Afrique : comment Asky révolutionne le transport

 

Publicités

Découverte de l’entrepreneuse Scovia Ngarambe

« Mon nom est Scovia Ngarambe, j’ai un diplôme en Technologie de l’Information de l’Université internationale de Kampala.
Je possède un élevage de volailles dans le secteur de Mayange dans le district de Bugesera, Province de l’Est.

Notre travail consiste à élever des poussins de 1 mois à 4,5 mois à un stade où ils commencent à produire des œufs et du fumier. Pendant ce temps, nous les nourrissons et les donnons à boire tous les jours. À dix-huit mois, nous commençons à les vendre pour leurs viandes.

Cela fait deux ans que je travaille dans cette entreprise et j’ai commencé avec une petite ferme de 250 oiseaux. Après cela, j’ai élargi à 500 oiseaux et aujourd’hui j’ai plus de 1500 oiseaux et mon entreprise continue de croître pour être encore plus rentable.

Je n’ai pas d’expérience en agriculture. En grandissant, mes rêves étaient d’étudier dans une bonne université, d’obtenir mon diplôme et peut-être d’obtenir un emploi dans une ambassade ou une institution diplomatique. Mais quand j’ai eu mon diplôme, j’ai passé une année sans emploi. Et même à l’époque où je travaillais, le salaire était trop petit pour répondre à tous mes besoins fondamentaux en tant que jeune fille.

J’ai commencé à réfléchir à ce que je devrais faire pour augmenter mes revenus. Ma première idée était l’agroalimentaire et j’ai commencé à faire des recherches sur la volaille.
En fait, j’ai décidé de rejoindre l’agro-industrie parce que j’avais un petit investissement dans mes économies, ce qui n’était pas suffisant pour se lancer une entreprise dans d’autres secteurs comme l’informatique par exemple. Voir aussi des personnes qui importaient des œufs en Ouganda m’a aidé à développer mon idée en réalisant qu’il y avait un besoin potentiel de protéines, donc un marché potentiel pour moi.

Avoir un capital est un grand défi pour toutes les startups, j’ai surmonté ce défi en utilisant ce que j’avais comme économies pour démarrer mon entreprise à petite échelle. J’ai développé mon activité en achetant plus de poussins et en m’assurant qu’ils étaient nourris régulièrement pour assurer leur croissance.

Aujourd’hui, il y a peu de jeunes filles dans le domaine agricole, car beaucoup préfèrent les emplois de bureau et pensent que l’agriculture est un sale boulot. Pour moi, c’est un mauvais discours, ne idée reçue parce que si vous faites n’importe quel travail d’une manière professionnelle, vous obtiendrez ce dont vous avez besoin pour être autonome.

Ma vision est maintenant d’avoir 25 000 oiseaux en 5 ans et je veux motiver d’autres jeunes, en particulier les filles, à lancer des projets agricoles.
J’emploie 2 personnes, et le travail aide à améliorer leurs vies. Je suis content de ce que je fais, mais je prévois de développer mon entreprise afin de pouvoir offrir beaucoup d’opportunités à encore plus de gens. En deux ans, mon entreprise a pu passer de 600 000 Frw à 15 000 Frw. Je fournis 800 œufs par jour et le marché est encore gros car je ne suis pas en mesure de satisfaire tout cela, mais avec au moins 10 000 œufs par jour, je serais en mesure d’atteindre partout et de satisfaire le marché que j’ai en ce moment.

Comme j’ai de l’expérience en informatique, j’essaie de l’utiliser dans l’agriculture où je cherche un moyen d’installer l’alimentation automatique afin de réduire le gaspillage alimentaire et de minimiser les coûts.

Mes parents sont mon inspiration. Ils sont toujours là pour me soutenir, et ils me font croire que je peux vraiment réaliser mes rêves.

Mon message aux jeunes, en particulier aux jeunes filles qui luttent pour démarrer une entreprise, est que l’agro-industrie est aussi une option à envisager. Avec leurs propres mains et leur propre esprit, ils sont capables de se nourrir et de nourrir la société et, en plus de cela, créent des opportunités d’emploi pour les gens. Commencez petit, grandissez et utilisez les terres inutilisées autour de vous. »

credit: http://www.mystoryrwanda.org

Qui sont les 10 Africains les plus influents ?

Un milliard d’Africains répartis entre 54 pays. Mais seulement cinquante noms retenus dans notre palmarès 2018 des personnalités les plus influentes du continent. L’exercice était périlleux. Il a donné lieu à de vifs débats en interne, qui nous ont permis d’aboutir à une première liste d’environ 120 « candidats » qu’il a ensuite fallu départager.

Avec méthode, mais aussi une dose de subjectivité, inévitable dès lors qu’il s’agissait d’évaluer le pouvoir de personnalités venant d’univers – et donc répondant à des critères d’influence – différents : des arts aux affaires et du sport à la politique, en passant par la société civile ou la mode.

Les chefs d’État et leurs épouses ont été a priori exclus, pour des raisons qui relèvent de l’évidence. Tout comme les Africains qui, tout en ayant conservé un lien fort avec leur pays d’origine, résident hors du continent : qu’il s’agisse du milliardaire philanthrope Mo Ibrahim, de l’écrivaine Leïla Slimani ou encore du directeur Afrique du FMI, Abebe Aemro Selassie, la liste est longue.

Nous avons noté leur poids sur les réseaux sociaux. Le nombre d’abonnés Twitter comme le référencement internet sont des critères objectifs dans un monde ultraconnecté. Le moindre frémissement du compte d’une personnalité est aujourd’hui scruté, partagé, déchiffré, analysé, tout comme le nombre de pages disponibles sur la Toile traduit logiquement l’intérêt du public pour untel ou untel.

Autre critère : ladite personnalité fait-elle – ou fera-t-elle – l’actualité ? La rédaction s’est attachée à déterminer l’influence du candidat hors de son pays, puis hors du continent, ainsi que l’importance de son rôle dans le processus de prise de décision politique – l’ADN de Jeune Afriquedepuis presque soixante ans.

Enfin, l’expertise de nos journalistes a permis de pondérer certains résultats. Le poids d’un Wizkid, fort de ses 4 millions de followers et de ses centaines de millions de vues sur YouTube, ne se discute pas.

Celui d’une Louise Mushikiwabo, la ministre des Affaires étrangères de Paul Kagame, chef d’État rwandais par ailleurs président en exercice de l’Union africaine, est assurément moins spectaculaire, mais est-il moins important pour autant ? En définitive, un palmarès qui alimentera certainement les débats – et agitera probablement les réseaux sociaux.

Classement des 50 Africains les plus influents ?

1 – ALIKO DANGOTE

Aliko Dangote, homme d’affaires et philanthrope (Nigeria).

2- CHIMAMANDA NGOZI ADICHIE

Chimamanda Ngozi Adichie, romancière (Nigeria).

3- MOSTAFA TERRAB

Mostafa Terrab, PDG du groupe OCP (Maroc).

4- LAURENT MONSENGWO PASINYA

Mgr Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa (RDC).

5- LOUISE MUSHIKIWABO

Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères

6- NAGUIB SAWIRIS

Naguib Sawiris, PDG d’Endeavour Mining (Égypte)

7- WIZKID

Wizkid, chanteur ( Nigeria).

8- MOUSSA FAKI MAHAMAT

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine (Tchad).

9- AKINWUMI ADESINA

Akinwumi Adesina, président de la BAD (Nigeria).

10- ACHILLE MBEMBE

Achille Mbembe, historien et politiste (Cameroun).

ÉTHIOPIE DE LA FAMINE À L’EXPLOIT ÉCONOMIQUE EN PHOTO

Pas d’accès à la mer, pas de bois, pas de pétrole, pas de cacao… avec 17 ans de guerre civile de 1974 à 1991 qui ont fait 750.000 morts et 2 ans de guerre avec l’Érythrée de 1998 à 2000 dont 80.000 morts …
Voici le résultat aujourd’hui … Et quand c’est bon il faut le reconnaître et féliciter ce vaillant peuple.

Aujourd’hui le pays est la 4e économie africaine derrière le Nigeria, l’Afrique du sud, et l’Égypte. Et les indicateurs l’envoient déjà dans le top 3 d’ici 5 à 10 ans…

Conseil de Steve Jobs à la nouvelle génération

Les derniers mots de Steve Jobs, milliardaire, mort à 56 ans du cancer du pancréas :

« J’ai atteint le summum du succès dans le monde des affaires. Dans les yeux des autres, ma vie est une réussite.

Cependant, mis à part le travail, j’ai eu peu de joie. En fin de compte, la richesse n’est qu’un fait auquel je me suis habitué.

En ce moment, allongé sur mon lit d’hôpital, et me rappelant toute ma vie, je me rends compte que toute la reconnaissance et la richesse dans laquelle j’ai pris tant de fierté, a pâli et est devenue insignifiante face à la mort imminente.

Vous pouvez employer quelqu’un pour conduire votre voiture ou gagner de l’argent pour vous mais c’est impossible d’engager quelqu’un pour supporter la maladie et mourir pour vous.

Les choses matérielles perdues peuvent être trouvées. Mais il y a une chose qui ne peut jamais être trouvée quand elle est perdue – « la vie ».

Quelle que soit l’étape de la vie à laquelle nous sommes actuellement, avec le temps, nous serons confrontés au jour où le rideau se ferme.

Aimez votre famille, votre conjoint et vos amis … Traitez-les bien. Chérissez les.

Au fur et à mesure que nous vieillissons, et devenons plus sages, nous réalisons lentement que porter une montre à 300 $ ou 30 $ – les deux donnent la même heure…

Que nous ayons un portefeuille ou un sac à main de 300 $ ou de 30 $ – le montant à l’intérieur est le même;

Que nous conduisions une voiture de 150 000 $ ou une voiture de 30 000 $, la route et la distance sont les mêmes, et nous arrivons à la même destination.

Que nous buvions une bouteille de vin à 1000.$ ou à 10 $, la gueule de bois est la même;

Que la maison dans laquelle nous vivons mesure 300 ou 3000 pieds carrés – la solitude est la même.

Vous réaliserez que votre véritable bonheur intérieur ne provient pas des choses matérielles de ce monde.

Que vous voyagiez en première classe ou en classe économique, si l’avion tombe en panne, vous tombez avec lui …

Par conséquent .. J’espère que vous vous rendez compte, quand vous avez des amis, des copains et des vieux amis, frères et sœurs, avec qui vous discutez, riez, parlez, chantez, parlez du nord-sud-est ou du ciel et la terre, …. c’est le vrai bonheur !!

5 Faits incontestables de la vie:

1. N’éduquez pas vos enfants à être riches. Éduquez-les pour être heureux. Donc, quand ils grandiront, ils connaîtront la valeur des choses et non le prix.

2. Mangez vos aliments comme médicaments. Sinon, vous devez manger des médicaments comme nourriture.

3. Celui qui vous aime ne vous quittera jamais pour un autre, car même s’il y a 100 raisons d’abandonner, il trouvera une raison de se retenir.

4. Vous êtes aimé quand vous êtes né. Vous serez aimé quand vous mourrez. Entre les deux, vous devez gérer!

5- Si vous voulez juste marcher vite, marchez seul! Mais si vous voulez marcher loin, marchez ensemble!

Six meilleurs médecins au monde :

1. Lumière du soleil
2. Repos
3. Exercice
4. Régime
5. Confiance en soi
6. Amis

Gardez-les à tous les stades de la vie et profitez d’une vie saine.

Entrepreneur: Qui est Zandra

Zandra Cunningham, la fondatrice et PDG de Zandra’s Beauty, une ligne de soin entièrement naturelle, a créé sa société à l’âge de 9 ans. Maintenant, à 17 ans, sa société basée à Buffalo, New York vaut près de 500 000 $.

Zandra est la plus jeune diplômée de la catégorie adulte du programme entrepreneurial des minorités et des femmes à l’Université de Buffalo, diplômée de l’Université Lucky Break et membre de l’Association nationale des femmes entrepreneurs, elle donne des cours sur l’entrepreneuriat, et conseille les jeunes et les adultes sur comment eux aussi peuvent commencer tôt à construire leurs avenirs.

Tous les produits sont fabriqués à la main en petites quantités pour maintenir l’intégrité et la qualité. En tant que chef d’une entreprise respectueuse envers l’environnement ,Zandra s’engage à adopter des pratiques durables, en accordant la priorité à la douceur et à la sensibilité de la peau des adolescents.

Afrique: Classement 2018 des pays par indice de développement humain (PNUD)

Le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) a publié, la semaine dernière, une nouvelle édition de son classement mondial des pays, par indice de développement humain (IDH). Si aucun grand changement n’est à remarquer dans le nouveau classement par rapport aux pays d’Afrique, le document révèle néanmoins que le paysage africain en matière de développement humain reste fortement contrasté, au vu des progrès affichés par certains Etats et des régressions ou stagnations affichées par d’autres.

Selon la nouvelle mise à jour du classement, les Seychelles (62ème rang mondial) restent en tête des pays africains ayant le meilleur IDH, tandis que le Niger, en bon mauvais élève de la classe, maintient sa dernière place dans le classement, tant au niveau continental que mondial. Le pays, qui possède le plus haut taux de fécondité au monde (7,2 enfants par femmes) peine à améliorer son classement, dans un contexte marqué par les catastrophes humanitaires qu’exacerbent les violences commises par les groupes extrémistes, comme Boko-Haram.

D’un autre côté, pendant que le Botswana (101ème rang mondial et 5ème africain) se classe parmi les pays ayant gravi le plus de places depuis le début de la décennie (grâce notamment aux nouvelles estimations de l’espérance de vie à la naissance), l’île Maurice, l’Algérie et la Libye ont enregistré une chute dans le classement.

Au total, aucun pays africain n’a encore réussi à se hisser dans la catégorie des pays ayant un niveau « très élevé » de développement humain, tandis que 7 pays du continent se classent parmi les pays ayant un taux d’IDH « élevé ». 14 pays du continent restent dans la catégorie des pays ayant un « niveau moyen » de développement humain, tandis que plus de la moitié des pays du continent (32) restent dans la catégorie des pays affichant un taux « faible » en matière d’IDH.

Pour rappel, le classement de l’IDH évalue le niveau de développement humain des pays (189 au total), en se basant sur plusieurs données impliquant, entre autres, le niveau d’éducation de la population, la santé et le revenu.

Notons que, pour cette mise à jour, seule la Somalie n’a pas été prise en compte par les experts, parmi les pays africains.

Classement 2018 des IDH africains

Top 10 des règles d’or du succès financier

1. Épargner votre argent pour l’investir dans votre éducation et votre développement personnel. Investir en soi est l’investissement le plus rentable.

2. Pour réussir financièrement, vous n’avez pas besoin d’un diplôme universitaire, mais une éducation financière.

3. Le salariat limite considérablement vos revenus et votre liberté. L’entrepreneuriat est la voie royale pour devenir riche et libre financièrement.
4. Le Loto est un produit pour les gens qui ne sont pas intelligents sur le plan financier.
5. Dépenser de l’argent pour impressionner les autres conduit à la pauvreté.
6. Les dettes à la consommation sont une forme d’esclavage financier qu’il faut éviter à tout prix.
7. Si vous vivez au-dessus de vos moyens, vous ne deviendrez jamais riche. De cette façon, vous allez seulement enrichir quelqu’un d’autre.
8. Se débarrasser de la mentalité « Devenir riche rapidement » ou « Gagner de l’argent sans effort ». Dans le monde réel, ces deux phrases n’existent pas!
9. Ne gaspillez pas votre argent et votre temps sur des choses qui ne vous poussent pas en avant.
10. L’argent seul ne rend pas heureux, mais la liberté financière contribue à élargir vos choix et votre bonheur