7 Conseils Pour Éviter L’épuisement Et Être Plus Efficace

Vous vous sentez épuisé après une journée de travail ? Vous avez constamment l’impression d’être submergé et d’agir dans l’urgence ? Attention au burn-out. Ce coup de pompe généralisé peut vous faire perdre pied dans tous vos projets et être préjudiciable à votre activité.

Pour éviter cette intolérable sensation d’épuisement professionnel et conserver intacte sa capacité de réaction et d’innovation, voici comment faire.

Clarifier son rôle

Contrairement à ce que beaucoup pensent, l’une des meilleures façons d’améliorer son efficacité (et donc sa valeur !) consiste à clairement définir les limites de son rôle et de ses attributions. Proposer son aide sur un projet est évidemment une qualité appréciable, mais elle peut aussi s’avérer préjudiciable si cela empêche d’assumer ses propres responsabilités.

http://ln4.fr/ln45b60665e6ab71

Refuser certaines tâches ou sollicitations

Apprendre à dire non intelligemment est aujourd’hui une vraie force. En informant vos interlocuteurs des projets sur lesquels vous planchez déjà et en refusant leurs sollicitations, vous tirerez un meilleur parti de votre temps de travail. L’enjeu étant d’apprécier objectivement votre charge de travail actuelle avant d’en accepter de nouvelles.

Réviser ses objectifs

Inutile de vous éparpiller. Au final, seuls les objectifs réalisables sont vraiment utiles. S’ils sont hors de portée ou trop nombreux, vous aurez souvent l’impression de ne pas avancer. Ce qui mène tout droit au découragement, au surmenage et à l’épuisement. Prenez le temps de lister vos objectifs et d’en discuter avec vos collaborateurs ou votre entourage. Faites le point pour déterminer ceux qui sont prioritaires (et à quelle échéance ?) et agissez en conséquence.


Partager la charge de travail et gérer le temps

Il est rigoureusement impossible de tout gérer soi-même. Prospection, définition et développement des projets, réalisation et mise en oeuvre, suivi, comptabilité, etc., un seul homme ne peut généralement pas tout faire. Il est donc important de savoir déléguer certaines tâches chronophages et celles pour lesquelles vous n’avez toutes les compétences requises. En perdant du temps à vouloir tout gérer, vous vous épuisez.

Savoir gérer son temps

La gestion du temps de travail est déterminante pour être efficace et mener à bien ses projets ou ses missions. Lorsque l’on vous demande de gérer une urgence, vérifiez auprès de votre interlocuteur s’il attend un retour dans l’heure qui suit (alors, il s’agit vraiment d’une urgence) ou bien dans la journée, ou plus tard encore. Evitez autant que possible de suspendre vos activités en cours pour répondre à une sollicitation a priori « urgente ». Car tout le monde n’a pas la même définition de l’urgence.

Savoir s’arrêter

Attendre d’être complètement épuisé pour prendre des congés fait courir le risque de perdre la concentration et l’énergie nécessaires pour donner le meilleur de soi-même. Il convient donc de programmer ses congés autant que possible longtemps à l’avance afin d’anticiper et de pouvoir vraiment se reposer.Cela permet de mieux planifier la charge de travail et surtout cela évite d’emporter du travail en vacances ou d’être contraint de répondre à des emails ou des appels téléphoniques sans arrêt.

Prévoir des pauses

Pour garder les idées claires, il est important de savoir lever le nez du guidon et de prendre le temps d’aller marcher, de papoter, de s’oxygéner, d’écouter de la musique, de faire du sport, etc. Cela permet de prendre du recul sur ses projets et de les mener à bien dans les meilleures dispositions.

Apprendre à travailler plus efficacement, simplement en prenant le temps de le faire, est une donnée capitale pour réussir dans votre activité

Publicités

5 conseils pour démarrer un projet d’entreprise sans recourir à une banque

Beaucoup de personnes en créant une entreprise ont tendance à se tourner vers les banques. Bien souvent la procédure est compliquée, les intérêts élevés et tous les tracas qui s’en suivent sont une source de stress. Si vous voulez entreprendre sans vous tourner vers une banque, voici 5 conseils pour vous.

1.Economisez

Économiser est une bonne solution quand vous voulez entreprendre sans les banques. Par exemple, la chaîne de magasins Forever 21 n’aurait jamais vu le jour si leurs fondateurs Do Won et Jin Sook Chang n’avaient pas économisé pendant 3 ans pour ouvrir une première petite boutique en Californie.

2.Tournez vous vers d’autres chefs d’entreprise

Vous aurez toujours quelqu’un dans votre entourage qui fait une activité complémentaire à la votre. Optez pour un partenariat à échanger des produits etc. Dans une autre mesure, si vous connaissez une personne qui veut faire la même activité que vous, pourquoi ne pas vous associer. Prenez en exemple Larry Page et Sergueï Brin de Google, Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim de YouTube, etc.

3.Créez vous des connexions qui pourront investir dans votre entreprise

Travaillez sur la viabilité de votre entreprise. Ensuite, présentez votre projet à des personnes qui ont les moyens d’y investir. Pour cela, ne manquez aucune occasion de parler de votre projet autour de vous. Prenez des initiatives, allez vers le gens. Par exemple, participez à des forums etc.

4.Commencez petit

Quand vous commencez, veillez à limiter les dépenses. Optez pour une production qui ira crescendo. Ensuite, veillez à ne pas profiter des revenus dans les débuts. Au contraire, vous devez utiliser ces fonds là et les réinvestir pour agrandir votre business.

5.Ayez recours au Crowdfunding

Ce système encore appelé financement participatif permet à l’ensemble des internautes de financer les projets auxquels ils croient selon leurs moyens. Le demandeur fixe le montant global dont il a besoin en détaillant ce qu’il prévoit de faire avec les fonds collectés. Aussi apporte-il une description de son projet et les raisons pour lesquelles il fait appel au public.La réussite de cette initiative repose sur la manière dont l’auteur de cette levée de fonds va communiquer auprès du public pour faire connaître son projet

4 façons de devenir un meilleur patron

L’esprit qui anime le monde des affaires a toujours été une ambition de faire de grandes choses: construire quelque chose de précieux, résoudre un problème difficile, fournir un service utile, explorer les frontières de la possibilité humaine.

Dans l’essence, par conséquent, les affaires portent sur l’effort humain. Et pour que les humains s’efforcent ensemble, il doit y avoir une éthique animatrice et une éthique de l’effort.

Mais il devient de plus en plus difficile pour les dirigeants de favoriser cette éthique et de mener à travers elle sur le chemin de faire de grandes choses. C’est parce qu’ils essaient de le faire dans un monde qui ne change pas seulement rapidement, mais dans celui qui a été considérablement remodelé. Et le monde a été remodelé plus rapidement que nous avons réussi à nous remodeler, nos institutions et nos modèles de leadership.

https://savoirentreprendres.com/2018/05/30/les-21-secrets-de-la-reussite-en-affaires-selon-aliko-dangote-2/

Tout d’abord, les individus du monde entier sont passés d’être simplement liés il y a une génération à aujourd’hui globalement interdépendant. Le comportement de toute personne peut affecter tant d’autres, même ceux d’un continent lointain, comme jamais auparavant.

Deuxièmement, la technologie amène les étrangers à une proximité intime à un rythme accéléré, nous permet d’acquérir des expériences plus riches, mais exigeant également de nouveaux niveaux d’empathie et de compréhension. Lorsque le glissement d’un smartphone peut amener un voyageur dans notre lit, un homme d’affaires dans notre maison, et un étranger dans notre voiture, la façon dont nous nous comportons devient plus critique. Les médias sociaux, de même, ont réduit les distances entre les nations, entre les citoyens et leurs gouvernements, et entre les consommateurs et les entreprises partout dans le monde. L’un de nous, à tout moment, peut amplifier nos sentiments avec un tweet ou une publication sur le bon ou le mauvais, qui représente la sympathie et le mépris, la condamnation et la rédemption, à un public potentiellement mondial.

Troisièmement, ces mêmes technologies nous accordent une vision similaire à l’IRM dans le fonctionnement le plus intime des organisations une fois opaques et même dans les mentalités de leurs dirigeants.

Les forces qui ont remodelé le monde: l’interdépendance, la proximité et la transparence forcée nous ont laissé désorientés et moralement immobiles, avec peu d’avants sur lesquels s’appuyer. La confiance a dégradé entre les citoyens et les élus, entre les chefs d’entreprise et les employés, entre les consommateurs et les fournisseurs, entre les personnes ayant des opinions opposées.

Pour les dirigeants qui se glorifient de faire face à des vérités difficiles, voici un: personne n’est exonéré de cette crise morale et de ses conséquences. Les dirigeants ne peuvent pas se le permettre de le renvoyer ou de le regarder se dérouler tout en pensant en privé: «Cela ne me touche pas à moi et à mes affaires». Les forces derrière elles sont radicales, indiscriminées et implacables, et le temps de les compter est maintenant .

Un seul type de leadership peut répondre à cette crise morale de confiance, et c’est un leadership moral. Cela ne vient toutefois pas de l’autorité formelle. Vous ne l’obtenez pas en gagnant une élection ou en étant nommé le patron ou en le verrouillant avec des actions supervisées. Vous ne pouvez pas l’acheter ou le saisir. Le leadership moral provient d’une autorité qui doit être gagnée tous les jours.

Comment? Ce n’est pas facile. Mais dans mes années d’études sur le leadership dans les affaires, le gouvernement et d’autres activités, j’ai constaté que les praticiens les plus authentiques, à tous les niveaux de leur carrière, suivent certains principes. Voici quatre guides pour construire et maintenir l’autorité morale.

Les dirigeants morales sont dirigés par le but.

La vraie autorité est formée lorsque les dirigeants poursuivent – et que les autres poursuivent – un but digne, précieux et noble lié au progrès humain ou à l’amélioration du monde. Le but est la nature fondamentale de l’entreprise d’une organisation. Le plus utile l’effort, plus il élève et peut générer dévouement, dévouement et espoir. Surtout, lorsque les dirigeants poursuivent leur but de manière plus grande que eux-mêmes, cela crée l’espace nécessaire pour que les autres participent à la mission. Les gens qui épousent leur but propre à un plus grand sont les personnes auxquelles les autres veulent adhérer.

Les dirigeants morales voient le chemin en avant comme un parcours et l’encadrent explicitement en tant que tel pour ceux qu’ils dirigent. Ce faisant, ils tirent parti des parcours concernés: en mettant l’accent sur les progrès, pas seulement sur les résultats et la ligne de fond. Les voyages nous incitent à être résistants et esprits, car les voyages sont difficiles, longs et curvilignes. Ils montent et descendent, ils zig et zag. Les voyages nous forcent à apprendre, à s’adapter et à expérimenter – et à embrasser et à apprendre des erreurs et des échecs à mesure que nous nous efforçons. La capacité de faire ces choses ensemble, et de rester ensemble en haut ou en bas, appelle de nous tout ce qui est moral. Ce qui rend moral est la façon dont nous voyagons – comment nous maintenons l’espoir, la vérité et la volonté de trouver notre chemin lorsque nous sommes perdus.

Les leaders morales inspirent et élèvent les autres.

Ceux qui ont une autorité morale comprennent ce qu’ils peuvent exiger des autres et ce qu’ils doivent inspirer. L’honnêteté, par exemple, peut être exigée. Mais la loyauté doit être inspirée. Les dirigeants morales ne demandent pas de fidélité personnelle. Tout comme nousLes dirigeants morales continuent de croître.

Les chefs authentiques n’arrêtent pas d’apprendre et de croître simplement parce qu’ils ont accumulé l’autorité formelle dans une organisation. Ils continuent à construire des muscles morales – je l’appelle «aller à la gymnastique morale» – en luttant contre les questions du bien et du mal, l’équité et la justice, ce qui sert les autres et ce qui ne l’est pas. Leur sagesse vient de regarder le monde à travers une lentille qui magnifie leurs propres actions; leur autorité morale est renforcée quand ils encadrent les problèmes par la façon dont leurs propres actions ont un impact sur le bien supérieur.

Cliquez ici LES 21 SECRETS DE LA RÉUSSITE EN AFFAIRES SELON ALIKO DANGOTE

Il ne s’agit pas de ne pas se tromper. Nous les faisons tous. (Beaucoup.) Plutôt, c’est ce que nous faisons et disons après ces échecs et défauts. C’est sur la façon dont nous nous excusons sincèrement et réparons. Ceux qui ont une autorité morale se défient eux-mêmes – et se demandent si l’erreur provient d’une déviation du principe ou, peut-être, du résultat direct d’une stratégie erronée. Les dirigeants morales s’arrêtent. Ils demandent continuellement si ce qu’ils font, ou ce que leur entreprise ou organisation fait, est compatible avec leur but et leur mission. Réfléchir sur leurs propres actions et le leadership de cette façon, construit la connaissance et la sagesse qui peuvent être partagés avec leurs équipes, en aidant les autres à voir leur impact sur le monde qui les entoure