TOP 8 conseils pour créer sa boite tout en conservant son job

Si vous avez déjà créé votre boite, vous avez dû vous en rendre compte : beaucoup autour de vous souhaiteraient faire la même chose et se lancer dans le grand bain. Seulement, voilà, c’est quand même beaucoup de risques (ah bon ?), et tout un tas de freins existent, et ce notamment lorsque l’on est déjà salarié (pour les étudiants ou les chômeurs, c’est une autre histoire) :

  • le confort d’avoir un travail défini, où l’on sait que faire, avec un salaire qui tombe
  • l’étiquette sociale collée à ce travail
  • le manque de temps pour chercher une idée
  • le manque de temps pour creuser une idée une fois qu’on l’a
  • le manque d’entourage, pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas se lancer seuls
  • le manque « d’appétit », parce que finalement on n’est pas vraiment obligé de se faire mal et qu’il y a toujours des choses plus urgentes ou importantes…

 

Bref, se lancer quand on a un taf (ou day-job, diraient les américains, pour qui la notion de night-job est beaucoup plus évidente), ce n’est pas facile. Et pourtant, ce n’est pas forcément une mauvaise idée que de chercher à rester au chaud pendant les premiers temps de son projet… Finalement, tout un tas de choses peuvent être faites avant de déclencher le compte à rebours et de quitter son job

Voilà donc quelques conseils :

  • faire preuve de volonté
    Une chose est sûre : monter sa boîte c’est dur, et ça le reste même si on travaille encore. D’ailleurs, c’est même plus dur puisqu’il faut mener de front deux vies… Il va donc falloir, dès le départ, s’armer de détermination et bien savoir pourquoi on veut créer : ce doit devenir une obsession puisque, par définition, un jour on basculera à temps plein dessus (sauf pour le cas d’un « side-project », que j’exclue ici). La route va donc être longue, et il va pouvoir se passer jusqu’à 2 ans avant que vous voliez de propres ailes. Evidemment, plus la période sera courte, mieux ce sera pour votre motivation…
  • organiser son travail
    Donc, vous cumulez deux boulots. Il va vous falloir garder des plages horaires bien spécifiques pour avancer : tôt le matin, le temps du déjeuner, les soirées, le week-end, les vacances… Tous ces moments qui normalement sont réservés à des activités sociales, des loisirs, ou du repos. Un peu d’organisation ne nuit donc pas : détaillez des plages horaires fixes à l’avance, et gardez quand même du temps pour vous et votre entourage.
    Et éventuellement, si votre travail vous le permet, gardez des moments pendant votre travail, pour faire des choses moins visibles : recherches web, échanges de mail, lectures, data crunching, chat si vous êtes à plusieurs sur le projet…
  • se forcer à en parler
    Trouvez autour de vous des entrepreneurs qui ont vécu la même chose, et discutez régulièrement avec eux, cela vous permettra de vous rendre compte que d’autres personnes sont passées par là avant vous, et d’obtenir leurs conseils et encouragements. Vous pouvez aussi, et c’est fréquent, décider de créer avec quelqu’un d’autre, peut-être en poste lui aussi. Dans ce cas là, soyez « pro » dans vos discussions : faites un ordre du jour, des comptes-rendus, et trouvez un rythme qui ne vous laisse pas vous endormir dans votre costume : sans pression, c’est facile d’oublier que le temps presse, en création d’entreprise.
  • produire quelque chose de concret
    Vous avez quelques mois devant vous, profitez-en pour construire quelque chose de tangible, que vous pourrez montrer, et qui cristallisera vos efforts. Une maquette de site, un proto de votre produit, une démo, une mission de conseil type, des recos pour un client potentiel, …
  • lever le pied côté boulot
    Normalement, vous êtes dans la démarche « je VEUX créer une boite », pas « tiens ce serait cool de regarder, éventuellement, si une idée ne serait pas sympa pour peut-être monter une boite, comme certains de mes copains même si ça a l’air vachement dur ». Vous ne jouez donc plus tout à fait le même jeu au travail : levez le pied, faites vos horaires, trouvez comment vous pouvez vous en sortir en passant le moins de temps sur votre job…
  • ne pas être en conflit d’intérêt avec son employeur
    Evidemment,  si vous profitez de votre poste pour récupérer des données confidentielles ou détourner de la clientèle pour votre future boite, c’est vilain, et vous le paierez un jour, de toute manière. Si vous montez un concurrent de votre employeur actuel : partez tout de suite ou cherchez quelque chose de moins directement en conflit !
  • savoir tirer sa révérence
    Vous allez rester un moment en poste, mais il faudra bien partir… Il existe dans l’arsenal juridique du Code du Travail tout un tas de choses permettant de partir proprement, notamment la rupture conventionnelle, faites-en bon usage. Au-delà de l’aspect « administratif », c’est finalement le timing et la communication qui importent le plus… Expliquez calmement pourquoi vous partez, comment ça va se passer, comment les gens avec qui vous vous entendiez bien peuvent vous aider ensuite… Essayez toujours de partir en bons termes, sans claquer la porte, en laissant la place nette voire en aidant à recruter et former votre successeur. Sur le long terme, vous verrez que ça paie…
Publicités

Auteur de l’article : Savoir Entreprendre

Le savoir entreprendre magazine cherche à inspirer, à informer et à célébrer les entrepreneurs. Nous offrons des solutions réelles aux entrepreneurs