ETOP IKPE

Huit bonnes raisons de rester salarié

bonnes raisons rester salarie
« Les entrepreneurs sont fous », « Créer une entreprise c’est prendre trop de risques », des idées largement rependues dans l’Hexagone et qui poussent de nombreuses personnes à ne pas quitter leur poste de salarié pour celui d’entrepreneur. Un choix qui peut paraître judicieux sous certains angles ! Voici huit bonnes raisons qui confortent cette prise de parti.

1 – Une charge de responsabilité raisonnable

En tant que salarié, vous occupez un poste précis et vous connaissez vos tâches et missions de la journée. Vous mettez vos compétences aux services de ces dernières et uniquement celles-ci. Le poste de dirigeant et ses différentes casquettes (négociateur, manager, expert marketing, comptable…) ne vous concernent pas vraiment et tant mieux ! Vous portez seulement la responsabilité de votre travail et pas celles des autres. Vous pouvez également rester autonome, tout en comptant sur l’aide et l’appui de votre supérieur hiérarchique en cas de difficulté. Vous ne prenez pas les grandes décisions pour votre boîte et, forcément, vous n’êtes pas responsable d’un éventuel échec.

2 – De vrais moments de repos

Si les vacances régulières et les week-ends demeurent capitaux à votre bien-être, restez salarié ! Un entrepreneur n’a, surtout dans les premières années, pas la possibilité de partir en vacances. Et lorsque vous partez dans un endroit paradisiaque, entouré de votre famille et de vos amis, vous arrivez à vous déconnecter complètement de votre sphère professionnelle : un avantage possible seulement lorsque l’on est salarié. Un dirigeant doit rester disponible à tout moment en cas d’urgences car il reste la personne référente. Les cinq semaines de vacances par an voire plus restent possibles et constituent un droit pour un salarié, profitez-en !

3 – Des horaires souvent connus à l’avance

En tant que salarié, vous savez généralement à quelle heure vous commencez et à laquelle vous finirez votre journée ! À quelques exceptions près, les heures supplémentaires quotidiennes ne font pas parties de votre mode de travail et cela vous plaît ! Lorsque vous voyez la fin de journée arriver, vous claquez la porte du bureau en lui disant à demain, et en vous apprêtant à aller boire un verre pour finir la soirée devant un bon feuilleton ! L’entrepreneur, quant à lui, ne compte ni les heures de bureau, ni celles qu’il ramène à la maison et qu’il continuera d’effectuer jusqu’à bien tard dans la soirée pour, finalement, se lever aux aurores. Si vous tenez à préserver un tant soit peu votre vie sociale et votre sommeil par la même occasion, ne tentez pas l’aventure.

4 – La sécurité de l’emploi

L’une des raisons les plus convaincantes pour les salariés de ne pas quitter leur poste reste la sécurité que ce dernier leur apporte: la sécurité sociale, la mutuelle, les droits au chômage, aux congés payés… Un ensemble d’éléments qui rassurent les employés. Vous tombez malade et pouvez compter sur quelques jours de repos pour vous remettre, un dirigeant, lui, continu de travailler même dans ce type de situation pour ne pas accumuler un retard trop conséquent. Si l’entreprise fait faillite, vous perdez, certes, votre emploi mais lorsque l’on est dirigeant, c’est tout un projet de vie qui s’envole…

5 – Des collègues sur qui se reposer

Vous et vos collègues demeurez sur un même pied d’égalité et occupez une situation assez semblable au sein de l’entreprise, malgré la différence des postes. Vous n’avez donc aucune crainte concernant le fait de vous confier à eux, ils deviennent parfois même des amis et peuvent se révéler être un soutien de taille, tant professionnellement que dans votre vie privée. Si vous créez votre entreprise, l’entente avec vos salariés, peut être aussi bonne, mais n’espérez pas vous confier à eux sur des problèmes concernant le travail. Cela pourrait vite les inquiéter ou ils ne pourraient, tout simplement, pas vous comprendre.

6 – Un salaire équivalent à vos compétences

Si vous occupez un bon poste au sein d’une entreprise, sachez que votre salaire est sûrement plus élevé qu’un entrepreneur, du moins dans ses débuts. Lorsque l’on passe du statut de salarié à celui de créateur d’entreprise, on voit son revenu considérablement diminué. Pour cause ? Les nombreux remboursements, les paiements des salaires et des fournisseurs, tout en devant générer un chiffre d’affaires suffisant pour vivre ! Rester salarié vous permet de ne pas voir vos économies personnelles s’envoler mais, bien au contraire, de les faire fructifier !

7 – Un stress moins important

Le stress professionnel touche de nombreux secteurs et peut atteindre les salariés mais frappe avantage les entrepreneurs. Un rythme de vie effréné attend le futur créateur d’entreprise : la gestion des salariés, des associés, des clients, de l’évolution de l’entreprise, tout en préservant sa vie personnelle demande une charge de travail considérable, qui amène parfois à succomber à la pression et au stress. Plus de 20 % des chefs d’entreprise se disent sujets au travail excessif et compulsif (selon une étude de Technologia, ndlr). Le poste de salarié possède également des inconvénients mais le risque de burn-out demeure moins élevé, du fait d’une charge de travail moins élevée.

8 – Garder les pieds sur terre

Tentez l’aventure entrepreneuriale, c’est connaître par avance les chiffres : la majorité des nouvelles entreprises n’atteignent pas leur sixième année d’existence. Soit moins d’une chance sur deux de réussir : un constat qui vous conforte dans votre poste de salarié, où le risque de vous retrouver au chômage reste bien moins élevé. Mais après tout, « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». Si l’ensemble de ces raisons ne vous suffisent pas pour conserver votre confort de vie salariale, c’est que l’appel de l’aventure entrepreneuriale s’avère bien trop forte : n’attendez donc plus et lancez-vous
Publicités

10 habitudes qui distinguent les personnes moins intelligentes des personnes intelligentes. La numéro 9 va vous étonner !

La véritable intelligence sociale provient de la confiance et de la compréhension que vous avez de vous-même, au point d’être capable d’interagir avec les autres de manière très mature.

Les individus qui sont socialement intelligents savent ce qu’ils veulent et comment se comporter avec ceux qui les entourent, pour que la compréhension et la relation soient les plus cordiales possibles.

Il y a certaines choses que les personnes intelligentes font si bien qu’elles se distinguent de celles qui ont de mauvaises habitudes, que la société ne tolère souvent pas. Pour savoir distinguer les personnes intelligentes de celles qui le sont moins, voici 10 habitudes et la 9ème va vous surprendre.

1 – Les personnes intelligentes savent rester calmes :

Une dispute avec votre conjoint, un embouteillage interminable ou une annulation de dernière minute. Beaucoup de raisons qui peuvent déclencher la frustration ou la colère. Les gens intelligents perdent moins souvent leur sang-froid et arrivent à garder le contrôle de soi, contrairement à des personnes moins intelligentes ou ayant un QI moins élevé.

2 – Les personnes intelligentes ne montrent pas aux autres qu’elles ont raison

Voici un signe de maturité à la fois émotionnel et intellectuel : comprendre les différences que l’on a avec les autres.
Quand vous jugez d’autres personnes dans le but d’imposer vos idées et vos opinions personnelles sur quelque chose, vous n’obtiendrez qu’une chose : les gens éviteront de partager ce qu’ils pensent avec vous. L’idéal est d’être une personne ouverte et réceptive, sans avoir besoin d’avoir la même opinion que les autres.

3 – Les gens intelligents reconnaissent leurs erreurs

Si votre QI (capacité intellectuelle) est plus élevé que la moyenne, vous n’avez aucun mal à admettre vos erreurs et à tout faire pour y remédier. Les personnes qui sont moins intelligentes pensent toujours avoir raison !

4 – Les gens intelligents ont beaucoup d’empathie

L’empathie est une qualité nécessaire pour avoir de bonne relation. Elle fait partie des traits de caractère des personnes intelligentes. Ces dernières arrivent à se projeter dans la situation dans laquelle se trouvent leurs proches, leurs amis, ils arrivent à se mettre à leur place pour compatir ! Les moins intelligents ne se remettent jamais en question et veulent toujours avoir raison.

5 – Les personnes intelligentes sont anxieuses et méfiantes

Le stress et la méfiance font partie de leur vie de tous les jours car elles sont toujours en train de douter de leur capacité à y arriver, à atteindre leur but par tous les moyens. Elles mettent ainsi du temps à accorder leur confiance aux autres et se faire des amis car elles analysent tout et imaginent tout ce qui pourrait mal se passer.

6 – Les personnes intelligentes sont désordonnées

Le désordre n’est pas nécessairement un signe de paresse! Comme beaucoup d’études l’ont déjà montré, les gens qui accordent moins de valeur à la propreté ont tendance à être plus créatifs, plus disposés à tenter quelque chose de nouveau, et donc plus intelligents.

7 – Les personnes intelligentes jurent plus que les autres

Selon une étude qui a été menée récemment, les personnes qui jurent et qui disent beaucoup de gros mots sont des personnes intelligentes. C’est même un signe important de l’intelligence chez une personne même si cela peut paraitre étrange.

8 – Les gens intelligents sont des noctambules

Les personnes intelligentes sont des personnes qui restent plus longtemps éveillées que les moins intelligentes. Ce sont des noctambules.

9 – Les gens intelligents sont de faux paresseux

Les personnes qui ont tendance à ne rien faire sont des personnes intelligentes. Elles prennent le temps de réfléchir au monde qui les entoure. Les moins intelligents par contre, ont toujours besoin de quelque chose pour se distraire

PDG: Entourez-vous de gens qui font ressortir le meilleur de vous

Lorsque vous dirigez une entreprise, le poids du monde se sent souvent comme si elle repose carrément sur vos épaules. Chaque décision et chaque problème ne cesse de s’accumuler avec personne pour partager le fardeau. Parfois, il devient si écrasant que vous vous sentez comme si vous étiez mieux avec un emploi de jour ennuyeux.

 

Heureusement, il existe une force secrète dans le monde des affaires qui peut aider à multiplier vos succès, à réduire vos échecs et à garder les choses en perspective: les entraîneurs et les consultants.

 

Les Coaches

Ces jours-ci, le titre de «coach d’affaires» est souvent utilisé, la plupart de ces soi-disant coachs étant des ordures.

 

Il est important de savoir exactement ce qu’est un entraîneur, qui n’est rien de plus qu’une personne qui peut vous aider à aller d’où vous êtes à l’endroit où vous voulez aller, plus vite que vous ne pouvez le faire par vous-même. Ils ne sont pas des gourous magiques. Ils ne sont pas toujours experts dans votre domaine spécifique. Ce ne sont que des entraîneurs.

 

Ils ne doivent pas être le meilleur

Prenez Vince Lombardi, par exemple. Il était un si bon entraîneur que la NFL a nommé le trophée du Super Bowl après lui. Lombardi était sans doute le meilleur entraîneur de football de tous les temps, mais il n’a jamais vraiment joué au football professionnel – il a joué seulement semi-pro avec les Wilmington Clippers.

  

La réponse est simple: vous n’avez pas à être le meilleur à quelque chose pour aider les autres à être le meilleur à quelque chose. C’est la compétence spéciale d’un bon entraîneur. Regardez chaque athlète professionnel. Ils utilisent un entraîneur et sont probablement bien meilleurs dans leur sport que l’entraîneur n’a jamais été.

 

Les Consultants

À mon avis, un bon consultant est un coach d’affaires qui fait aussi du travail pratique pour vous au besoin. Ils vous guident toujours, vous poussent et vous aident à prendre les meilleures décisions. Mais si vous avez également besoin d’aide pour développer votre équipe technique, gagner plus d’argent, augmenter le nombre d’utilisateurs ou verrouiller votre sécurité, un consultant retroussera ses manches et s’en chargera avec vous et votre équipe. Mais pourquoi devriez-vous les utiliser?

 

Croissance de différentes perspectives

Honnêtement, vous êtes probablement trop enveloppé dans votre propre monde pour voir la grande image. Cela nous arrive à tous. Même les consultants et les entraîneurs utilisent des consultants et des entraîneurs. Sérieusement. Je suis consultant et j’entraîne les gens. Et moi aussi, j’ai un coach d’affaires et j’engagerai un consultant chaque fois que j’en aurai besoin.

 

Le «pourquoi» est simple: les consultants m’aident à voir l’image plus grande qui me manque parfois d’être si concentré sur l’aide à mes clients.

 

Les gens sont trop concentrés sur leur travail. Les entreprises sont trop préoccupées par leurs problèmes. La meilleure façon de s’élever au-dessus de tout cela est de travailler avec quelqu’un qui a une vue de haut en bas et une nouvelle perspective. C’est là que les entraîneurs et les consultants prospèrent.

 

La consultation est pour tout le monde 

Coaching n’est pas seulement pour les débutants dans les affaires non plus. Il s’agit d’un outil utilisé par certains des PDG les plus prospères autour et recommandé par Bill Gates (Microsoft) et Eric Schmidt (Google), parmi certains des grands PDG d’aujourd’hui.

C’est un succès si facile que vous pouvez l’appliquer à vos rêves d’entreprise en ce moment. Voulez-vous lancer une application? Trouver un coach Vous voulez construire un empire e-commerce? Trouver un coach Voulez-vous être un meilleur cadre? Trouvez un coach!

 

Assurez-vous qu’ils savent ce qu’ils font avant de payer un sou. Idéalement, embaucher quelqu’un qui a fait ce que vous voulez faire ou qui a déjà aidé quelqu’un à faire ce que vous voulez faire

Les villes plus chères en Afrique en 2017 : Abidjan, Casablanca et Dakar dans le Top 5

Nairobi est la métropole la plus chère en Afrique, selon l’édition 2017 de l’enquête sur le coût de la vie réalisée par The Economist Intelligence Unit (EIU), filiale du fameux hebdomadaire économique britannique. La capitale kenyane occupe la 75è position à l’échelle mondiale dans ce classement qui compare chaque année les prix de 160 biens et services dans 133 villes du monde. Le Caire (99è au plan mondial) arrive en deuxième position à l’échelle africaine, ex-æquo avec Abidjan (99è). Viennent ensuite Casablanca (107è à l’échelle mondiale), Dakar (108è), Johannesburg (116è), Lusaka (122è), Pretoria (123è), Alger (127è) et Lagos (132è). Pour la quatrième année d’affilée, Singapour est la ville la plus chère du monde, devant Hong Kong, Zurich, Tokyo, Osaka, Séoul, Genève, Paris, New York et Copenhague. L’Asie abrite ainsi cinq des six villes les plus chères du monde. Londres passe de la 6e à la 24e place du fait de la dépréciation de la livre sterling qui a suivi le référendum sur le Brexit. L’enquête de The Economist Intelligence Unit est notamment utile aux gestionnaires des ressources humaines pour calculer la rémunération des salariés en poste à l’étranger.

Top 10 des métropoles les plus chères en Afrique:

1-Nairobi (75è rang à l’échelle mondiale)

F2-Le Caire (99è)

3-Abidjan (99è)

4-Casablanca (107è)

5-Dakar (108è)

6-Johannesburg (116è)

7-Lusaka (122è)

8- Pretoria (123è)

9- Alger (127è)

10- Lagos (132è) agenceecofin.com

5 Erreurs à Eviter Quand On Répond à Une Offre D’emploi

La recherche d’emploi n’est pas une science exacte, pour que votre candidature ne soit pas écartée, mieux vaut éviter les erreurs de débutants. Ça peut paraître évident à dire mais quand on postule il y a quelques règles de base à respecter. Mais surtout, il faut essayer de se mettre à la place du recruteur et ne pas lui faire perdre son temps avec des candidatures hors sujet.

Voici 5 erreurs simples à ne pas commettre quand on envoie son CV en répondant à une offre d’emploi.

 

1. Postuler alors que vous n’avez pas le profil 

Mieux vaut cibler votre candidature, si elle ne correspond pas au poste, elle sera forcément écartée. Par exemple, même si vous avez un diplôme dans la com’, si vous êtes débutant vous ne pourrez pas tout de suite prétendre à un poste de directeur de la communication d’une grande entreprise du Cac40.

 

2. Oublier de lire dans le détail l’annonce 

Certains critères comme la pratique d’une langue, la maîtrise d’un logiciel sont exigés dans une offre d’emploi. Si vous n’avez pas cette compétence, inutile de postuler. Les recruteurs vont à un moment donné vérifier vos compétences, se dire que ça peut passer sur un malentendu, c’est reculer pour mieux sauter.

 

3. Se perdre dans son propre parcours 

Chaque expérience que vous mentionnez sur votre CV doit servir à expliquer votre projet professionnel. Ce fil d’Ariane donne une logique à votre carrière. C’est sans doute ce qu’il y a de plus difficile à faire : aujourd’hui les parcours professionnels sont parfois chaotiques et atypiques. Il faut remettre du sens dans vos choix pour que votre candidature apparaisse comme une évidence.

 

4. Ne pas exprimer de motivation 

Plutôt que d’envoyer des candidatures spontanées identiques à des centaines d’entreprises, appliquez-vous et détaillez au maximum ce qui vous motive à travailler dans une entreprise précise. Personnaliser sa candidature c’est la clé… Comme dans d’autres domaines la standardisation n’apporte rien, alors que le sur-mesure peut faire la différence.

 

5. Spammer les recruteurs 

Si vous ne correspondez pas au poste, inutile de postuler à toutes les autres offres de l’entreprise, ça énerve les recruteurs. Mieux vaut attendre la bonne opportunité ou envoyer une candidature spontanée pour expliquer le type de poste que vous visez. N’oubliez pas que pour une offre un recruteur peut recevoir entre 50 et 250 candidatures, celles qui sont hors-sujet sont considérées comme des spams.

10 Choses Vos Parents Ont Oublié De Vous Enseigner Sur l’Argent

La religion, la santé, les opinions politiques – beaucoup de nos croyances et les comportements actuels sont basés sur ce que nos parents nous ont appris quand mous étions enfants. Malheureusement, quand il s’agit de finances personnelles, des études ont montré que les parents pourraient faire un travail beaucoup mieux d’éduquer leurs enfants.

Donc, si vous pensez que vous avez manqué quelques leçons de maman et papa, voici 10 leçons importantes sur l’épargne de l’argent qu’ils auraient oublié de vous enseigner.

1. Payez-vous en premier.

Si vous êtes comme beaucoup de gens, quand vous obtenez votre salaire, vous payez vos factures, peut-être faire un peu de shopping ou sortir le week-end, puis trouver qu’il n’y a tout simplement pas assez d’argent à mettre dans un compte d’épargne.

L’expression « se payer d’abord » est l’un des concepts les plus importants dans les finances personnelles, car il permet de résoudre ce problème – quand vous êtes payé, considérez-vous comme le plus important créancier et verser l’argent dans vos comptes d’épargne avant de dépenser de l’argent sur quelque chose d’autre, y compris les factures.

Vous ferez vos objectifs d’épargne la priorité absolue, pour les atteindre plus rapidement tout en respectant vos autres obligations financières.

2. Dépensez moins que vous gagnez.

Il semble évident, mais dépenser moins que ce que vous gagnez est en fait un problème pour de nombreux gens, en particulier au sein de notre société axée sur les crédits.

Il peut être difficile de ne pas acheter des choses sur l’impulsion, ou la rationalisation des achats importants car ils peuvent aller sur une carte de crédit.

Cependant, dépenser moins que vous gagnez est le seul moyen de rester en dehors de la dette et épargner de l’argent.

3. Comprendre la différence entre « désir » et « besoin ».

Il y a une grande différence entre ce que nous voulons et les choses dont nous avons besoin, mais il est parfois difficile de séparer les deux.

Les choses que nous avons vraiment besoin sont les besoins fondamentaux de la vie moderne: alimentation, logement, habillement, du transport et de communication (comme un téléphone).

Une fois toutes ces nécessités sont remplies, tout le reste est considéré comme un désir – même si ce désire est très fort, il se sent plus comme une nécessité.

Cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas acheter les choses que vous voulez, mais bien d’identifier la différence entre un désir et une nécessité vous aidera à prioriser les dépenses et s’en tenir à un budget qui permettra d’éliminer les désirs excessifs et mettre plus d’argent vers les besoins.

4. Arrêter la compétition avec les autres et d’être heureux avec ce que vous avez.

Les gens qui passent leur temps et dépensent leur argent essayant de vivre le mode de vie des autres ne seront jamais vraiment heureux ou trouver la vraie richesse.

Acheter le dernier gadget technologique peut vous rendre heureux superficiellement pendant une courte période, mais les tendances changent toujours et vous ne serez jamais en mesure de suivre le rythme. Imaginez ce que vous pouvez faire en économisant de l’argent à la place.

5. Payer toutes vos dettes avant de passer à autre chose.

Cela comprend les factures de carte de crédit, prêts étudiants et les prêts personnels de la banque.

Les employeurs et les prêteurs vont vérifier vos rapports de crédit qui sont générés par les bureaux de crédit pour décider s’ils veulent employer ou de prêter de l’argent à vous.

Créer des relations positives avec vos prêteurs et n’oubliez pas de toujours rembourser ce que vous avez emprunté.

6. Obtenez les meilleures offres.

Si vous êtes le type qui aime faire du camping, du snowboard ou de participer à des activités saisonnières, vous verrez que vous pouvez obtenir les meilleures offres pendant l’hors saison.

Acheter des équipements peut vraiment s’accumuler et devenir très coûteux, mais pour les meilleurs prix, essayez d’acheter avant ou après le début de la saison.

Beaucoup d’entreprises qui vendent exclusivement les produits saisonniers permettront des réductions jusqu’à 80 pour cent sur tous les articles. La prochaine fois que vous prévoyez des activités, gardez cela à l’esprit – il vous aidera à économiser beaucoup et vous permet de profiter de ce que vous aimez faire.

7. N’oubliez pas votre santé.

Même si vous ne tombez pas souvent malade, vous devriez toujours avoir une couverture des soins de santé.

Une erreur commune est de penser que vous pouvez épargner de l’argent supplémentaire chaque mois en n’ayant pas à payer pour la couverture des soins de santé.

Eh bien, imaginez combien il vous en coûterait si vous deviez payer de votre poche pour un traitement médical sérieux. Il pourrait coûter une fortune.

Alors, pourquoi s’embêter avec l’épargne de 150$ quand vous pouvez vous sauver de la dette médicale? Il est toujours mieux d’être sûr que désolé.

8. Si vous ne comprenez pas un produit de placement, demandez plus d’informations – ne pas l’éviter.

Beaucoup de produits de placement sont d’excellents outils pour faire pousser vos économies, mais peuvent être compliqués et difficile à comprendre.

Ne pas éviter un investissement potentiellement avantageux parce que vous ne le comprenez pas.

Si vous tombez sur un investissement que vous n’êtes pas certain qui est bon pour vous, même après que vous avez fait votre recherche, consulter un conseiller financier de confiance pour vous informer sur le produit.

9. Connaître la différence entre épargner de l’argent et investir de l’argent.

Lorsque vous épargner de l’argent, que vous le mettez dans un compte d’épargne, compte de marché monétaire ou d’un certificat de dépôt, vous savez que votre argent ne va nulle part et vous l’aurez dans l’avenir.

Lorsque vous investissez votre argent dans un produit financier, comme une action, fonds communs de placement, obligations, etc., vous prenez le risque de perdre cet argent.

L’épargne et l’investissement sont des choses intelligentes à faire, mais gardez à l’esprit que le marché financier est instable et vous devriez avoir certains de vos économies dans des produits de dépôt.

10. Disposer d’un fonds d’urgence de trois mois (au moins).

Vous ne savez jamais ce qui pourrait arriver dans l’avenir. Il y a toujours une possibilité que vous pourriez être licencié parce que l’économie ne va pas bien, ou une réparation importante à votre maison ou à votre voiture est nécessaire

Inspirez confiance pour influencer

L’air de rien, de manière très informelle, elle invite Donald à partager une salade dans la cuisine de la Maison-Blanche. Dans ce cadre familier et intime, elle se montre à lui sous un jour nouveau et engage la conversation hors de tout cérémonial. Elle l’amène à exprimer ses craintes et à se confier sur la difficulté qu’il ressent à faire face à la situation. Et, en particulier, au bras de fer qui s’annonce avec le redoutable Petrov. Mis en confiance, Donald va «naturellement» solliciter l’aide de Claire dans les négociations avec le président russe. Le jour J, il entame les pourparlers téléphoniques avec son homologue… En communiquant discrètement avec Claire sur son ordinateur. Dépassant le rôle de coach classique, celle-ci va influer sur le fond et la forme des discussions en lui prodiguant ses conseils en direct. Le tour est joué !

 

MURMURER A L’OREILLE DU BOSS. Pour obtenir la confiance de Donald et le diriger dans ses décisions, Claire a agi avec beaucoup de prudence, de discrétion et d’humilité feinte. Elle lui a d’abord prouvé ses compétences en matière de négociation : Donald l’estime pour cela et ne remet pas en cause sa légitimité. Ensuite, elle a fait preuve d’une qualité indispensable pour arriver à ses fins : la patience. Il faut en effet du temps pour établir une certaine forme d’intimité dans la relation, lors de moments privilégiés qui autorisent les confidences (en arrivant au bureau tôt ou en restant tard, par exemple). Il faut également travailler sur la durée pour devenir un soutien indéfectible lors des périodes de turbulences (en dissimulant les éventuels désaccords qu’on peut avoir). On ne devient pas la femme (ou l’homme) qui murmure à l’oreille du boss du jour au lendemain ! 

Inspirez confiance pour influencer

L’air de rien, de manière très informelle, elle invite Donald à partager une salade dans la cuisine de la Maison-Blanche. Dans ce cadre familier et intime, elle se montre à lui sous un jour nouveau et engage la conversation hors de tout cérémonial. Elle l’amène à exprimer ses craintes et à se confier sur la difficulté qu’il ressent à faire face à la situation. Et, en particulier, au bras de fer qui s’annonce avec le redoutable Petrov. Mis en confiance, Donald va «naturellement» solliciter l’aide de Claire dans les négociations avec le président russe. Le jour J, il entame les pourparlers téléphoniques avec son homologue… En communiquant discrètement avec Claire sur son ordinateur. Dépassant le rôle de coach classique, celle-ci va influer sur le fond et la forme des discussions en lui prodiguant ses conseils en direct. Le tour est joué !

 

MURMURER A L’OREILLE DU BOSS. Pour obtenir la confiance de Donald et le diriger dans ses décisions, Claire a agi avec beaucoup de prudence, de discrétion et d’humilité feinte. Elle lui a d’abord prouvé ses compétences en matière de négociation : Donald l’estime pour cela et ne remet pas en cause sa légitimité. Ensuite, elle a fait preuve d’une qualité indispensable pour arriver à ses fins : la patience. Il faut en effet du temps pour établir une certaine forme d’intimité dans la relation, lors de moments privilégiés qui autorisent les confidences (en arrivant au bureau tôt ou en restant tard, par exemple). Il faut également travailler sur la durée pour devenir un soutien indéfectible lors des périodes de turbulences (en dissimulant les éventuels désaccords qu’on peut avoir). On ne devient pas la femme (ou l’homme) qui murmure à l’oreille du boss du jour au lendemain ! 

10 compétences que chacun devrait avoir, quel que soit son métier

Quand une entreprise recrute un directeur commercial, elle s’assure qu’il sait analyser le potentiel de nouveaux marchés, mener des négociations avec les clients, organiser des événements professionnels… et bien d’autres choses en lien avec sa fonction. Pourtant, les compétences sectorielles ne sont pas les seules qu’il faut avoir pour remplir les missions affectées à son poste. 

 

Que l’on soit chef de projet informatique, juriste en assurance ou encore responsable des achats, tous ces métiers requièrent certaines compétences transversales. Le site lifehacker en a dressé une liste de 10, qui, si vous ne les avez pas toutes, nécessitent une mise à niveau pour ne pas être bloqué dans l’évolution de votre carrière.

 

1- Une certaine aisance rédactionnelle

 

Même si vous n’avez pas l’ambition de devenir écrivain, savoir communiquer par écrit est indispensable dans le cadre professionnel. Il faut en effet être en mesure de faire passer une information, d’exprimer une requête à votre équipe, aux services avec lesquels vous collaborez, éventuellement aux clients. C’est d’autant plus indispensable que tout se fait désormais par e-mail… et que bien peu de personnes ont une secrétaire pour relire et corriger les fautes.

 

2- Une bonne expression orale

 

C’est l’autre volet de l’art de la communication. Savoir faire un brief clair et concis pour présenter les derniers résultats, l’état d’avancement d’un dossier en cours est une compétence clé au sein d’une entreprise. D’autant que, plus on gagne des échelons, plus on est amené à prendre la parole lors de réunions, de séminaires. Heureusement, il existe des astuces pour devenir un bon orateur.

 

3- Avoir confiance en soi et être capable de s’affirmer

 

Pour que l’on ait envie de vous confier des missions, il faut que vos managers aient la conviction que vous êtes en mesure de les mener à bien. Mieux vaut éviter donc de se dévaloriser à longueur de temps, de se montrer hésitant … cela va vous faire perdre beaucoup d’opportunités.  

 

4- Savoir gérer son temps

 

Etre en mesure de distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas, identifier les urgences et ce qui peut attendre, voilà qui permet de ne pas perdre son temps et son énergie en tâches inutiles. Et ainsi gagner en efficacité et en productivité… des atouts très appréciés dans le monde professionnel.

 

5- Maîtriser l’art du réseautage

 

Ce n’est pas seulement utile pour trouver un emploi: savoir développer et entretenir son réseau professionnel est également un atout une fois en poste. Disposer de nombreux contacts, LinkedIn étant l’outil roi dans ce secteur, servira à identifier des nouveaux marchés, de nouveaux clients mais aussi, par rebond de permettre à votre entreprise de gagner en visibilité.

 

6- Maîtriser les outils technologiques

 

Si vous appartenez à la génération Y, il est certain que vous avez totalement intégré quels bénéfices tirer des réseaux sociaux, des outils de chat … et que vous les utilisez quotidiennement. Et c’est très bien! Mais les entreprises attendent surtout que leurs salariés, toutes générations confondues, soient en mesure de naviguer dans le réseau interne pour utiliser l’agenda partagé, faire leurs notes de notes de frais … sans faire appel au service informatique.

 

7-Savoir résoudre les problèmes

 

Tous les jours, des problèmes, ou tout du moins des difficultés, sont à surmonter dans le cadre professionnel. Une commande arrive en retard, un salarié est malade, les délais ont été raccourcis… Tout cela fait appel à la réflexion et au sens critique pour s’adapter face à ces imprévus en trouvant des solutions. Vous gagnez en crédibilité auprès des autres et devenez aussi beaucoup plus précieux pour votre employeur. 

 

8- Etre fin négociateur

 

Cette compétence n’est pas seulement réservée aux fonctions commerciales. L’art de la négociation est aussi nécessaire pour mettre fin aux conflits, pour que votre équipe obtienne les dossiers les plus prometteurs … Et à titre individuel, cela vous servira à bénéficier d’une augmentation, un changement de votre périmètre professionnel ou la possibilité de passer au télétravail.

 

9- Savoir travailler en équipe

 

Peu de gens sont amenés à travailler en solitaire. Chaque employé apporte sa part pour atteindre un objectif commun. Il faut donc être en mesure de communiquer pour mettre en œuvre cette collaboration, de comprendre le rôle que chacun a à jouer, accorder sa confiance, et participer à la création d’un climat chaleureux où chacun a du plaisir à travailler ensemble.

 

10- Avoir une intelligence émotionnelle

 

Plus que le QI, c’est l’intelligence émotionnelle qui est utile dans le monde professionnel puisqu’elle conditionne notre rapport à nous-même et aux autres. Elle permet notamment de gérer ses émotions, même en cas de difficultés. L’un des piliers de l’intelligence émotionnelle est l’empathie, une qualité qui aide à mieux comprendre vos collaborateurs et vos clients en vous mettant à leur place. Ce qui, en plus de permettre d’entretenir des rapports harmonieux en identifiants les non-dits, permet de cerner aux mieux leurs attentes.