Comment savoir si vous Souffrez du syndrome de l’imposteur?

Certain d’être incompétent, dépassé, indigne des résultats, vous doutez… Vous craignez d’être démasqué sur ces failles que vous vous prêtez! Les conseils du psychologue-clinicien Kevin Chassangre pour vaincre votre stress.

Promotion éclair, remerciements en public… Il est des moments propices à l’émergence du sentiment latent d’imposture. L’heureux élu se sent illégitime avec l’impression de tromper son entourage, car il se voit inapte, ignorant, surestimé dans ses talents et ses mérites (qui sont pourtant réels). Et il a une peur panique que ce pot aux roses qu’il se fabrique soit découvert. Ce syndrome – non pathologique – toucherait 60 à 70% de la population au moins une fois, selon des chercheurs américains. Cocktail d’ingrédient divers – mésestime de soi, complexe d’infériorité, anxiété -, il empêche de savourer ses réussites et d’évoluer. Sept attitudes type à éradiquer pour gagner sur sa propre efficacité.

1. « J’étais en veine, ce jour là ! »: l’attribution à la chance

Le succès à vos yeux est uniquement dû au hasard. Vous étiez juste au bon endroit au bon moment. Vous êtes sympa, vos collègues vous ont épaulé, donné des conseils. En plus, votre chef a surclassé vos efforts. La victoire tient à des causes extérieures, à des circonstances favorables, pas à vous.

  • Conseils. Lister les compétences déployées et développées afin de souligner vos mérites. : sens de l’analyse, bon relationnel, intuition, ténacité… En les intériorisant vous prendrez confiance en vous, assumerez vos succès et pourrez vous y référer lors des moments de doute.

2. « Il faut que je m’en sorte tout seul »: la peur de se faire aider

Vous êtes bloqué sur la réalisation d’un dossier ? Sur un nouveau procédé ? Pas question de demander un coup de main à vos pairs, voire à un ami, ce serait avouer vos faiblesse. A coup sûr, vous seriez percé à jour comme un incapable. Et les pensées noires rejaillissent. « Je vais déranger », « On va me juger », etc.

  • Conseils. Se dire que solliciter de l’aide est fort banal, et que vous pourrez apprendre de la personne et lui rendre la pareille ; être précis dans sa demande : Comment puis-je aborder ce thème ? Le découper en paragraphes, l’illustrer, etc.

3. « On va me dézinguer »: la menace pour son ego

Avant d’animer une réunion, le stress vous gagne. Comment cela va-t-il se passer ? L’imprévisible et l’incontrôlable vous perturbent. Vous prenez un risque : que le regard malveillant de l’assistance ou son questionnement révèle vos lacunes, car vous devez avoir réponse à tout. La situation est dans votre esprit dangereuse, ce qui va plus loin que le simple trac.

  • Conseils. Préparer la réunion et considérer que les autres vous écoutent avec intérêt, qu’ils sont bienveillants devant un « trou » ou une erreur ; se répéter et écrire que personne n’est parfait, infaillible.

4. « Ton travail, en ce moment n’est pas top »: l’effritement face à la critique

Une telle remarque est dévastatrice. Vous prenez tout ce qu’on vous dit de désagréable ou de négatif pour LA vérité absolue. Du coup vous vous remettez complètement en question. Et vous généralisez : rien ne va, rien n’est bien, partout et en tout domaine.

  • Conseils. Rebondir sur la critique et pousser l’interrogation pour se faire préciser les choses. « Pourquoi tu dis que ça ? », « Qu’est-ce que signifie « au top » ? », « Quels sont les points à changer ? ». Il s’agit d’extraire d’un jugement de valeur global, les éléments objectifs et concrets qui permettent de relativiser

5. « De toute façon, je suis nul »: l’auto-dénigrement face à l’échec

Vous avez loupé une affaire… Vous culpabilisez, tout est de votre faute. Avec un impact majeur sur l’estime de soi. L’échec démontre votre incompétence, puisque vous en « internalisez » les causes. Déniant le rôle de l’environnement : des contraintes matérielles alourdies, l’absence d’experts clés, etc.

  • Conseils. 1/ Faire la différence entre vos actes ou comportements à l’instant « t » et ce que vous êtes. Vous ne vous résumez pas à une erreur d’appréciation ou à une dispute. 2/ Rechercher des facteurs extérieurs qui ont contribué à l’échec pour agir dessus la prochaine fois.

6. « Pourquoi moi, et pas l’autre ? »: la dépréciation de soi par comparaison

La personne d’à côté est forcément mieux que vous. Et à la moindre défaillance, c’est la spirale de la dépréciation de soi qui commence, épicée d’une sensation d’usurpation. « Pourquoi m’a-t-on choisi ? Jules aurait été plus à la hauteur ». « Marie s’en sort mieux avec son équipe que moi ». Quant à vous, vous vous identifiez à des individus peu efficaces, médiocres.

  • Conseils. Se trouver des modèles ou héros accessibles et s’inspirer d’eux plutôt que de se morfondre, quitte à leur demander conseils.

7. « C’est normal, c’est mon boulot ! »: le rejet des compliments

« Bravo, tu as négocié un super contrat ». Et vous de dévaluer immédiatement ces félicitations. « Oui, c’était facile ». « Oh, il a le temps de changer d’avis ». Ecoutez-vous, repérez ces réflexes d’auto-sabotage, qui prospèrent par peur du succès.

  • Conseils. S’habituer à reconnaitre les faits objectifs de sa réussite. Dire « merci », et les fois suivantes rajouter « ça me fait plaisir ce que tu dis. Oui, j’ai réussi à… ». S’imaginer que l’éloge est un cadeau : ça ne se refuse pas.
Publicités

FIFA 19 : Comment interpréter l’absence de Cristiano Ronaldo sur la dernière jaquette ?

EA Sports a dévoilé une nouvelle cover de sa simulation de foot sur laquelle ne figurait pas son habituelle égérie portugaise. Une absence qui peut interpeller…

Ronaldo, une image écornée

Si sa condamnation pour fraude fiscale n’a pas semblé altérer son image auprès du grand public, l’accusation de viol dont fait l’objet la star portugaise est naturellement plus nuisible. Il y a quelques mois, EA Sports avait même retiré temporairement l’image de CR7 de son site internet ; on y voit désormais le trio De Bruyne/Neymar/Dybala…

Préparer l’avenir avec Neymar ?

Actuellement blessée, la star du Paris SG est particulièrement prisée par les joueurs de FIFA 19, comme le montre une récente infographie partagée par l’éditeur nord-américain. Sa dimension internationale lui a déjà permis de figurer sur la jaquette de la « Champions Edition » dès le mois de septembre dernier, même si on l’y voit légèrement au second plan. Souvent considéré comme le troisième meilleur joueur du monde, le capitaine de la Seleçao apparaît comme un successeur crédible à un CR7 venant de souffler ses 34 bougies…

Multiplier les ambassadeurs visuels pour toucher plus de monde

Le joueur le mieux payé de Ligue 1 était déjà partie prenante de la communication d’EA Sports, de même que Kevin De Bruyne et Paulo Dybala. Depuis la première publicité de FIFA 19, à la présentation des différents modes in-game, en passant par l’ultime saison du mode Aventure. Leurs visages peuvent permettre de rendre la simulation sportive encore plus universelle, toucher davantage de championnats et d’amoureux de ballon rond à travers le globe. Sans exclure totalement Cristiano Ronaldo pour autant, du moins pas pour l’instant…

Les prémices de la jaquette de FIFA 20 ?

Difficile toutefois de tirer des enseignements définitifs pour le prochain opus. Tout dépendra vraisemblablement de l’actualité des semaines à venir. Qu’il s’agisse des performances sur le terrain de chacune des potentielles égéries, mais également de l’évolution de l’affaire de viol présumé impliquant l’attaquant portugais de la Juve. Les éventuels mouvements qui s’opéreront lors du mercato estival seront aussi décisifs : EA Sports ne signera pas un joueur évoluant par exemple au FC Barcelone, partenaire privilégié du rival Konami. Les éditeurs des principales simulations de sport collectif ont déjà été contraints par le passé de revoir leur copie sur le tard, EA ayant dû modifier la jaquette initiale de FIFA 19 après le départ de Madrid de CR7. Idem pour PES 2018lorsque Neymar avait rallié la capitale française.

Source: l’Equipe

Comment être plus serein au Quotidien

Nous aimerions tous vivre chaque jour sereinement, loin du stress qui s’accumule jour après jour et parfois des crises d’angoisse qui peuvent nous ronger de l’intérieur et nous empêcher de trouver l’équilibre. Mais comment y parvenir alors que chaque jour apporte son lot d’évènements inattendus et qu’on ne sait pas toujours y faire face ?

Préparez vos journées

Une grande source de mauvaise humeur, voire de stress ou d’angoisse pour certains, est ce que j’appelle le « sprint matinal ». Vous savez, cette période, généralement trop courte, entre le moment où vous vous réveillez et le moment où vous arrivez au travail … et qui peut parfois se prolonger durant les premières heures de travail ? Vous devez vous réveiller, vous préparer, prendre le petite déjeuner pour les mieux organisés, et vous rendre sur votre lieu de travail.

Sans parler de ceux qui ont des enfants et doivent consacrer du temps à leur réveil ou faire un détour pour les déposer chez la nourrice ou à l’école. La plupart d’entre nous ne parviennent pas à profiter de ce moment, simplement par manque de temps.

La première idée qui me vient à l’esprit est évidement de mettre mon réveil un peu plus tôt pour ne pas devoir « courir ».

Une autre idée me vient de l’enfance. J’avais pour habitude de préparer mon cartable la veille, en fonction des cours du lendemain. Et je suis convaincu que ce type d’organisation est transposable à la vie adulte.

Préparez votre tenue du jour la veille, mettez le filtre, le café et l’eau dans la cafetière pour ne plus avoir qu’à appuyer sur le bouton au réveil. Adaptez ce type d’organisation à tout ce que vous devez réaliser le matin. En économisant quelques dizaines de secondes par activité, nous parvenons rapidement à un gain de temps d’un quart d’heure ou plus.

Chaque minute gagnée équivaut à un peu de stress en moins chaque matin 

Le but est, non seulement d’amoindrir les risques de stress lié au retard (au travail, à l’école des enfants, …), mais aussi de vous réapproprier votre réveil.

Et n’oubliez pas de mettre la table pour le petit déjeuner la veille, vous n’aurez plus d’excuse pour sauter ce repas très important qui fait partie intégrante d’un réveil en douceur du corps et de l’esprit !

En suivant ces quelques conseils, je suis sûr que vous arriverez bientôt au travail beaucoup plus calme, serein, mais aussi plus souriant.

Voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide

Simple à dire mais pas à faire ! C’est un apprentissage quotidien qui demande du temps, de la patience, et de l’indulgence envers soi-même. Mais lorsque vous y parvenez, cela vous permet de radicalement changer de vie. Imaginez-vous vivre votre vie actuelle mais en étant capable d’apprécier davantage le positif, les bonheurs simples de la vie, et de relativiser le négatif …magique !

Acceptez les personnes telles qu’elles sont… (y compris vous-même !)

Soyez ouvert d’esprit ! Lorsque vous voyagez, vous trouvez les différences entre les autochtones et vous-même exotiques, intéressantes, enrichissantes. Vous êtes enchantés par ces différences et vous les trouvez naturelles car il s’agit de différences culturelles.

Pourquoi ne pas en faire autant une fois de retour chez vous. Il n’y a pas que les différences culturelles qui soit intéressantes ou enrichissantes. Les différences de personnalité ou d’éducation le sont tout autant. Apprenez à ne plus vous braquer lorsque quelqu’un a un point de vue différent, mais plutôt à en discuter et à en tirer des leçons. Apprendre à voir les différences comme une source d’apprentissage et non plus d’irritation, ça peut vraiment vous aider à changer de vie !

Soyez tout aussi indulgent envers vous-même. Lorsque vos paroles ou vos actes ne correspondent pas à votre idéal dites-vous que ce qui vous vient naturellement fait partie de votre vraie personnalité. Assumez autant que possible et apprenez à vous apprécier tel que vous êtes comme vous le feriez pour un ami.

Créez une routine…

Créer une routine dans son quotidien permet à certaines personnes de se sentir en confiance. Vous savez ce que vous allez faire et à quel moment, vous installez le rythme qui vous convient le mieux, et cela à un côté rassurant. Mais respectez votre personnalité, car pour d’autres personnes, routine rime avec déprime. Je ne vous le répéterai jamais assez, vous devez être votre meilleur ami, vous écouter et respecter votre personnalité !

…et savoir la rompre !

La routine à un côté rassurant, mais nous ne sommes pas des robots. Sachez prendre une pause inattendue, ou avoir une activité impromptue… ou encore mieux, faites quelque chose de nouveau. Surprenez-vous !

Riez pour chasser le stress

Le rire, qu’il soit spontané, provoqué ou même forcé, a des effets bénéfiques sur notre bien être. A un point tel que des thérapies par le rire ont vu le jour. Si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à vous informer dans votre région. Pour ceux qui préfère un moyen plus traditionnel de rire, lisez un recueil de blagues, regardez le dernier spectacle de votre humoriste préféré, repensez à des évènements drôles de votre passé.

Dormez suffisamment

Cela peut paraître simple, mais ça ne l’est pas pour tout le monde.
Dormir après une journée forte en émotions, quelles soient positives ou négatives, peut s’avérer très difficile. Et quand on connaît l’influence de la qualité du sommeil sur le niveau de stress, on comprend vite qu’il vaut mieux éviter de laisser traîner un problème de ce type au risque de voir notre vie devenir un véritable enfer.

Pour les cas les plus légers, je vous inviterai simplement à aller vous coucher à heures régulières, sans télé, ordinateur, smartphone, ni aucun autre appareil de ce type allumé. Redécouvrez le plaisir d’un bon bouquin, ou d’une discussion avec votre partenaire avant d’éteindre la lumière.Une tisane à la camomille ou un lait chaud le soir sont réputés pour nous préparer au sommeil en nous apaisant.
Pour ceux pour qui les nuits blanches sont habituelles et qui ne parviennent pas à retrouver un rythme de sommeil sain, il est peut-être temps d’en parler à un médecin. Car non seulement la fatigue joue sur votre état émotionnel, mais elle joue aussi sur votre santé d’une manière plus générale.

Par ailleurs, n’hésitez pas à vous octroyer une micro-sieste dès que la fatigue se fait sentir. Bien sûr, tout le monde n’a pas la chance de s’endormir sur commande. Mais vous pouvez profiter de votre pause déjeuner pour vous installer confortablement et fermer les yeux. Ne pensez à rien, reposez-vous. Ce petit moment passé seul avec vous-même vous permettra de diminuer votre niveau de stress et de vous reposer suffisamment pour repartir d’un bon pied pour continuer votre journée.

Dépensez-vous

La pratique d’une activité physique plusieurs fois par semaine m’aide à me sentir plus serein et détendu. Et je dors toujours mieux quand je me suis dépensé. Ce qui marche le mieux pour moi, ce sont les activités en plein air, quand le temps me le permet. Une longue balade à pieds le dimanche après-midi, un petit footing matinal, une balade à vélo, du jardinage. Tout ce qui me permet d’avoir une activité essentiellement physique tout en prenant l’air me permet de me ressourcer et d’avoir l’esprit plus léger. Je vous invite donc, si vous n’avez pas encore trouvé l’activité qui vous convient le mieux, à faire quelques tests dans le but de découvrir ce qui vous plaira suffisamment pour le faire de manière répétitive. Ou, si tout comme moi vous aimez le changement, à alterner différentes activités

Les meilleurs pays africains pour faire des affaires en 2019, selon Forbes

 L’Ile Maurice est le meilleur pays africain pour faire des affaires en 2019, selon un classement élaboré par le magazine américain Forbes. Cet Etat insulaire de l’océan indien occupe le 39 è rang à l’échelle mondiale dans ce classement qui évalue 161 pays en se basant sur 15 critères dont le droits de propriété, l’innovation, les taxes, la corruption, la liberté (personnelle, économique et monétaire), la bureaucratie et la protection des investisseurs, la disponibilité de la main-d’œuvre, les infrastructures, la taille du marché et la qualité de vie.

L’Afrique du Sud (59 à l’échelle mondiale) occupe la deuxième marche du podium à l’échelle continentale, devant le Maroc (62è mondial), les Seychelles, la Tunisie, le Botswana, le Rwanda, le  Kenya et le Ghana. L’Egypte (95è à l’échelle mondiale) ferme le Top 10 africain.

La majorité des pays africains figurent cependant en bas du tableau. Sur les dix pires pays pour faire des affaires dans le monde, sept sont situés en Afrique.

A l’échelle mondiale, le Royaume-Uni occupe la première marche du podium, devant la Suède, Hong Kong, les Pays-Bas, la Nouvelle Zélande, le Canada, le Danemark, Singapour, l’Australie et la Suisse. Les Etats-Unis occupent le 17è rang tandis que la Chine arrive à la 49è position.

Classement des meilleurs pays africains pour faire des affaires en 2019 :

1-Maurice (39è à l’échelle mondiale)

2-Afrique du Sud (59è)

3-Maroc (62è)

4-Seychelles (66è)

5-Tunisie (82è)

6-Botswana (83è)

7-Rwanda (90è)

8-Kenya (93è)

9-Ghana (94è)

10-Egypte (95è)

11-Namibie (96è)

12-Sénégal (100è)

13-Zambie (103è)

14-Cap Vert (104è)

15-Nigeria (110è)

16-Uganda (112è)

17-Algérie (114è)

18-Côte d’Ivoire (117è)

19-Bénin (118è)

20-Tanzanie (119è)

21-Swaziland (123è)

22-Madagascar (125è)

23-Niger (127è)

24-Burkina (129è)

25-Sierra Leone (131è)

26-Mali (132è)

27-Cameroun (133è)

28-Lesotho (134è)

29-Malawi (136è)

30-Angola (138è)

31-Zimbabwe (139è)

32-Togo (140è)

33-Libéria (141è)

34-Mauritanie (142è)

35-Mozambique (145è)

36-Ethiopie (146è)

37-Gabon (147è)

38-Burundi (149è)

39-RD Congo (150è)

40-Guinée (151è)

41-Libye (152è)

42-Gambie (155è)

43-Tchad (157è)

44-Guinée Equatoriale (158è)

45-Guinée-Bissau (159è)

46-République du Congo (160è)

47-République centrafricaine (161è)

Lire aussi

Top 15 actes historiques posés par Thomas Sankara en 4 ans

Thomas Sankara, né le 21 décembre 1949 était un capitaine militaire burkinabé, révolutionnaire marxiste, panafricaniste et président du Burkina Faso de 1983 à 1987.

Considéré par ses partisans comme une figure charismatique et iconique de la révolution, il est souvent appelé « le Che Guevara africain ».

Voici quelques-unes de ses grandes réalisations :

1. Il a vacciné 2,5 millions d’enfants contre la méningite, la fièvre jaune et la rougeole en quelques semaines.

2. Il a lancé une campagne nationale d’alphabétisation, faisant passer le taux d’alphabétisation de 13% en 1983 à 73% en 1987.

3. Il a planté plus de 10 millions d’arbres pour prévenir la désertification

4. Il a construit des routes et un chemin de fer pour unir la nation, sans aide étrangère.

5. Il a nommé des femmes à des postes gouvernementaux, les encourageant à travailler. Il a lancé des recrutements pour les femmes dans l’armée et elles avaient droit à un congé de maternité pendant leurs études.

6. Il a interdit les mutilations génitales féminines, les mariages forcés et la polygamie.

7. Il a vendu la flotte gouvernementale de voitures Mercedes et a fait de la Renault 5 (la voiture la plus moins chère vendue au Burkina Faso à l’époque) la voiture de service officielle des ministres.

8. Il a réduit les salaires de tous les fonctionnaires, y compris les siens, et a interdit aux membres du gouvernement l’utilisation des chauffeurs et des billets d’avion de première classe.

9. Il a redistribué les terres des propriétaires féodaux pour les offrir aux paysans. En trois ans, la production de blé est passée de 1700 kg par hectare à 3800 kg par hectare, ce qui a rendu le pays autosuffisant sur le plan alimentaire.

10. Il s’est opposé à l’aide étrangère, affirmant que « celui qui vous nourrit, vous contrôle ».

11. Il s’est exprimé lors des forums comme l’Organisation de l’unité africaine, s’opposant au néocolonialisme.

12. Il a appelé à un front uni des nations africaines pour éponger leur dette extérieure. A Ouagadougou, Thomas Sankara a transformé le magasin d’approvisionnement de l’armée en supermarché public ouvert à tous (le premier supermarché du pays).

13. Il a obligé les fonctionnaires à offrir un mois de leur salaire pour des projets publics.

14. Il a refusé d’utiliser la climatisation de son bureau au motif que ce luxe n’était accessible qu’à une poignée de Burkinabés.

15. En tant que président, il a réduit son salaire à 450 $ par mois et limité ses biens à une voiture, quatre bicyclettes, trois guitares, un réfrigérateur et un congélateur.

12 choses vraiment confiants les gens font différemment

La vraie confiance – par opposition à la fausse confiance que les gens projettent de masquer leurs insécurités – a son propre aspect. Dans cet article, publié à l’origine sur LinkedIn Pulse , le Dr Travis Bradberry explique les caractéristiques de la véritable confiance.

La confiance prend de nombreuses formes, de l’arrogance de Floyd Mayweather à l’assurance tranquille de Jane Goodall. Et la vraie confiance – par opposition à la fausse confiance – a son aspect propre.

Connexe:

En matière de confiance, une chose est sûre: les personnes vraiment confiantes ont toujours le dessus sur les personnes douteuses et craintives car elles inspirent les autres et font avancer les choses .

«Que vous pensiez pouvoir ou ne pas savoir, vous avez raison.» —Henry Ford

L’idée de Ford selon laquelle votre mentalité a un effet puissant sur votre capacité à réussir est confirmée par les résultats d’une récente étude de l’Université de Melbourne, qui montre que des personnes confiantes gagnent des salaires plus élevés et sont promues plus rapidement que quiconque.

Apprendre à être confiant est clairement important, mais qu’est-ce que les gens vraiment confiants font qui le distingue des autres?

J’ai fait des recherches pour découvrir les 12 habitudes cardinales de personnes vraiment confiantes afin que vous puissiez intégrer ces comportements à votre répertoire.

1. Ils obtiennent leur bonheur de l’intérieur.

Le bonheur est un élément essentiel de la confiance , car pour avoir confiance en ce que vous faites , vous devez être heureux de ce que vous êtes .

Les personnes débordant de confiance tirent leur plaisir et leur satisfaction de leurs propres réalisations, par opposition à ce que les autres personnes pensent de leurs réalisations. Ils savent que peu importe ce que dit quelqu’un, vous n’êtes jamais aussi bon ou aussi mauvais que les gens le disent.

2. Ils ne portent pas de jugement.

Les gens confiants ne jugent pas les autres parce qu’ils savent que tout le monde a quelque chose à offrir et qu’ils n’ont pas besoin de prendre les autres pour qu’ils se sentent bien. Se comparer à d’autres personnes est limitant. Les gens confiants ne perdent pas de temps à évaluer les gens et à se demander s’ils sont à la hauteur de tous les gens qu’ils rencontrent.

3. Ils ne disent pas oui à moins qu’ils ne le souhaitent vraiment.

Des recherches menées à l’Université de Californie à San Francisco montrent que plus vous avez de difficulté à dire non, plus vous risquez de souffrir de stress, d’épuisement professionnel et même de dépression. Les gens confiants savent que dire non est en bonne santé et ils ont l’estime de soi pour que leur non soit clair. Lorsque le moment est venu de dire non, les gens confiants évitent des phrases telles que «je ne pense pas pouvoir le faire» ou «je ne suis pas certain». Ils disent non avec confiance, car ils savent que refuser un nouvel engagement respecte leurs engagements existants et leur donne la possibilité de les remplir avec succès.

4. Ils écoutent plus qu’ils ne parlent.

Les personnes confiantes écoutent plus qu’elles ne parlent car elles n’ont pas le sentiment d’avoir quelque chose à prouver. Les gens confiants savent qu’en écoutant activement et en prêtant attention aux autres, ils ont beaucoup plus de chances d’apprendre et de grandir. Au lieu de voir les interactions comme des occasions de se prouver aux autres, ils se concentrent sur l’interaction elle-même, car ils savent qu’il s’agit d’une approche beaucoup plus agréable et productive des personnes.

5. Ils parlent avec certitude.

Il est rare d’entendre des phrases aussi confiantes que «euh», «je ne suis pas sûr» et «je pense». Les gens confiants parlent avec assurance parce qu’ils savent qu’il est difficile d’ amener les gens à vous écouter si vous le pouvez. Ne pas livrer vos idées avec conviction.

6. Ils cherchent de petites victoires.

Les gens confiants aiment se mettre au défi et se faire concurrence, même lorsque leurs efforts rapportent de petites victoires. De petites victoires construisent de nouveaux récepteurs aux androgènes dans les zones du cerveau responsables de la récompense et de la motivation. L’augmentation des récepteurs aux androgènes augmente l’influence de la testostérone, ce qui accroît leur confiance en eux et leur volonté de faire face aux défis futurs. Lorsque vous remportez une série de petites victoires, votre confiance en vous peut durer des mois.

7. Ils exercent.

Une étude menée par l’Eastern Ontario Research Institute a révélé que les personnes qui faisaient de l’exercice deux fois par semaine pendant 10 semaines se sentaient plus compétentes sur les plans social, académique et sportif. Ils ont également évalué leur image corporelle et leur estime de soi plus élevée. Le meilleur de tous, plutôt que les changements physiques dans leurs corps étant responsables de la hausse de confiance, c’est la positivité immédiate de l’exercice, alimentée par des endorphines , qui a fait toute la différence.

8. Ils ne cherchent pas l’attention.

Les gens sont désemparés par ceux qui cherchent désespérément de l’attention. Les gens confiants savent qu’être soi-même est beaucoup plus efficace qu’essayer de prouver que vous êtes important. Les gens ont vite compris votre attitude et sont plus attirés par la bonne attitude que quoi ou combien de personnes, vous savez. Les gens confiants semblent toujours adopter la bonne attitude .

Les gens confiants sont les maîtres de la diffusion de l’attention. Lorsqu’ils se font remarquer, ils se concentrent rapidement sur toutes les personnes qui ont travaillé dur pour les aider à y parvenir. Ils ne recherchent ni approbation ni louanges parce qu’ils tirent leur estime de soi de l’intérieur.

9. Ils n’ont pas peur de se tromper.

Les gens confiants n’ont pas peur de se tromper. Ils aiment exprimer leurs opinions pour voir s’ils tiennent le coup car ils apprennent beaucoup des moments où ils se sont trompés et que d’autres apprennent d’eux quand ils ont raison. Les gens sûrs d’eux savent de quoi ils sont capables et ne considèrent pas l’erreur comme une faute personnelle.

10. Ils se collent le cou.

Quand les gens confiants voient une opportunité, ils la saisissent. Au lieu de s’inquiéter de ce qui pourrait mal tourner, ils se demandent: Qu’est-ce qui m’arrête? Pourquoi je ne peux pas faire ça? et ils y vont. La peur ne les retient pas car ils savent que s’ils n’essayent jamais, ils ne réussiront jamais.

11. Ils célèbrent les autres.

Les personnes peu sûres doutent constamment de leur pertinence, et à cause de cela, elles tentent de voler la vedette et de critiquer les autres afin de prouver leur valeur. Les personnes confiantes, en revanche, ne s’inquiètent pas de leur pertinence, car elles tirent leur confiance en elles de l’intérieur. Au lieu de se concentrer de manière non sécurisée vers l’intérieur, les personnes confiantes se concentrent vers l’extérieur, ce qui leur permet de voir toutes les choses merveilleuses que les autres apportent à la table. Louant les gens pour leurs contributions en est un résultat naturel.

12. Ils n’ont pas peur de demander de l’aide.

Les gens confiants savent que demander de l’aide à d’autres personnes ne leur donnera pas l’air faible ou inintelligent. Ils connaissent leurs forces et leurs faiblesses et se tournent vers les autres pour combler les lacunes. Ils savent également qu’apprendre d’une personne plus compétente est un excellent moyen de s’améliorer.

Construire la confiance est un voyage, pas une destination.