Le Ghana prêt à emprunter plus, malgré la hausse attendue du déficit

image

Le Ghana pourrait revoir à la hausse le montant de l’eurobond prévu en septembre prochain . Selon Cassiel Ato Forson, le vice-ministre des Finances du pays, Accra pourrait lever 1,5 milliard de dollars en obligations internationales, soit 50 % de plus que le montant annoncé plus tôt cette année, rapporte Reuters. Le responsable ghanéen n’a pas indiqué les raisons de cette révision à la hausse. Selon une source citée par l’agence de presse, ce plan a été approuvé par le Fonds monétaire international, qui a signé avec Accra un programme d’aide de 918 millions de dollars sur trois ans .
Crise
Le Ghana est confronté depuis plus de deux ans à une crise macroéconomique assez sévère, marquée par « une forte dépréciation de la monnaie, aggravation de la crise énergétique, accentuation des déséquilibres macroéconomiques et hausse de l’inflation et des taux d’intérêt », comme le rappelle la dernière édition du rapport Perspectives économiques en Afrique.
La croissance économique du pays d’Afrique de l’Ouest, présenté il y a quelques années à peine comme un exemple à suivre par ses pairs, devrait ralentir pour la quatrième année consécutive. Annoncée à 3,9 % au début de l’année (contre 4,2 % en 2014 et 7,3 % en 2013), elle ne devrait être que de 3,5 % au final, selon les chiffres révélés le 21 juillet par le ministre des Finances Seth Terpker.
Dans sa présentation devant les députés ghanéens, le ministre a également indiqué que le déficit budgétaire du pays devrait atteindre 7,3 % cette année, soit 1,3 point de plus que les prévisions annoncées plus tôt cette année. De même, l’inflation devrait être plus élevée à 13,7 % cette année, contre 11,5 % prévus.

Publicités