Grève de trois jours à la mine Somaïr d’Areva au Niger

Le personnel de la Société des mines de l’Aïr (Somaïr), filiale du
groupe nucléaire Areva au Niger, a entamé le mardi 7 avril une
grève de trois jours pour protester contre le non versement de
primes, a déclaré un représentant syndical.
Le mouvement est observé par 90 % du millier de salariés de la
mine située près de la ville d’Arlit, a déclaré Moussa Moutari,
porte-parole du syndicat Synamin. « La production est
pratiquement paralysée », a-t-il dit à Reuters . « La Somaïr ne veut
pas verser des primes liées aux objectifs financiers atteints en
2014. Ils disent qu’ils enregistrent des pertes, ce qui n’est pas
vrai. »
Après deux ans d’âpres négociations sur le renouvellement de son
contrat de production d’uranium au Niger , Areva a accepté l’an
dernier de revenir sur certaines exemptions fiscales et
d’augmenter les royalties qu’il reverse au gouvernement. Selon
une source du secteur, le Niger a représenté environ un cinquième
de l’uranium traité par les centrales nucléaires françaises en 2013,
mais ce chiffre devrait diminuer à environ 10% cette année à
mesure qu’Areva et EDF diversifient leurs approvisionnements.
Licenciement
Areva, qui a annoncé en mars une perte record de 4,8 milliards

image

d’euros au titre de l’année 2014, est dans une situation financière
difficile. Le géant français de l’uranium a même lancé un vaste
plan de licenciements pour motif économique qui touche près de
170 salariés d’Imouraren SA , l’une des trois filiales minières
d’Areva au Niger avec la Somaïr et la Compagnie minière d’Akouta
(Cominak).
Créee en 1968, la Somaïr est détenue à hauteur de 63,6 % par
Areva et de 36,4 % par la Sopamin (Société du patrimoine des
mines du Niger), agence publique qui gère les participations
minières de l’État.

image

Publicités