Bill Gates: Facebook a eu son moment ‘mea culpa’ — et doit maintenant ‘aider le monde à régler’ le problème de la protection des données

Bill Gates.


Bill Gates a tenu des propos rassurants à l’encontre de Mark Zuckerberg, le patron de Facebook — mais il a mis en garde l’entreprise en lui demandant de jouer un rôle de premier plan en aidant le monde à régler le problème de la protection des données.

Dans la matinale « Today » de BBC Radio 4, le cofondateur de Microsoft a dit que Zuckerberg a répondu « du mieux qu’il pouvait » au scandale des 87 millions de comptes Facebook dont les données ont été « volées » en 2014.

Il a décrit l’audition devant le Congrès du patron de Facebook la semaine dernière comme un « mea culpa assez intense sur les choses qu’ils auraient pu mieux faire », en ajoutant qu’il avait fait « du bon travail » face aux questions des législateurs américains.

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, à Washington, 11 avril 2018. REUTERS/Leah Millis

Mais désormais, selon Bill Gates, Facebook doit montrer qu’il prend un rôle de premier plan pour aider à la résolution du problème de la protection des données en ligne. « Facebook est sur la sellette sur ces sujets cruciaux », a-t-il dit. « En tant que numéro un, Facebook a le devoir d’aider le monde à régler ce problème ».

Interrogé sur les conseils qu’il donnerait à Zuckerberg, Gates a répondu: « Il doit se concentrer exclusivement sur cela maintenant. C’est une personne qui a une vision de long terme. Il sera content de réduire les opportunités commerciales pour s’assurer à la place que la protection des données mettent ses utilisateurs en confiance ».

Gates: La réglementation arrive

Gates s’est aussi montré philosophe sur la perspective d’une plus grande intervention du gouvernement dans le secteur de la tech.

« Cela finira par plus de réglementation », a-t-il dit à la BBC, mettant en lumière les domaines où le gouvernement intervient déjà, comme les discours de haine.

La réglementation devrait être faite « de manière réfléchie », a t-il ajouté, avec « un alignement entre les pays ».

L’Union européenne appliquera le mois prochain le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) et Facebook commence déjà à faire quelques changements pour respecter ce règlement.

Par exemple, Facebook va demander à ses utilisateurs s’ils veulent vraiment partager des détails très privés de leur vie, comme leur religion, leur opinion politique ou leur orientation sexuelle. Il sera illégal de détenir ces informations sensibles, sauf si les personnes accordent une permission explicite

Publicités

Un commentaire

  • Trés interessant surtout que de plus en plus de monde se rendent compte du rideau derrière facebook. Par ailleurs celà donne une opportunité aux développeurs et utilisateurs de songer à une alternative. Le début de la fin de Facebook?

    J'aime