Comment faire de la publicité sur les réseaux sociaux de manière efficace avec un budget limité ?

Être vu sur Internet parmi la multitude d’offres et les publications sponsorisées est le cheval de bataille de tout acteur du web, que vous soyez une TPE ou un grand groupe international. Un passage par la publicité sur les réseaux sociaux devient incontournable si l’on veut se faire connaitre auprès de son public. Malgré tout, on se pose souvent la question de savoir exactement combien il faut investir en publicité sur les réseaux sociaux…

Ce point est d’autant plus crucial lorsque les ressources sont limitées. Il est important de pouvoir optimiser efficacement son retour sur investissement et avoir un effet positif sur ses ventes même avec un petit budget. Finalement, quel qu’en soit son montant, il est bon de prendre en considération différents points pour un meilleur résultat.

Je vous invite à suivre les conseils suivants.

1. DÉFINIR SES OBJECTIFS

Cela peut paraitre une évidence, mais avant de se lancer dans des campagnes de posts sponsorisés, il faut passer par l’étape préliminaire d’analyse de ses besoins et de ses objectifs.

Cette étape est indispensable pour avoir une meilleure gestion de son budget par la suite. Définir sa stratégie social media et mettre en place sa présence en ligne demande du temps et très certainement de l’argent.

Une planification va vous permettre de gagner du temps et par la même occasion de l’argent. En définissant préalablement vos objectifs et vos stratégies, tant pour le référencement naturel que pour la publicité payante, vous pourrez ensuite avoir une meilleure vision du type de contenus que vous souhaitez, pour avoir un meilleur taux d’engagement, un meilleur SEO et des campagnes sponsorisées efficaces.

À cette étape, il vous faudra décider :

  • Sur quel réseau social je concentre mes efforts ?
  • Quel mix social marketing je vais mettre en place tant pour la partie organique que pour la partie payante ?
  • Qui va publier le contenu et suivre le taux d’engagement ?
  • Quelles ressources humaines, techniques et financières vais-je pouvoir allouer pour ces activités ?
  • Quelle va être ma fréquence de publication ? Quand vais-je publier ?
  • Où vais-je diriger le trafic provenant des réseaux sociaux ?
  • Quel impact le taux d’engagement de ces réseaux sociaux va-t-il avoir sur mon business ?
  • Quel KPI, ou indicateurs de performance, vais-je suivre pour mesurer l’efficacité de ma campagne ?

2. TRAVAILLER LE CIBLAGE

INSPIREZ-VOUS DU PASSÉ !

Une fois la stratégie définie, le premier travail à réaliser est de définir un ciblage fin et précis sur chaque canal social où vous avez décidé de publier.

Pour vous aider, inspirez-vous de ce que vous faites déjà. Vous publiez certainement déjà très régulièrement sur Facebook, Twitter ou autres. Certains de ces posts ont une meilleure portée et un meilleur taux d’engagement que d’autres. De même, vous avez déjà une vision de votre audience à travers les statistiques de différents médias sociaux. Utilisez-les ! Tous ces réseaux offrent l’accès à leur tableau de bord de statistiques avec toutes les informations sur vos publications et campagnes précédentes. Il s’agit de statistiques précieuses qui vous guideront dans vos choix stratégiques en matière de publicité sur les médias sociaux. C’est une excellente base de réflexion. Ainsi, vous ne partez pas de zéro. Vous avez un premier niveau d’information sur le ROI de vos publications, leur impact sur votre public et le niveau de réaction qu’elles engagent.

Analysez également votre base de fans ou de followers (ou autres en fonction des réseaux sociaux sur lesquels vous publiés). Sur les tableaux de bord de ces réseaux, on retrouve des informations démographiques, géographiques, centres d’intérêt, activités et bien d’autres facteurs sur votre public de fans.

Basez-vous également sur les statistiques de l’analytique de votre site web. En effet, cela vous donne des informations précieuses sur les visiteurs de votre site qui seront très certainement intéressés par ce que vous publiez sur les réseaux sociaux. Il est primordial de croiser les informations de toutes vos sources de données, car il ne faut pas oublier que vos clients aujourd’hui sont multicanaux et qu’ils ne vont pas chercher l’information uniquement sur votre site web ou sur votre page Facebook ou Twitter.

DÉFINISSEZ VOTRE PUBLIC CIBLE

En fonction de votre activité, votre public est déjà plus ou moins sensible aux campagnes digitales. Analysez et suivez régulièrement les statistiques générales que l’on peut trouver dans la presse spécialisée. Elle vous donne une indication sur les pratiques générales en fonction des secteurs, des médias sociaux.

Croisez tous ces éléments avec les objectifs que vous vous êtes définis afin d’élargir votre champ d’action. Par exemple , vous pouvez utiliser votre propre base de données d’email clients pour faire un ciblage précis et de ce fait réduire les coûts de campagne et d’acquisition. Vous pouvez également décider de faire un ciblage uniquement dans votre champ d’intervention géographique pour éviter que vos publications n’apparaissent sur le mur d’un internaute à l’autre bout du monde.

En résumé, ce ciblage précis permet d’affiner la portée des publications sponsorisées, d’en optimiser l’engagement et donc le ROI. Plus la segmentation sera fine, plus le budget pourra être maitrisé et corrigé rapidement.

OBSERVEZ LA CONCURRENCE

La concurrence est très souvent non seulement source de convoitise, mais également d’inspiration. Observer l’activité de vos concurrents sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement leurs publications sponsorisées, peut vous aider à identifier une niche. En effet, si vos concurrents sont très agressifs en publicité social media, vous augmenterez certainement votre budget pour maintenir votre visibilité. En parallèle, vous pourrez réduire votre investissement auprès d’une cible particulière pour vous concentrer sur une niche peu utilisée par vos concurrents.

3. METTRE EN AVANT SON MEILLEUR CONTENU

Un point qui peut s’avérer être une évidence pour beaucoup d’entre vous. Bien entendu, il va de soi que pour attirer le visiteur et lui donner envie de rester sur vos pages, il est nécessaire de montrer le meilleur de vous-même. En partageant votre meilleur contenu, vous vous ferez connaître, vous serez apprécié par votre savoir-faire et votre niveau de compétences. Vous apporterez confiance et envie d’acheter vos produits ou services.

Pour mettre en avant votre contenu, vous pouvez faire une combinaison de plusieurs audiences comme vos fans sur la page, les intérêts de vos audiences ou directement votre liste de clients.

Lorsque vous investissez dans les réseaux sociaux, et plus particulièrement dans la captation de fans, assurez-vous de les nourrir régulièrement, toutes les semaines par exemple, avec du contenu de qualité. Ce contenu leur donnera envie de visiter votre site internet, d’en savoir plus sur vous et votre activité, de partager avec leur cercle de connaissance. Bref, vous gagnerez en notoriété et donc en visibilité.

Le contenu peut prendre toutes ses formes : articles de blog, vidéos, infographie, témoignages, offres commerciales, etc. Testez-les et voyez ce qui obtient les meilleurs résultats.

Plus vous travaillerez la qualité de votre contenu, meilleur sera l’engagement de votre public. Ce point peut s’avérer très pertinent lorsque l’on souhaite travailler avec un budget publicitaire limité. Ce n’est pas seulement la publication sponsorisée qui attire l’internaute, mais également la valeur ajoutée apportée par votre publication.

4. SUIVRE POUR AJUSTER

À ce stade, vous aurez déjà en tête une idée de votre budget pour la publicité sur les réseaux sociaux. Il est primordial de faire un suivi permanent de vos résultats pour ajuster votre budget en conséquence. Malgré une excellente planification, vous pouvez avoir des campagnes qui sous-performent et d’autres qui dépassent vos attentes. Vous devez pouvoir réattribuer le budget en fonction des campagnes qui ont un meilleur ROI.

La fluidité et le perpétuel changement des réseaux sociaux peuvent vous apporter une grande flexibilité dans vos actions et une réactivité quasi en temps réel. Profitez de cet avantage pour utiliser votre investissement au mieux et allouer le budget aux campagnes les plus performantes.

TESTEZ VOS CAMPAGNES

Afin d’optimiser son budget, notamment lorsque l’on démarre la publicité sur les réseaux sociaux, il est bon de tester ses campagnes sur quelques jours et sur une audience limitée. En effet, l’avantage de la publicité sociale est d’avoir un retour quasi instantané. Vous pouvez juger de l’efficacité des campagnes sponsorisées en quelques minutes grâce aux tableaux de bord. L’idéal est de tester différentes sortes de contenus et de messages pour valider ce qui a une rentabilité optimale. Ainsi, vous pouvez allouer votre budget à la campagne qui vous rapporte le plus.

En conclusion, vous devez prendre en considération tous les facteurs de votre activité et vos performances passées pour ajuster au mieux votre budget. Plus vous testerez sur une audience limitée, que ce soit en format gratuit comme en format payant, plus vous aurez une idée de ce qui vous rapporte réellement et vous pourrez définir de manière plus affinée votre budget pour vos publicités sur les médias sociaux.

Publicités

Top 3 des idées marketing inspirées de la campagne électorale

J’adore faire des parallèles entre la politique et les affaires. Les campagnes électorales sont particulièrement propices à ce type d’exercice, alors que tous les partis rivalisent d’imagination pour attirer notre attention. Encore une fois cette année, de belles leçons marketing sont à tirer de cette marée d’images et de messages…

Le règne périlleux du slogan hashtag

Les slogans de plusieurs partis sont plutôt minimalistes cet automne. Bien utile pour communiquer sur les médias sociaux, ce type de concept à la mot-clic peut toutefois s’avérer dangereux puisqu’il incite au cabotinage. Ainsi, il est sera plutôt simple de détourner le sens des messages du Parti Québécois, de la CAQ et de Québec solidaire en créant des hashtags fantaisistes, du genre :

«L’État va faire les sandwichs de vos enfants?» #serieusement?

«Le langage des signes comme 3e langue officielle?»

«La cote de crédit du Québec n’a jamais été si bonne!»

Ce type de stratégie moderne pourrait-il convenir à votre entreprise? Il est certain que le slogan hashtag possède de nombreuses qualités. Il est aisément déclinable, ce qui vous permet de passer plusieurs messages. Il est facile à mémoriser, si le mot-clic est percutant. Il vous simplifie la vie sur les réseaux sociaux, nous l’avons mentionné.

Toutefois, si votre entreprise désire se tailler une place dans un marché très compétitif où tous les coups sont permis, éloignez-vous de cette stratégie et misez sur un slogan plus traditionnel. C’est plus prudent.

Un visuel qui se démarque

Deux événements marketing ont marqué la campagne jusqu’à présent : l’autobus psychédélique du Parti Québécois et les affiches artistiques de Québec Solidaire.

Dans les deux cas, les initiatives ont été saluées. Pourquoi? Il est rafraîchissant de proposer une approche différente aux électeurs après des années de banalité visuelle.

Cette leçon est aussi valide pour les entreprises. Allez là où votre compétition n’osera pas mettre les pieds, sortez des sentiers battus. Le marché punit rarement l’audace, à condition que celle-ci s’incarne dans des exécutions de qualité. L’indifférence de vos cibles (ou leur ennui mortel) sera bien plus dommageable pour votre marque qu’un peu d’originalité.

Des messages bien ciblés

Une autre surprise de cette campagne électorale réside dans le type de messages véhiculés. Les promesses des différents partis sont presque toutes formulées comme des solutions toutes simples en réponse à des besoins concrets des électeurs.

On proposera donc d’ajouter deux semaines au congé de paternité pour que les pères puissent profiter pleinement de cette période spéciale de la vie. On offrira la dentisterie gratuite, des maisons confortables pour les aînés, une ressource supplémentaire dans les classes préscolaires et de première année. On offrira un livre québécois à tous les élèves du primaire et on s’occupera d’acheter les fournitures scolaires des enfants.

Cliquez ici pour acheter ce livre de marketing

Cette démarche s’inscrit dans cette individualisation de la communication. Exit les grands projets de société, vive les propositions de valeur simples. À chaque problème sa solution! Qu’est-ce qui vous empêche de dormir la nuit, madame? On va régler tout ça pour vous.

D’un point de vue marketing, votre entreprise aurait tout avantage à adopter cette pratique. Oubliez les discours vagues, creux et génériques. Ne proposez pas à vos clients d’économiser de l’argent. Dites-leur que dorénavant, tous leurs échantillons seront gratuits! Arrêtez de répéter que votre approche permet aux clients de sauver du temps. Expliquez plutôt que votre service de commande en ligne permet de boucler une transaction en 90 secondes!

Plus vous serez précis dans votre langage et vos messages, plus votre communication sera efficace.

Le meilleur est-il à venir?

S’il est rare que nous prenions nos politiciens en exemple pour quoi que ce soit, force est de constater que cette campagne électorale nous révèle plusieurs idées marketing intéressantes. Il reste encore plusieurs semaines avant le 1er octobre. Aurons-nous droit à d’autres belles surprises? À suivre…

RainMaker WorldWide propose au Maroc de produire de l’eau à partir de l’éolienne

Les représentants de la compagnie hollandaise RainMaker WorldWide ont présenté aux entreprises et aux autorités marocaines du secteur de l’énergie, une technologie capable de produire de l’eau potable, à partir de l’énergie éolienne.
Comme l’explique le site marocain d’information sur les énergies renouvelables, Le Vert, la turbine des pales de l’éolienne actionne un compresseur relié à un système frigorifique installé dans le pylône. Pendant ce temps, l’air est aspiré par le bas via un ventilateur qui l’amène à traverser ce système, entraînant la condensation de l’eau présente dans l’air. Par la suite, les gouttes d’eau produites coulent alors le long des parois et sont stockées dans un réservoir, prêtes pour la consommation.
Le système qui peut générer jusqu’à 20 000 litres d’eau par jour, a déjà été testé dans plusieurs pays, notamment dans les régions arides. On estime qu’une seule éolienne serait alors suffisante pour alimenter en eau un village de 1000 habitants.
Après avoir présenté les avantages à se doter d’une telle technologie, la société a annoncé qu’elle envisage d’installer une unité pilote dans le royaume chérifien afin de démontrer l’efficacité de ses systèmes sur le territoire.
Notre source rapporte que RainMaker WorldWide a également créé une version de son éolienne, qui produit également de l’eau potable, à partir d’eau salée ou polluée

Comment devenir multi-millionnaire sans sortir de son lit c’est possible. Portrait de la blogueuse Linda ikedji

Devenir multi millionnaire sans sortir de son lit c’est possible. Portrait de la blogueuse la plus connue du Nigéria Linda_Ikedji.
Elle a 10 millions de dollars de fortune et veut créer un empire au Nigéria. Son blog enregistre plusieurs millions de vues par mois et en plus elle a 1.6 million d’abonnés sur Twitter, 1.2 millions sur Instagram et 300 000 sur Facebook. (Même si certaines de ses méthodes sont discutables) Extrait de l’émission Réussite

10 habitudes qui distinguent les personnes moins intelligentes des personnes intelligentes. La numéro 9 va vous étonner !

La véritable intelligence sociale provient de la confiance et de la compréhension que vous avez de vous-même, au point d’être capable d’interagir avec les autres de manière très mature.

Les individus qui sont socialement intelligents savent ce qu’ils veulent et comment se comporter avec ceux qui les entourent, pour que la compréhension et la relation soient les plus cordiales possibles.

Il y a certaines choses que les personnes intelligentes font si bien qu’elles se distinguent de celles qui ont de mauvaises habitudes, que la société ne tolère souvent pas. Pour savoir distinguer les personnes intelligentes de celles qui le sont moins, voici 10 habitudes et la 9ème va vous surprendre.

1 – Les personnes intelligentes savent rester calmes :

Une dispute avec votre conjoint, un embouteillage interminable ou une annulation de dernière minute. Beaucoup de raisons qui peuvent déclencher la frustration ou la colère. Les gens intelligents perdent moins souvent leur sang-froid et arrivent à garder le contrôle de soi, contrairement à des personnes moins intelligentes ou ayant un QI moins élevé.

2 – Les personnes intelligentes ne montrent pas aux autres qu’elles ont raison

Voici un signe de maturité à la fois émotionnel et intellectuel : comprendre les différences que l’on a avec les autres.
Quand vous jugez d’autres personnes dans le but d’imposer vos idées et vos opinions personnelles sur quelque chose, vous n’obtiendrez qu’une chose : les gens éviteront de partager ce qu’ils pensent avec vous. L’idéal est d’être une personne ouverte et réceptive, sans avoir besoin d’avoir la même opinion que les autres.

3 – Les gens intelligents reconnaissent leurs erreurs

Si votre QI (capacité intellectuelle) est plus élevé que la moyenne, vous n’avez aucun mal à admettre vos erreurs et à tout faire pour y remédier. Les personnes qui sont moins intelligentes pensent toujours avoir raison !

4 – Les gens intelligents ont beaucoup d’empathie

L’empathie est une qualité nécessaire pour avoir de bonne relation. Elle fait partie des traits de caractère des personnes intelligentes. Ces dernières arrivent à se projeter dans la situation dans laquelle se trouvent leurs proches, leurs amis, ils arrivent à se mettre à leur place pour compatir ! Les moins intelligents ne se remettent jamais en question et veulent toujours avoir raison.

5 – Les personnes intelligentes sont anxieuses et méfiantes

Le stress et la méfiance font partie de leur vie de tous les jours car elles sont toujours en train de douter de leur capacité à y arriver, à atteindre leur but par tous les moyens. Elles mettent ainsi du temps à accorder leur confiance aux autres et se faire des amis car elles analysent tout et imaginent tout ce qui pourrait mal se passer.

6 – Les personnes intelligentes sont désordonnées

Le désordre n’est pas nécessairement un signe de paresse! Comme beaucoup d’études l’ont déjà montré, les gens qui accordent moins de valeur à la propreté ont tendance à être plus créatifs, plus disposés à tenter quelque chose de nouveau, et donc plus intelligents.

7 – Les personnes intelligentes jurent plus que les autres

Selon une étude qui a été menée récemment, les personnes qui jurent et qui disent beaucoup de gros mots sont des personnes intelligentes. C’est même un signe important de l’intelligence chez une personne même si cela peut paraitre étrange.

8 – Les gens intelligents sont des noctambules

Les personnes intelligentes sont des personnes qui restent plus longtemps éveillées que les moins intelligentes. Ce sont des noctambules.

9 – Les gens intelligents sont de faux paresseux

Les personnes qui ont tendance à ne rien faire sont des personnes intelligentes. Elles prennent le temps de réfléchir au monde qui les entoure. Les moins intelligents par contre, ont toujours besoin de quelque chose pour se distraire

BestOf [10 Success Stories qui démarraient dans un garage]


10 Success Stories qui démarraient dans un garage
« Morale de l’histoire: faut avoir un garage « Alice Ebenye

1-#Apple: L’entreprise de technologie la plus viable au monde a vu ses débuts dans le garage des parents de Steve Jobs, en 1976, où il a fabriqué, à l’aide de son ami Steve Wozniak, 50 ordinateurs pour un détaillant local.
2-#Google: En 1998, et alors qu’ils étaient encore étudiants à Stanford, Larry Page et Sergey Brin ont loué le garage de Susan Wojcicki, et ont commencé à créer de là ce qui sera par la suite le site réalisant le plus de traffic dans l’histoire d’Internet.
3-#Microsoft: C’est en 1975 que Bill Gates et son associé Paul Allen fondent Microsoft dans un garage. C’est d’ici qu’ils ont vendu leur premier système d’exploitation à IBM pour 80000$. Ensuite, ils ont créé Windows.
4-#Amazon: C’est en 1994 que Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, a ouvert sa librairie en ligne depuis son garage. En 1995, il effectuait sa première vente et emballait tout seul le livre vendu avant de l’expédier lui-même. Aujourd’hui, Amazon est le premier détaillant en ligne au monde.
5-#Nike: Nike, ou plutôt Blue Ribbon Sport, comme la marque s’appelait entre 1964 et 1978, n’a même pas eu le luxe d’un garage. Quand Philip Knight et Bill Bowerman ont commencé à vendre leurs chaussures de sport, cela se faisait directement depuis le coffre de leur voiture.
6-#Hp: C’est en 1939 et avec un investissement de 538$ qu’a démarré dans ce garage la société Hewlett-Packard, par Bill Hewlett et Dave Packard.
7-#Disney: En 1923, Walter et Roy Disney ont emménagé chez leur oncle. Dans son garage, ils ont monté « The First Disney Studio » et ont commencé à écrire « The Alice Comedies », en prémice des différents succès de Disney.
8-#Lotus: En 1948, Anthony Colin Bruce Chapman a monté sa première voiture de course dans le garage de ses parents. Aujourd’hui, Lotus est l’un des premiers fabricants anglais de voitures de courses.
9-#Harley: C’est à Milwaukee dans le Wisconsin qu’en 1901, William S. Harley a eu l’idée de fabriquer un moteur pour son vélo. En 1903, avec son ami Arthur Davidson, il ont sorti ce vélo du garage pour le commercialiser
10-#Mattel: En 1945, le jeune couple marié Ruth et Elliot Handler ont décidé d’ouvrir un business dans leur garage. Ils ont d’abord commencé par fabriquer des cadres de photo et des accessoires de poupées. Après le baby boom, ils se sont lancé dans la fabrication de jouets, avec un énorme succès. Aujourd’hui, Mattel est une icône dans les marques de jouets pour enfant.
Leçon: Tout commence à partir de rien. Il y a un début à tout !
Il est facile de contempler ces grandes, très grandes entreprises et de se dire, « Je n’aurais jamais pu faire quelque chose comme ça. » Et vous avez peut-être raison. La plupart de ces sociétés avaient peu de moyens et il leur aura fallu des années pour arriver là où elles en sont aujourd’hui.
Quelle a été la clé de leur réussite ? Celle-ci réside certainement dans l’innovation, le travail acharné, la discipline, un peu de chance, de la patience, mais surtout, une VISION !

Comment faire le buzz sur Internet ? 5 règles qui ont fait leurs preuves

Une photo, une infographie ou une vidéo et vous voilà propulsé au rang de superstar ! C’est ce que l’on appelle le « Buzz ». Seulement 4 lettres pour un phénomène d’une ampleur impressionnante capable de tout faire chavirer pour votre petite entreprise. En un instant, les likes s’enchaînent au même rythme que les visites sur votre site internet. Alors, Info ou intox ? Qu’est-ce que le buzz exactement et comment est-ce qu’il se déclenche ? C’est une technique de marketing virale basée sur le bouche-à-oreille. Rien de nouveau, me direz-vous. Seulement Internet et les réseaux sociaux ont permis de décupler ce phénomène. Vous pouvez désormais gagner une notoriété invraisemblable sans avoir à dépenser un centime.

Mais comment atteindre ce Graal ? Contrairement à ce que vous pouvez croire, le buzz se prépare. Pour que la magie opère, il faut que certaines conditions soient réunies. Eh non, une vidéo de chat ne suffit pas ! Voici les règles à suivre pour faire en sorte que la planète web ne parle que de vous.

01. Définir des objectifs

Le buzz est avant tout une campagne de communication, quand bien même les marques veulent vous faire croire que ce coup de promo est complètement fortuit, ce n’est pas le cas. Il doit être maîtrisé, calculé et entièrement organisé. Car si le buzz peut vous faire gagner en popularité, il peut aussi ruiner votre réputation (c’est le jeu ma pauv’ Lucette !).

Vous devez donc commencer par vous fixer des objectifs : souhaitez-vous augmenter votre taux de conversion ? Accroître le nombre de visites sur votre site internet ? Changer votre image ? Obtenir des adresses mails ? Renforcer votre communauté ? Déterminez votre contenu en fonction de cela et jetez-vous dans le bain.

Créez un contenu qui donne envie d'être partagé

Une fois votre campagne lancée, vous devez suivre les retombées de prêt. Répondez aux questions pour éviter que votre campagne ne se retrouve du côté obscur : le très redouté « Bad Buzz ». Alimentez constamment les conversations pour maintenir l’intérêt de votre public, ou alors une autre entreprise risque de très vite prendre votre place. Et enfin, mesurez l’efficacité de votre campagne. Gardez en tête que le buzz joue sur l’image. De ce fait, la répercussion sur vos ventes n’est pas automatique. Évitez donc les déceptions et construisez bien votre stratégie en fonction des buts que vous voulez atteindre.

02. Le contenu est roi

Il y a une règle d’or à respecter : pour prendre la parole, il faut avoir quelque chose à dire. En effet, il n’y a pas de buzz possible sans un contenu de qualité ! Il est le cœur de votre campagne, ce qui va déclencher l’hilarité et la cohue sur le Net. Vous devez donc y travailler avec la plus grande précaution, 80 % de vos efforts se trouvent ici.

Posez-vous la question suivante : qu’est-ce qui pourrait intéresser ma communauté ? Est-ce que je pourrais poster cette image sur mon propre mur Facebook ? Vous devez trouver quelque chose d’assez intéressant ou drôle pour que l’on ait envie d’en parler à un dîner entre amis. Votre contenu doit pouvoir être repris par des blogs et autres influenceurs sur le Net. Pour cela, il doit être court et provoquer une réaction instantanée : créer la surprise, faire rire, pleurer, choquer, inspirer, etc. Il doit donner lieu à un partage immédiat et spontané.

Voici quelques exemples de sujets qui peuvent rapidement devenir viraux :

  • Une actualité : parce que tout le monde en parle.
  • Une info utile : parce que vous avez un nouveau produit ou service qui va révolutionner le quotidien.
  • Nos amis les bêtes : parce que les chats sur le Net ne sont pas un mythe (croyez-en notre expérience) !
  • L’humour : parce qu’une bonne blague fait toujours son effet.
  • L’art/ la photographie : parce que nous aimons toujours voir de jolies choses.

Un autre point important à ne pas négliger est la qualité de votre photo ou de votre vidéo. Musique, acteurs, images, etc. rien ne doit être laissé au hasard. Travaillez votre contenu jusqu’à obtenir un résultat parfait !

03. On s’inspire mais on ne copie pas !

Une idée qui a déjà été vue et revue n’intéresse plus personne. Pour créer l’engouement, vous devez être le premier sur le coup. Ce qui veut dire qu’il faut vous creuser les méninges et créer un contenu original. Photo, vidéo, infographie ou commentaire de post, le format importe peu, ce qui compte c’est l’idée. Placez toujours le consommateur au centre de votre campagne. C’est ce qui lui permettra de s’identifier à votre contenu et de le partager.

un contenu viral

Attention : vous devez rester cohérent avec votre image de marque. L’important est de faire parler de soi, certes, mais en bien. Anticipez ce qui va pouvoir être dit et assurez-vous de savoir comment y répondre.

04. La règle des trois S : simple, souple et spontané

Lorsque vous cherchez une idée, pensez à répondre à ces trois impératifs :

  • Simple : votre contenu doit être facilement compréhensible. L’attention d’un internaute ne dure que quelques secondes, il doit donc saisir ce que vous voulez lui dire en un seul coup d’œil. Si l’on doit expliquer la blague, c’est qu’elle est loupée.
  • Souple : laissez un peu de place à l’improvisation. Donnez-vous une marge pour pouvoir rebondir en fonction des réactions de votre communauté ou de l’actualité. Créez un post caméléon qui pourra s’adapter à plusieurs situations.
  • Spontané : vous devez être réactif, toujours prêt à dégainer la bonne remarque ou le bon commentaire au bon moment.

Si vous respectez ces trois règles, votre contenu aura de grande chance de faire une percée remarquable (et durable) sur la planète web.

05. Une bonne communication

Si 80 % de vos efforts se trouvent dans la création de contenu, les derniers 20 % se jouent sur la communication. Bien relayer l’information est la dernière ligne droite et c’est une étape déterminante pour le succès de votre campagne. Tout d’abord, quel média allez-vous choisir ? Les réseaux sociaux sont bien évidemment les grands favoris. Ils permettent un partage facile et une propagation très rapide. Alors, Snapchat Twitter ou Facebook ? Faites votre choix en fonction de votre format (photo ou vidéo ?) et de votre stratégie. Une web série pour faire découvrir vos produits doit être mise sur YouTube ; une infographie, elle, se postera davantage sur Facebook. Objectif, contenu et média, tout doit être lié.

Choisissez ensuite vos influenceurs. Quelles sont les personnes qui correspondent à votre univers de marque et qui seront susceptibles de diffuser au mieux votre information ? Les influenceurs sont les éléments pivots : ils vont faire monter la mayonnaise et permettre de passer d’une campagne classique à une campagne virale de grande ampleur. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, c’est simple,consultez notre article pour tout savoir sur le marketing d’influence.

Dernier élément : le timing. Choisissez le bon moment pour sortir votre campagne. Évitez les vacances scolaires ou la période de fin d’année par exemple. La rentrée est par contre un très bon moment pour faire parler de vous. Alors qu’attendez vous ? Maintenant que vous avez le guide complet, il n’y a plus un moment à perdre

Le fondateur 0d’Uber, Travis Kalanick dégagera 1,4 milliard de dollars de la vente de 29% de ses actions

Travis Kalanick, ancien PDG d’Uber Technologies Inc., qui se targue depuis longtemps de n’avoir jamais vendu d’actions de la société qu’il a cofondée, prévoit de vendre environ 29% de sa participation dans la société.

Kalanick devrait récolter environ 1,4 milliard de dollars de la transaction avec SoftBank Group Corp. et un consortium d’investisseurs qui ont convenu d’acheter des actions valorisant Uber à 48 milliards de dollars, ont déclaré les gens, qui ont demandé à ne pas être identifiés. Kalanick, qui détient 10% de la société, a proposé de vendre jusqu’à la moitié de sa participation – les membres du conseil d’administration ont été autorisés à soumissionner. Il a dû réduire le montant en raison des limites décrites dans l’accord entre Uber et les acheteurs, les gens ont dit.

 

L’une des personnes les plus riches du monde sur papier, Kalanick deviendrait pour la première fois milliardaire à la suite de la vente. Kalanick a été contraint de démissionner l’année dernière après que la société se soit enlisée dans des ennuis juridiques et une série d’enquêtes gouvernementales sur la façon dont elle fait des affaires. Il a également affronté Benchmark, l’un des premiers et des plus gros investisseurs de la société.

 

Benchmark vend environ 900 millions de dollars de ses actions Uber, soit environ 14,5% de ses avoirs dans l’entreprise, a déclaré vendredi une personne proche du dossier. Recode plus tôt rapporté sur la vente de Benchmark.

 

Les conditions de vente de ses actions interdisent de vendre  plus de 58 pour cent des actions initialement offertes, obligeant Kalanick à vendre une plus petite partie de sa participation. Les porte-parole d’Uber et de Kalanick ont ​​refusé de commenter