.

«Vous devez voir cela comme un investissement et non comme un coût. Les relations sont immensément importantes et extrêmement utiles», dit Mme Elliot, selon qui des relations d’affaires soudées peuvent déboucher sur de nouveaux clients, des compétences en gestion améliorées et la découverte de nouvelles idées.

Mme Elliot recommande quelques stratégies pour aider les entrepreneurs à améliorer leur réseautage.

 

1. Planifiez

Une erreur fréquente consiste à improviser quand il s’agit de réseautage, indique Mme Elliot. «Vous ne devriez pas participer à un événement “ par accident ”. Vous devez avoir planifié d’y assister et avoir un objectif précis – par exemple, obtenir trois rencontres avec des clients potentiels.»

Au début de l’année, lorsqu’ils préparent leur plan d’affaires, les entrepreneurs devraient également examiner leur stratégie de réseautage et se poser des questions telles que: «Qui pourrai-je rencontrer sur une base régulière? Avec qui puis-je faire des affaires cette année?»

À la fin de l’année, évaluez dans quelle mesure vous avez atteint vos objectifs et comment les relations que vous entretenez avec les membres de votre réseau ont aidé votre entreprise.

 

2. Cherchez par où commencer

Une règle pratique consiste à demander autour de vous à quels genres d’activités vos pairs participent. Les ateliers, les conférences et les salons professionnels offrent d’excellentes occasions de faire de nouvelles connaissances et de développer vos affaires.

Consulter le calendrier des activités de votre chambre de commerce locale est une autre source d’idées pour des événements auxquels vous pourriez participer.

 

3. Ne soyez pas timide

Participer à des activités de réseautage rend les gens mal à l’aise parce qu’ils ont l’impression «d’arriver au beau milieu d’une fête où ils ne connaissent personne, dit Mme Elliot. Ils peuvent se rassurer en se disant que c’est vrai pour tous les autres participants».

Quelques rappels lorsque vous participez à une activité de réseautage:

  • Apportez vos cartes d’affaires.
  • Soignez votre apparence, car les gens vous observeront de loin. La première impression compte beaucoup.
  • Préparez quelques phrases pour vous présenter et décrire votre entreprise. Cela vous sera particulièrement utile si vous êtes nerveux à l’idée de rencontrer des gens pour la première fois.
  • Passer tout votre temps avec les gens que vous connaissez est un piège à éviter. Faites l’effort de parler à de nouvelles personnes.
  • Concentrez-vous sur ce que vous pouvez faire pour les autres et non l’inverse.
  • Évitez la vente agressive. Intéressez-vous à ce que font les autres. Posez des questions.
  • N’accaparez pas les gens. Souvenez-vous que tous sont là pour la même raison que vous: créer des contacts.
  • Au terme d’une conversation, demandez à votre interlocuteur la permission de le relancer, en lui expliquant à quelles fins.

 

4. Établissez des relations avec les connecteurs

Mieux vaut avoir 10 relations mutuellement avantageuses dans votre base de données que 100 contacts occasionnels.

Prenez le temps et la peine de tisser des liens de confiance avec les connecteurs et les influenceurs de votre industrie. Selon Mme Elliot, ce sont «ceux qui font bouger les choses». Cultivez ces liens et ne les tenez pas pour acquis.

 

5. Soyez actif dans les réseaux sociaux

Les médias sociaux tels que LinkedIn et Facebook peuvent être de formidables outils de réseautage, mais les entrepreneurs ne devraient pas ignorer le pouvoir des interactions en face à face. «Allier les deux est excellent», déclare Mme Elliot.

 

6. Sortez de votre zone de confort

Créer des liens avec des pairs au sein de votre industrie est la première étape d’une stratégie de réseautage, mais vous ne devez pas vous arrêter là.

«Les entrepreneurs ont souvent une vision étroite parce qu’ils sont très centrés sur leur propre entreprise, dit Mme Elliot. Rencontrer des gens de l’extérieur de votre industrie peut apporter à votre entreprise une nouvelle perspective.»

Top 20 des conseils à donner à de futurs entrepreneurs

Vous avez un projet et l’heure arrive de le concrétiser. Seule 1 entreprise sur 2 franchit le cap des 5 ans d’activité, c’est dire l’importance d’un lancement réussi ! Voici 20 conseils pour réussir à conférer de solides fondations à votre entreprise.
Forgez votre motivation
La création d’entreprise peut s’apparenter à un parcours d’obstacles. Une forte motivation et une grande confiance en vous et votre concept vous octroieront les ressorts nécessaires pour vaincre toutes les tracasseries qui ne manqueront pas de surgir, souvent là où vous ne les attendez pas. Une motivation à toutes épreuves est nécessaire !
Définissez clairement la valeur ajoutée de votre projet
Quel que soit votre projet, à défaut d’offrir un concept radicalement nouveau, il doit apporter un plus qui se démarque de l’offre existante. Identifiez clairement cette valeur ajoutée et mettez-là en avant. Elle est la clé de voûte de votre édifice entrepreneurial.
Effectuez une vraie étude de marché
Le meilleur créateur ne vaut que par ce qu’il offre ! Evaluez la pertinence de cette dernière et son adaptation au marché local. Evaluez la concurrence.
Protégez votre patrimoine
Opter pour un statut juridique qui limite votre responsabilité en cas de difficulté (SARL/EURL, SAS, SA notamment).
Evaluez votre besoin en financement
Sachez évaluer les dépenses de lancement prévisibles. Ne comptez pas vivre de votre entreprise avant un certain temps. Hors micro-entreprises, 35 % des créateurs démarrent avec plus de 16 000 euros, 20 % avec moins de 2 000 euros. Pensez-y !
Trouvez des financements
Sachez séduire un banquier et entretenir un vrai partenariat avec ce dernier. Visez également des Business Angels aptes à comprendre votre domaine d’activité.
Recherchez les aides existantes
Le créateur d’entreprise peut bénéficier d’aides pour lancer son entreprise et d’allègements de cotisations sociales. Renseignez-vous !
Soyez méthodiques
Avancez étape par étape pour développer votre entreprise de la façon la plus pragmatique possible. Établissez un plan de développement !
Entourez-vous !
N’entamez pas ce parcours seul. Les chambres de commerce et d‘industrie (CCI), les chambres de métiers et d’artisanat, les boutiques de gestion et les incubateurs vous apportent un suivi et parfois un tutorat déterminant.
S’associer peut également constituer une bonne idée !
Faites-vous connaître
Trouvez des associés, des financements et attirer le regard sur votre concept implique d’être connu. Utilisez tous les ressorts disponibles. Réseaux sociaux, concours de jeunes créateurs, presse… Tout est bon pour faire connaître votre marque !
Conjuguez habilement technique, commercial et marketing
Affinez votre produit ou votre concept au plan technique sans jamais perdre de vue sa commercialisation et la composante marketing.

3 points importants qu’il faut maîtriser pour bien vendre

Malgré l’arrivée d’Internet dans tous nos lieux de vie courants, dans nos maisons comme sur nos lieux de travail, la vente physique reste un domaine majeur que les entreprises de tous les secteurs ne peuvent négliger. Le contact avec le client, les relations avant, pendant et après la vente, les prestations de conseil font de la vente en physique un art que peu de personnes peuvent se targuer de maîtriser complètement. En tant qu’entrepreneur commercial, vous représentez votre entreprise et vous avez pour mission de démarcher de nouveaux clients ou de nouvelles sociétés partenaires. Vous vous posez des questions pour améliorer toutes vos compétences ? Vous souhaiteriez connaître les techniques pour bien et mieux vendre ? Alors n’attendez plus pour plonger dans les lignes qui suivent. La confiance en soi En toute évidence, la première chose à considérer, bien qu’il ne s’agisse pas d’une technique particulière : pour bien vendre, il vous faut une pleine confiance en vous. Ne pas avoir peur d’aller au contact du client, ne pas avoir la crainte d’effectuer des propositions qui peuvent s’opposer aux attentes particulières du client, ne pas redouter les refus opposés par votre interlocuteur, toutes ces qualités peuvent faire de vous un vendeur hors pair. En toute évidence, la confiance se travaille alors à vous de prendre le temps nécessaire pour acquérir une pleine confiance en vous, en vos compétences et vos qualités dans le cadre de votre profession courante. Votre communication non-verbale dépend directement de votre confiance en vous. Une communication non-verbale mal maîtrisée peut être la principale cause de votre échec. La technique de l’entonnoir Première véritable technique de vente qui peut vous aider à améliorer grandement vos compétences, la technique de l’entonnoir. Cette technique est simple mais diablement efficace : il vous faut commencer votre discussion avec un client potentiel ou une entreprise recherchant un partenariat par des questions ouvertes, qui ne portent pas nécessairement sur le but final de votre entretien. Au fur et à mesure de l’avancement du dialogue, à vous de recentrer vos questions sur le produit ou le service que vous vendez ou sur le véritable objet de la discussion. Tout cela jusqu’à finir sur une question fermée, qui doit découler naturellement selon le fil de la discussion, comme une conclusion logique. A titre d’exemple, il vous faut comprendre que cette dernière question doit être synonyme d’un accord trouvé entre vous et votre interlocuteur, elle doit mettre un terme positif à ce rapport entretenu depuis le début. Ni oui, ni non Autre technique, plus verbale que la précédente : dans le cadre de votre échange avec ce potentiel partenaire, il vous faut absolument éviter les formulations fermées, c’est-à-dire répondre par oui ou non. Les réponses négatives peuvent mettre votre discussion sous une mauvaise dynamique, même chose pour les réponses positives non justifiées. Pour reprendre la technique de l’entonnoir évoquée précédemment, une réponse par un simple oui ou non peut vous empêcher de continuer à mettre en œuvre cette technique. A vous de formuler vos phrases et vos réponses en argumentant le plus possible, de façon efficace sans pour autant s’épancher dans des détails inutiles.

%d blogueurs aiment cette page :