3 vérités sur le dynamisme des équipes de direction

Les grandes entreprises conservent une image d’unité et de force, même lorsque l’équipe de direction ne se comprend pas toujours. C’est plus facile à dire qu’à faire.

En fin de compte, les dirigeants et les dirigeants ne sont encore que des personnes – des personnes qui prennent beaucoup de décisions importantes, bien sûr, mais qui ont souvent des idées très différentes sur ce qui définit et conduit le succès.

Les fondateurs qui souhaitent garder leur entreprise sur la bonne voie doivent comprendre ce qui motive les membres de leur équipe de direction et, malgré des perspectives et des opinions divergentes, déterminer comment les maintenir au mieux dans le bateau et dans la même direction.

Utilisez ces méthodes pour que les gestionnaires, les dirigeants et les principaux intervenants s’engagent dans la même direction:

1. Apprenez à vous connaître.

Jeffrey Hall, un chercheur de l’Université du Kansas, a publié une étude en 2018 sur le nombre d’heures nécessaires pour se faire un ami. Selon Hall, les gens deviennent des amis occasionnels après environ 50 heures d’interaction.

Une amitié étroite commence aux alentours de 200 heures. Pour être clair, le temps passé à réfléchir et à discuter aux tables de conférence ne compte pas pour la recherche de relations plus étroites.

Bien que les dirigeants n’aient pas besoin d’atteindre le statut de parrain ou de marraine des enfants, ils doivent apprendre à se faire confiance.

Selon notre expérience chez Ridgeline Partners, les exercices de consolidation d’équipe peuvent certainement contribuer grandement à instaurer cette confiance et à créer des leaders plus empathiques et plus fiables.

Bien entendu, le démarrage du processus n’exige pas nécessairement un exercice plus important de constitution d’une équipe.

A lire:Top 5 des personnes les plus fortunes de tous les temps

2. Rechercher des perspectives diverses.

L’histoire selon laquelle la diversité est le moteur d’objectifs concrets n’est pas nouvelle. Les recherches de McKinsey ont montré que la diversité avait une influence positive sur les résultats des entreprises pendant des années, et son étude de 2018 renforce ces conclusions.

Les entreprises dotées d’équipes de direction variées – en termes d’ethnie, de sexe, d’origine et de modes de pensée – surpassent constamment leurs pairs.

Au sein des équipes de direction, la diversité conduit généralement à de plus grandes différences d’opinion. Ce n’est pas une mauvaise chose.

Lorsque les équipes de direction éprouvent de plus en plus de difficultés à apprendre à voir les choses du point de vue de leurs collègues, elles sont mieux à même de mettre en œuvre les stratégies qui permettent aux diverses équipes de réussir.

Des mélanges uniques de milieux offrent des défis uniques. Les PDG ne peuvent rester à l’écart et espérer que leurs diverses équipes règlent leurs différends par eux-mêmes. Les hauts dirigeants devraient plutôt jouer un rôle actif dans la suppression des obstacles interpersonnels.

Diriger des équipes diversifiées peut être un processus difficile, mais les PDG doivent surmonter les pièges pour en récolter les fruits.

A lireles 6 livres que vous devriez lire si vous êtes sérieux au sujet du succès

3. Convenez des valeurs et de la manière de les mettre en œuvre.

Par définition, les équipes poursuivent des objectifs communs. Si quelques membres de l’équipe ne sont pas d’accord sur la bonne manière de poursuivre leur objectif, le groupe continuera à se débattre jusqu’à ce qu’une résolution soit trouvée – par voie d’accord, de dissolution ou, parfois, de mise en conformité à contrecœur.

Les valeurs dans ce contexte ne se limitent pas à l’éthique, bien que celles-ci soient également importantes. Les équipes de direction doivent se mettre d’accord sur ce que l’entreprise souhaite accomplir, sur la manière de procéder pour atteindre ces objectifs et quels sacrifices sont (ou ne sont pas) acceptables à cette fin.

Les membres ne s’entendent généralement pas sur tout dès le début, mais une fois que l’équipe a défini le chemin, chaque membre du groupe de la direction doit adhérer aux valeurs communes. Le respect mutuel et une meilleure prise de décision résultent d’un objectif commun , un objectif que la plupart des cadres peuvent rassembler.

A lireCOMMENT VOULEZ VOUS, VOUS SENTIR PLUS HEUREUX ?

Face à une équipe de direction fragmentée, les réunir peut sembler une mission impossible. Ce n’est pas. Revenir à l’essentiel et se rappeler qu’ils sont aussi humains – avec leurs propres idéaux et défis – constitue un excellent premier pas dans la définition des niveaux.

À partir de là, il s’agit de fournir un espace sécurisé permettant d’établir la confiance et de comprendre les expériences et les points de vue variés des uns et des autres, de sorte que vous puissiez vous rassembler au service des valeurs plus grandes de l’entreprise.

Publicités
citation du jour

Top 10 citations célèbres pour surmonter l’échec

Voici la Top vérité choquante qui prouve que tout le monde peut vaincre l’adversité et l’échec décrite par un poète dans le livre de Napoleon Hill (Réfléchissez et devenez riche): « La dure bataille de la vie, ce ne sont pas toujours les plus forts ni les plus rapides qui la gagnent: l’homme qui tôt ou tard remporte la victoire est celui qui pense qu’il en est capable! »

Top 10 des citations sur l’échec: Motivation

1. « L’échec ne signifie pas que vous êtes un échec, cela signifie simplement que vous n’avez pas encore réussi. » Robert H. Schuller
2. « Je n’ai pas échoué. J’ai seulement trouvé 10.000 moyens qui ne fonctionnent pas. » Thomas A. Edison
3. « Il n’y a pas d’échec, il n’y a que des abandons. » Albert Einstein
4. « Échouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente. » Henry Ford
5. « La chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là où on est tombé. » Socrate
6. « L’échec est le fondement de la réussite. » Lao-Tseu
7. « Beaucoup rêvent de succès. A mon avis, le succès ne peut être atteint qu’après une succession d’échecs et d’introspections. » Soichiro Honda
8. « L’échec fait tomber le perdant. L’échec inspire le gagnant. » Robert T. Kiosaki
9. « Le succès c’est être capable d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » Winston Churchill
10. « L’échec est la voie du succès ; chaque erreur nous apprend quelque chose. » Morihei Ueshiba
A LIRE AUSSI

Baba Danpullo :>

Jusqu’en 2015, Baba Ahmadou Danpullo, dit « Baba Danpullo » (fils de Peul), 68 ans, était inconnu. Et il adorait ça. Ce milliardaire à la tête d’un conglomérat florissant, Baba Ahmadou Group, n’aime pas la lumière.

La version africaine francophone du magazine américain Forbes a pourtant révélé l’étendue de sa fortune. Elle n’a pas d’équivalent dans toute l’Afrique francophone subsaharienne. Son parcours est un roman : son père vient du Nigeria, lui est né au Cameroun en 1950, avant d’être envoyé à l’âge de 5 ans à Kano, la deuxième plus grande ville du Nigeria, une région à la longue tradition commerçante, afin de parfaire son éducation musulmane auprès de sa famille paternelle.

De l’agro-industrie à la téléphonie, l’immobilier ou encore les médias, cet ambitieux entrepreneur qu’on appelle désormais « Al-hadji » – titre honorifique donné aux anciens qui ont fait le hadj, le pèlerinage à La Mecque – étend son empire.

Le Point Afrique : Vous êtes dans les affaires depuis plus de quarante ans. Comment avez-vous débuté ?

Baba Ahmadou Danpullo : Je suis fils de paysan peul, produit d’une longue tradition d’éleveurs. J’ai hérité de mon père la passion de l’élevage du bétail, en particulier les bœufs et les chevaux. C’est uniquement quand je suis allé en ville que j’ai découvert qu’il y avait d’autres façons de faire des affaires. Mais le chemin vers la réussite n’a jamais été facile.

A LIRE : Classement Forbes 2019 des 21 personnes les plus riches d’Afrique

Quelle a été votre recette ?

Je suis né en Afrique, j’y ai grandi, j’y ai travaillé et implanté mes sociétés. L’unique chose qui m’a fait tenir, c’est le travail et la persévérance dans l’effort. On peut tout obtenir pourvu qu’on le veuille et qu’on soit patient. Rien ne peut s’obtenir sans effort ! Mon implication dans l’immobilier date de plusieurs années. S’agissant de la téléphonie mobile, cela fait près de quinze ans que j’ai commencé à y réfléchir. Depuis cette époque, je me suis mis à la recherche de partenaires stratégiques pour chacun de ces secteurs.

Pourquoi avoir choisi d’investir en Afrique anglophone plutôt qu’en Afrique francophone ?

Il n’a pas été facile d’entreprendre dans certains pays comme l’Afrique du Sud. C’était l’apartheid. Quand je suis arrivé, j’ai vu l’ampleur du régime raciste. Je l’ai expérimenté personnellement en tant qu’Africain noir voulant acquérir des biens dans un pays alors dominé par les quelque 20 % de Blancs. J’étais le seul Noir dans l’avion qui m’a emmené la première fois à Johannesburg. À ma descente d’avion, j’ai dû attendre que tous les Blancs passent devant moi. J’ai ensuite dû me cacher dans la voiture, car des Blancs n’avaient pas le droit de transporter des Noirs.

Pour acheter un bien immobilier, j’ai dû faire appel à un intermédiaire alors que je disposais de la somme nécessaire. Au fond de moi, je savais que ce régime n’allait plus durer. Quand l’apartheid a cessé, j’y suis retourné aussi souvent que possible, au point d’y acquérir d’autres biens dans différentes villes jusqu’à y installer le siège de Baba Ahmadou Group. Mais, en Afrique du Sud, le contexte est différent. C’est celui des pays développés. Sans fonds, vous ne pouvez rien ! Au Nigeria, en revanche, vous avez besoin d’un portefeuille relationnel fourni pour pouvoir percer. La nécessité de fonds vient après.

Comment observez-vous l’évolution des affaires dans les économies d’Afrique ?

Un homme d’affaires doit investir partout où se trouvent des opportunités. Nous n’avons jamais obtenu de soutien financier de quelque État que ce soit. Nous avons simplement tiré profit de la stabilité politique pour développer nos affaires. Cela étant, nous pensons que l’État doit jouer le rôle de régulateur de l’activité économique. Mais j’observe que les pays anglophones sont mieux organisés dans les affaires que les francophones. Et puis il y a une différence de taille : les investisseurs anglophones investissent vraiment pour le long terme quand ils viennent en Afrique. Les francophones, eux, ne restent pas.

A LIRE: Qui est Aliko Dangote, homme d’affaires et philanthrope 

Quel rôle dans la mondialisation voyez-vous pour l’Afrique et ses entreprises ?

Contrairement aux États-Unis, à l’Asie et à l’Europe, l’Afrique est un continent encore vierge. Elle continuera à jouer son rôle de pourvoyeuse de ressources naturelles aux autres continents et à développer des stratégies de partenariat gagnant/gagnant.

Êtes-vous inquiet pour l’avenir du continent ?

Je suis un afro-optimiste convaincu ! Je n’ai donc aucune inquiétude pour l’avenir du continent. Ici, presque tout est encore à faire. L’Afrique est « condamnée » à émerger. Pendant plusieurs décennies, l’Afrique a été associée à la misère et à la famine. Aujourd’hui, la tendance s’inverse. L’Afrique deviendra la bouée de sauvetage des autres continents. Elle regorge d’innombrables ressources naturelles, elle compte une population jeune, dynamique et de plus en plus éduquée, elle recèle un potentiel énergétique énorme.

L’immigration massive des jeunes Africains vers l’Europe vous inquiète. Pourquoi ?

Ce qui se passe n’est pas normal. Je ne vois pas ce que ces jeunes viennent faire ici, en Europe. Il n’y a plus d’argent en Europe. Et il y a du travail en Afrique. Il nous manque des professeurs, des ouvriers, des gens qui construisent les routes, des infirmières ! La seule chose que nous n’avons pas et où les dirigeants africains peuvent faire la différence, c’est dans le domaine de l’accès à la santé. À la longue, ce sont les gens qui restent en Afrique qui gagneront. Je pense qu’il est mieux de gagner 300 000 francs CFA que de gagner 2 millions d’euros dans une société qui pousse sans cesse à la consommation.

A LIRE: les 15 plus riches criminels de tous les temps

Ces jeunes vous répondront qu’il faut leur offrir des emplois plus dignes…

Quel pays ne connaît pas de chômeurs ? Êtes-vous allée aux États-Unis ? En France, en Allemagne, le chômage est partout. Il ne faut plus faire croire aux jeunes qu’ils trouveront des emplois dans les pays du Nord. C’est une question de patience. Les jeunes Africains d’aujourd’hui sont comme les jeunes du monde, ils veulent aller vite, gagner rapidement de l’argent et monter en grade ! Le vrai problème, c’est l’éducation.

Quels sont les secteurs dans lesquels investir aujourd’hui sur le continent ?

J’étais dernièrement au Sénégal, avec mes équipes, sur invitation du président Macky Sall, un dirigeant qui tient vraiment au développement de son pays. J’ai vu dans ce pays d’immenses opportunités d’investissement dans l’hôtellerie, le gaz, le pétrole ou encore l’agroalimentaire. Il y a un retour à la terre qui est nécessaire pour l’Afrique, qui dispose de terres arables et d’une main-d’œuvre peu chère. Les investisseurs ont le choix en ce moment.

Peut-on vous dire que vous avez réussi ?

Je préfère développer mes affaires à l’abri des fanfares. Je trouve mon bonheur quand je passe incognito. J’essaie de rester humble. C’est une ligne de conduite et je m’y tiens : c’est la culture peule.

L’empire Baba Ahmadou Groupe

Agriculture. La société Moulin Coq rouge produit de la farine de blé (400 tonnes par jour). Baba Ahmadou Group possède deux importantes sociétés de thé : Cameroon Tea Estates et Ndawara Highland Tea Estate. Elba Ranch Ltd, entreprise familiale d’élevage privée fondée en 1976, comprend plusieurs ranchs. Textile. SMIC SA. Télécoms. Viettel Cameroun SA (Nexttel) est le troisième opérateur de téléphonie et un pionnier de la technologie 3G au Cameroun, avec 3,6 millions d’abonnés. Médias. Dan Broadcasting System, chaîne de télévision privée camerounaise. Immobilier. Entrepôts, appartements, centres commerciaux et bureaux commerciaux… Le groupe détient des actifs immobiliers au Cameroun, en Afrique du Sud, au Nigeria, en Europe et aux États-Unis.

Source :Le Point

10 mauvaises habitudes qui peuvent gravement nuire à vos reins

En 2018, l’Organisation Mondiale de la Santé. (OMS) a déclaré que la maladie rénale était la maladie chronique la plus négligée. Par ailleurs, on a souvent tendance à ignorer ce que l’on ne voit pas.

En effet, il est plus facile de fermer les yeux sur des symptômes qui ne se voient pas plutôt que d’anticiper leur apparition, et c’est malheureusement une erreur que nous sommes plusieurs à commettre. De nombreux facteurs sont à prendre en compte lorsqu’il s’agit de la santé de vos reins, à commencer par votre hygiène de vie quotidienne.

Selon un rapport établi par la National Kidney Foundation, le bon fonctionnement de vos reins se mesure grâce au débit de filtration glomérulaire (DFG), qui est le taux de filtration de votre sang. Grâce à cet indice, votre médecin peut déterminer le stade d’avancement d’une maladie rénale. Il faut savoir que le DFG de 90/ml/min signifie que l’état de vos reins est considéré comme bon, mais dès qu’il passe en dessous de ce chiffre, il devient insuffisant. D’ailleurs, les maladies chroniques rénales sont souvent décrites en tant que maladies « tueuses silencieuses », qui ne montrent leurs premiers symptômes que lorsqu’elles atteignent un stade très avancé.

Les reins, trop souvent négligés, font partie des organes les plus importants de notre corps. D’ailleurs, il est indispensable pour vos reins d’être en bon état afin que votre corps puisse fonctionner correctement.

En effet, ces organes vitaux jouent plusieurs rôles, notamment l’élimination des toxines, le nettoyage du sang et la production d’urine. Ce que vous ignorez peut-être, c’est que vous altérez ces fonctions au quotidien sans le savoir, à travers des habitudes en apparence anodines qui peuvent se révéler mortelles. Les voici :

Ne pas boire assez d’eau

L’eau permet à vos reins d’accomplir leur fonction correctement. S’hydrater est essentiel afin que vos reins puissent filtrer votre sang et éliminer les toxines qui se trouvent dans votre corps. Un manque d’hydratation peut engendrer une accumulation de toxines et de ce fait, endommager vos reins.

A LIRE les 15 plus riches criminels de tous les temps

Manger trop salé

C’est bien connu, l’excès n’a jamais fait de bien à personne. Il en va de même pour le sel, qui en augmentant votre pression sanguine, exerce trop de pression sur les reins et peut mener à une défaillance. Il est recommandé de ne pas dépasser 5g/jour pour éviter des problèmes de santé.

Se retenir d’uriner

Ne pas se soulager lorsque le besoin s’en ressent peut gravement affecter vos reins. En dehors de la sensation désagréable qui en résulte, se retenir d’uriner peut mener à l’incontinence, aux calculs rénaux, ou encore à une insuffisance rénale .

A LIRE Habitudes : 5 Façons De Penser Comme Une Personne Riche

Consommer trop de sucre

Selon une étude menée par l’International Society of Environmental Epidemiology (ISEE), consommer deux boissons sucrées ou plus par jour entraine une défaillance des reins et du système urinaire. Les boissons contenant du cola sont particulièrement déconseillées car elles seraient l’une des causes les plus communes des calculs rénaux.

Ne pas consommer assez de vitamines et de minéraux

Afin d’éviter des carences en vitamines ou en minéraux , privilégiez une alimentation saine à base de fruits et de légumes. En dehors des avantages que ces derniers nous offrent en termes de poids et de silhouette, ils veillent surtout au bon fonctionnement de nos organes.

Consommer trop de protéines animales

Manger trop de viande peut s’avérer dangereux pour votre santé, surtout lorsqu’il s’agit de viande rouge . En consommer de manière excessive affecte votre système métabolique et peut mener à un éventuel dysfonctionnement de vos reins.

A LIRE: Top 6 conseils pour être efficace

Boire de l’alcool

La consommation d’alcool, que ce soit en quantité modérée ou excessive, introduit des toxines dans votre corps. Lorsque cette consommation se fait de manière régulière ou répétitive, vos reins se retrouvent surchargés de ces toxines et deviennent graduellement incapables de les éliminer.

Boire trop de café

Le café est l’une des boissons les plus consommées au monde. Ses vertus santé sont innombrables, mais comme pour tout aliment, un excès de consommation peut générer des problèmes comme augmenter le fonctionnement des reins et causer ainsi une insuffisance rénale.
Prendre trop de médicaments
Que ce soit pour une migraine ou autre souci de santé mineur, nous avons la fâcheuse habitude de nous jeter sur le premier comprimé à notre portée. Malheureusement, cette très mauvaise habitude engendre de lourdes conséquences sur notre corps, en particulier au niveau des reins. Il est préférable d’avoir recours à des remèdes plus naturels, afin d’éviter tout problème rénal qui pourrait être causé par une consommation médicamenteuse trop élevée.

Manquer de sommeil

Le sommeil est très important car il permet à votre corps et à vos organes de récupérer. Pendant que vous dormez, vos reins en profitent pour faire une pause, ce qui leur permet de se restaurer pour effectuer leurs tâches correctement quand vous en avez besoin.