Haïti: la candidature de Sophia Martelly rejetée

image

Pour sa première participation à une élection, elle visait le poste de sénateur du département de l’Ouest, le département qui englobe la région métropolitaine de Port-au-Prince. Mais le bureau du contentieux électoral national a jugé que les pièces de son dossier étaient insuffisantes pour déterminer sa nationalité haïtienne.  

Sophia Martelly est née à New York. Elle avait fourni aux autorités électoralesune attestation de demande de renonciation à la nationalité américaine. Car pour être candidat à une élection dans le pays, il ne faut détenir aucune autre nationalité que la nationalité haïtienne. 

Ce rejet de candidature ravit en tout cas les opposants les plus farouches au pouvoir qui contestaient l’éventualité de voir l’épouse du président participer à une élection.

Publicités

CEDEAO: Macky président, un protocole sur la limitation des mandats présidentiels se profile à l’horizon

image

La 47ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est ouverte ce mardi 19 mai à Accra, capitale du Ghana. Le président sénégalais Macky Sall a été élu président en exercice en remplacement du ghanéen John Mahama, pour un mandat d’une année.

Une proposition sur la limitation des mandats présidentiels à deux a été adopté par les ministres des affaires étrangères des 15 Etats membre de la CEDEAO. Elle sera soumise aux présidents et chef de gouvernement de la CEDEAO pour adoption. Cette résolution intervient en plein crise politique au Burundi où un président sortant aspire à un troisième mandat contre la volonté de son peuple.

Tout récemment, le président togolais Faure Gnassigbé a été réelle pour la 3ème fois. La limitation de mandat présidentiels ne figure pas la constitution togolaise. L’insurrection burkinabè du 30 octobre dernier contre une modification de la constitution pour permettre un troisième mandat pour Blaise Compaoré y est surement pour quelque chose.

Sous règne, le président sénégalais pourrait marquer de son empreinte à jamais cette organisation si cette proposition devient un protocole de la CEDEAO. Cela ne fera que renforcer la réputation du Sénégal comme modèle de démocratie.