De quoi les Etats-Unis accusent-ils précisément Volkswagen ?

image

Selon les autorités américaines, 482.000 véhicules de marque Volkswagen et Audi, construits entre 2009 et 2015 et vendus aux Etats-Unis, ont été équipés d’un logiciel capable de détecter automatiquement les tests de mesure antipollution pour en fausser les résultats. En dehors des contrôles, ces voitures ne correspondent plus du tout aux normes environnementales.
Les modèles diesel impliqués sont les Golf, Beetle, Passat, Jetta et Audi A3.

Qui a découvert cette duperie ?

En 2014, lors d’une étude sur les énergies alternatives, un laboratoire de l’Université de Virginie-Occidentale n’est pas parvenu à reproduire les résultats présentés par Volkswagen. Ironie du sort, les chercheurs avaient été chargés par l’ONG International Council for Clean Transportation qui espérait prouver que les voitures diesel étaient moins polluantes que les autres car soumises à des normes bien plus strictes. En mai 2014, ICCT a donc prévenu l’Agence américaine de protection de l’environnement.

Comment fonctionne le logiciel ?

Ce petit bijou de technologie détecte les contrôles, notamment grâce au capot ouvert et au volant fixe, explique l’Agence de protection de l’environnement. Le logiciel active alors à 100% l’équipement antipollution du véhicule. Lors d’une circulation normale, le logiciel coupe ce mécanisme. La voiture roule alors en dégageant plus de 40 fois le niveau légal autorisé d’émissions pour certains polluants comme l’oxyde d’azote.
Le logiciel permet donc de désactiver un filtre à particules en dehors des contrôles afin d’éviter… de les encrasser. Ce qui, bien entendu, permet d’avoir à les changer bien moins souvent… Par exemple, sur le Tiguan de Volkswagen – non concerné par la fraude –
Auto Plus note que le filtre à particules s’encrasse lors de nombreux petits parcours et qu’il est à l’origine d’à coups et de pertes de puissance

D’autres pays sont-ils concernés ?

En France, Michel Sapin juge nécessaire une enquête « au niveau européen ». Selon le ministre des Finances, il faut également mener des contrôles chez les autres constructeurs européens pour « rassurer » les citoyens, a-t-il affirmé sur Europe 1.
Des soupçons de fraude en Europe pointent depuis la révélation du scandale. Selon Sky News, des millions de voitures pourraient être rappelées au Royaume-Uni où l’ONG Transport & Environment group estime que d’autres constructeurs seront concernés.

Publicités